Oxymétrie de pouls fœtal pour l'évaluation fœtale pendant le travail

L’utilisation de l’oxymétrie de pouls fœtal pour évaluer le bien-être du bébé pendant le travail ne modifie pas le taux global de césariennes.

Pendant le travail, le bien-être de l'enfant peut être évalué de façon intermittente à l'aide d'un stéthoscope de Pinard ou d'un moniteur portable pour écouter le rythme cardiaque, ou en continu en utilisant la cardiotocographie (CTG), aussi nommée monitorage fœtal électronique (MFE). Il existe également des examens complémentaires qui peuvent être utilisés si l'on pense que le bébé est en manque d'oxygène, comme un examen de sang du bébé sur un échantillon prélevé sur la tête ou les fesses du bébé, ou un enregistrement de l'activité électrique du cœur en utilisant un électrocardiogramme (ECG). L'oxymétrie fœtale mesure la quantité d’oxygène transportée par le sang du bébé. Elle utilise un capteur posé sur la tête du bébé lorsque le bébé est dans l'utérus et le vagin pendant le travail. Le capteur n’interfère pas avec la mobilité de la femme pendant le travail. Cette revue a porté sur l'oxymétrie de pouls fœtal et a retrouvé des essais qui l'ont utilisée en conjonction avec une CTG. Nous avons comparé les résultats de cette oxymétrie combinée à la CTG avec les résultats où seule la CTG a été utilisée, ou à une utilisation combinée de la CTG et de l'ECG fœtal.

La revue a identifié sept essais impliquant 8 013 femmes. L'oxymétrie de pouls fœtal plus la CTG n'a montré aucune différence dans les taux globaux de césarienne, ni aucune différence dans la santé de la mère ou du nouveau-né, par rapport à la CTG seule. Si le bien-être de l'enfant était préoccupant avant que le capteur d'oxymétrie de pouls fœtal n'ait été mis en place, l'utilisation de l'oxymétrie de pouls fœtal réduisait les césariennes faites pour le bien-être du bébé. Le seul essai d'oxymétrie avec CTG comparée à la CTG avec ECG fœtal a montré une augmentation du taux de césariennes dans le groupe d'oxymétrie. Pour deux des essais, la société qui réalise les appareils d'oxymétrie de pouls a fourni des financements. Une meilleure méthode que l'oxymétrie de pouls fœtale est nécessaire pour vérifier le bien-être du bébé pendant le travail.

Conclusions des auteurs: 

L'ajout de l'oxymétrie de pouls fœtal ne réduit pas le taux global de césariennes. Une étude a révélé un taux de césarienne plus élevé dans le groupe surveillé par l'oxymétrie de pouls fœtal plus la CTG, par rapport à l'ECG fœtal plus la CTG. Les données fournissent un soutien limité à l'utilisation de l'oxymétrie de pouls foetal, lorsqu'elle est utilisée en présence d'une CTG anormale, pour réduire les césariennes dues à un état préoccupant du fœtus. Une meilleure méthode que l'oxymétrie de pouls est nécessaire pour améliorer l'évaluation globale du bien-être fœtal pendant le travail.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'utilisation de la surveillance conventionnelle du bien-être fœtal par cardiotocographie (CTG) pendant le travail est associée à une augmentation du taux de césarienne, par rapport à l'auscultation intermittente du rythme cardiaque fœtal, résultant en une réduction des convulsions néonatales, mais avec aucune différence dans d'autres résultats néonatals. Pour améliorer la sensibilité de cet examen et donc réduire le nombre de césariennes faites pour un état préoccupant du fœtus, plusieurs mesures supplémentaires évaluant le bien-être fœtal ont été prises en compte. Celles-ci ont démontré un certain effet sur la réduction des taux de césarienne, par exemple, le prélèvement de sang au scalp fœtal pour une estimation du pH et/ou une mesure des lactates. L'adaptation de l'oxymétrie de pouls pour une utilisation chez le fœtus pourrait contribuer à l'amélioration de l'évaluation au cours du travail et ainsi conduire à une réduction du nombre de césariennes faites pour un état préoccupant du fœtus, sans rien changer aux résultats néonatals.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité et la sécurité d'emploi de l'oxymétrie de pouls fœtal pendant le travail avec d'autres techniques de surveillance.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (31 mai 2014), nous avons contacté des experts du domaine et fait des recherches dans les références bibliographiques des études extraites. Dans les versions précédentes de cette revue, nous avions effectué des recherches supplémentaires dans Medline, Embase et Current Contents. Ces recherches ont été abandonnées pour la mise à jour de cette revue, car elles avaient constamment échoué à identifier des essais absents du registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés publiés et non publiés qui ont comparé les résultats maternels et fœtaux lorsque l'oxymétrie de pouls fœtal a été utilisée pendant le travail, (i) avec ou sans utilisation concomitante d'une surveillance fœtale conventionnelle, la cardiotocographie (CTG), par rapport à l'utilisation de la CTG seule ou (ii) avec ou sans l'utilisation concomitante de la CTG et d'une ou plusieurs autres méthodes de surveillance fœtale, comme l'électrocardiographie fœtale (ECG) plus la CTG.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs de la revue ont indépendamment effectué l'extraction des données. Nous avons cherché des informations supplémentaires auprès des investigateurs de trois des essais rapportés.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus sept essais publiés : six comparant l'oxymétrie de pouls fœtale et la CTG avec la CTG seule (ou lorsque les valeurs d'oxymétrie de pouls du fœtus ont été aveuglées) et un comparant l'oxymétrie de pouls fœtal plus la CTG avec l'ECG fœtal plus la CTG. Les essais publiés, avec des données non publiées, étaient à risque élevé de biais en raison du caractère impraticable de l'aveuglement des participants et des cliniciens, ainsi que à haut risque ou à risque incertain de biais pour l'évaluateur des résultats pour tous les rapports sauf un. Les biais de sélection, d'attrition, de rapport et d'autres sources étaient de risque faible ou incertain. Les études ont rapporté sur un total de 8 013 grossesses. Les critères d'entrée étant différents, il a été nécessaire de procéder à des analyses distinctes plutôt qu'à une méta-analyse de tous les essais.

Une revue systématique de quatre essais à 34 semaines et plus n'ayant pas nécessité de prélèvement de sang fœtal (PSF) avant l'entrée dans l'étude n'a montré aucune preuve de différence dans le taux global de césarienne entre ceux surveillés par oxymétrie fœtale et ceux non surveillés par oxymétrie de pouls foetal ou pour ceux dont les résultats de l'oxymétrie de pouls étaient masqués (risque relatif (RR) moyen de 0,99 en utilisant le modèle à effets aléatoires, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,86 à 1,13, n = 4 008, I² = 45 %). Il y avait des preuves d'un risque plus élevé de césarienne dans le groupe avec l'oxymétrie foetale plus la CTG que dans le groupe avec ECG fœtal plus la CTG (une étude, n = 180, RR 1,56, IC à 95 % de 1,6 à 2,29). Les convulsions néonatales et l'encéphalopathie néonatale étaient rares dans les deux groupes. Aucune étude n'a rapporté de renseignements sur les incapacités à long terme.

Des donnée probantes montraient une diminution des césariennes pour un état préoccupant du fœtus dans le groupe oxymétrie de pouls fœtal plus CTG par rapport au groupe CTG, gestation de 34 semaines et plus (RR moyen (effets aléatoires) 0,65, IC à 95 % de 0,46 à 0,90, n = 4 008, I² = 63 %). Il n'y avait aucune preuve de différences entre les groupes concernant les césariennes pour dystocie, bien que les taux globaux d'incidence variaient entre les essais.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.