Traitements pour l'eczéma des mains

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes sur les effets des traitements topiques et systémiques (oraux ou injectables qui agissent dans tout l'organisme) contre l'eczéma des mains comparativement au placebo (traitement identique mais inactif), à l'absence de traitement, au véhicule (ingrédients inactifs qui aident à administrer un traitement actif) ou à un autre traitement. Nous avons inclus 60 essais randomisés (5469 participants) publiés jusqu'en avril 2018.

Contexte

L'eczéma des mains est une inflammation de la peau des mains qui peut être causée par des allergènes de contact (c.-à-d. des substances qui provoquent une réaction allergique) comme les produits chimiques du caoutchouc, mais d'autres facteurs externes (p. ex. des irritants comme l'eau ou des détergents) et une prédisposition atopique sont souvent des déclencheurs importants. L'eczéma des mains peut entraîner une diminution de la qualité de vie et entraîner de nombreux problèmes liés au travail. Il existe différents types d'eczéma des mains, et différents traitements topiques (crèmes, onguents ou lotions) et systémiques d'efficacité inconnue peuvent être utilisés.

Caractéristiques des études

La plupart des participants étaient des patients traités en ambulatoire âgés de plus de 18 ans atteints d'eczéma chronique des mains léger à grave. Le traitement a généralement duré jusqu'à quatre mois, et les critères de jugement ont été évalués principalement après le traitement. Une grande variété de traitements ont été étudiés et comparés à aucun traitement, à des variantes du même médicament, placebo ou véhicule. Vingt-deux études ont été financées par des entreprises pharmaceutiques.

Résultats principaux

Il existe peu de données pour appuyer la meilleure façon de prendre en charge l'eczéma des mains en raison de la qualité variable des études et de l'impossibilité de mettre en commun les données d'études comportant des interventions semblables. Les crèmes corticostéroïdes/onguents et la photothérapie (irradiation par la lumière UV) sont les principales options de traitement, bien que les comparaisons entre ces options fassent défaut. Nous présentons ci-dessous les résultats des principales comparaisons d'intérêt.

Corticostéroïdes en crème/onguent : la mousse de propionate de clobétasol augmente probablement la maîtrise de l'eczéma des mains évaluée par les participants par rapport au véhicule (516 contre 222 pour 1000), mais la différence entre les groupes était moins claire pour le contrôle évalué par les chercheurs, et plus d'effets indésirables ont été rapportés avec le propionate de clobétasol (178 contre 79 pour 1000) (tous basés sur des preuves de certitude modérées).

La crème de furoate de métasone utilisée trois fois par semaine peut légèrement améliorer le contrôle évalué comme étant bon/excellent par les investigateurs par rapport au traitement deux fois par semaine, et le contrôle évalué par les participants n'a pas été mesuré. Un léger amincissement de la peau s'est produit dans les deux groupes, mais les cas étaient peu nombreux (tous basés sur des preuves de faible certitude).

Irradiation par lumière UV : différents types d'irradiation (c.-à-d. l'exposition aux rayonnements) ont été comparés. La PUVA locale peut améliorer le contrôle évalué comme étant bon/excellent par les investigateurs par rapport aux UVB à bande étroite (400 contre 200 pour 1000) ; cependant, nous ne sommes pas certains de ce résultat car les résultats montrent également que la PUVA locale peut faire peu ou pas de différence. Les symptômes évalués par les participants n'ont pas été mesurés. Neuf des 30 participants du groupe UVB à bande étroite ont signalé des effets indésirables (principalement des rougeurs), comparativement à aucun dans le groupe PUVA (tous d'après des données modérées et certaines).

Inhibiteurs topiques de la calcineurine : les personnes recevant du tacrolimus sont probablement plus susceptibles d'obtenir une meilleure maîtrise des symptômes évaluée par l'investigateur comme bonne/excellente que celles ayant reçu le véhicule (14/14 participants avec le tacrolimus comparativement à aucun avec le véhicule), mais le contrôle des symptômes évalué par le participant n'a pas été mesuré. Quatre des 14 personnes du groupe tacrolimus par rapport à zéro dans le groupe véhicule ont eu des brûlures ou des démangeaisons au site d'application bien tolérées. Une petite étude a comparé le tacrolimus au furoate de mométasone, qui étaient tous deux bien tolérés, mais qui n'ont pas mesuré le contrôle évalué par l'investigateur ou le participant (tous basés sur des preuves de certitude moyenne).

Interventions orales : immunosuppresseur oral (un médicament qui entrave la réponse immunitaire), la cyclosporine améliore probablement légèrement le contrôle des symptômes bien/excellents par rapport à la crème topique de bétaméthasone (un corticostéroïde). Le risque d'effets indésirables comme les étourdissements était semblable d'un groupe à l'autre (tous fondés sur des preuves modérées ou certaines).

Le dérivé de la vitamine A (rétinoïde) alitrétinoïne (10 mg) administré par voie orale a permis d'obtenir une bonne/excellente maîtrise des symptômes évaluée par l'investigateur dans 307 cas comparativement à 194 participants pour 1 000 avec placebo, et l'alitrétinoïne à 30 mg a obtenu une maîtrise évaluée par l'investigateur dans 432 cas comparativement à 157 participants pour 1000 avec placebo. Des résultats similaires ont été obtenus pour le groupe témoin évalué par les participants (données probantes de haute certitude). Lorsque la dose d'alitrétinoïne a été augmentée à 30 mg, le risque de céphalées était plus élevé comparativement au placebo (74 contre 251 pour 1 000 ; preuve de haute certitude), mais cela ne diffère probablement pas entre l'alitrétinoïne 10 mg et le placebo (selon la preuve de certitude moyenne).

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes était principalement modérée, la plupart des analyses étant fondées sur des études uniques dont les échantillons étaient de petite taille ; par conséquent, certains résultats doivent être interprétés avec prudence.

Conclusions des auteurs: 

La plupart des résultats provenaient d'une seule étude avec une précision moindre, de sorte qu'ils doivent être interprétés avec prudence. Les corticostéroïdes topiques et la photothérapie UV étaient deux des principaux traitements standard, mais les données probantes sont insuffisantes pour justifier un traitement spécifique par rapport à un autre. L'effet des inhibiteurs topiques de la calcineurine n'est pas certain. L'alitrétinoïne est plus efficace que le placebo pour contrôler les symptômes, mais les avantages par rapport aux autres traitements doivent être évalués.

Des études comparatives à long terme (plus de trois mois), bien conçues et bien documentées, comparant différents traitements sont nécessaires. Un consensus est nécessaire concernant la définition de l'eczéma des mains et de ses sous-types, et une échelle de gravité standard devrait être établie.

La principale limite était l'hétérogénéité entre les études. La petite taille de l'échantillon a eu une incidence sur notre capacité à détecter les différences entre les traitements.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'eczéma des mains est une inflammation de la peau des mains qui tend à se manifester de façon chronique et récurrente. Cette affection fréquente est souvent associée à des démangeaisons, à une stigmatisation sociale et à une déficience au travail. De nombreuses interventions d'une efficacité inconnue sont utilisées pour traiter l'eczéma des mains.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions topiques et systémiques contre l'eczéma des mains chez les adultes et les enfants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué les recherches suivantes jusqu'en avril 2018 : Cochrane Skin Group Specialised Register, CENTRAL, MEDLINE, Embase, AMED, LILACS, GREAT et quatre registres d'essais. Nous avons vérifié les listes de références des études incluses pour trouver d'autres références à des essais pertinents.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) qui comparaient les interventions pour l'eczéma des mains, quel que soit le type d'eczéma des mains et les autres sites affectés, à l'absence de traitement,au placebo, au véhicule ou à un traitement actif.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standards définies par Cochrane. Les principaux critères de jugement étaient une bonne/excellente maîtrise des symptômes et des événements indésirables évalués par les participants et les investigateurs.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 60 ECR, menés en soins secondaires (5469 participants atteints d'eczéma chronique des mains léger à grave). La plupart des participants avaient plus de 18 ans. La durée du traitement était courte, généralement jusqu'à quatre mois. Seules 24 études comportaient une période de suivi. L'hétérogénéité clinique des traitements et des mesures de critères de jugement était évidente. Peu d'études ont effectué des comparaisons directes de différentes interventions. Le risque de biais variait considérablement, avec seulement cinq études à faible risque dans tous les domaines. Vingt-deux études ont été financées par l'industrie.

Dix-huit essais ont porté sur les corticostéroïdes topiques ou les inhibiteurs de la calcineurine, dix études sur la photothérapie, trois sur les immunosuppresseurs systémiques et cinq sur les rétinoïdes oraux. La plupart des études ont comparé une intervention active à l'absence de traitement, à des variantes du même médicament ou à un placebo (ou véhicule). Nous présentons ci-dessous les résultats des principales comparaisons.

Corticostéroïdes en crème/onguent : évaluée 15 jours après le début du traitement, la mousse de propionate de clobétasol 0,05 % améliore probablement le contrôle des symptômes évalué par les participants par rapport au véhicule (rapport de risque (RR) 2,32, intervalle de confiance (IC) 95 % 1,38 à 3,91 ; nombre de sujets à traiter (NST) 3, IC 95 % 2 à 8 ; 1 étude, 125 participants) ; les effets du clobétasol comparativement au véhicule sont moins nets (RR 1,43, IC 95 % 0,86 à 2.40). Un plus grand nombre de participants ont présenté au moins un effet indésirable avec le clobétasol (11/62 par rapport à 5/63 ; RR 2,24, IC à 95 % : 0,82 à 6,06), y compris une brûlure/prurit au site d'application. Cette preuve a été jugée comme étant de certitude modérée.

Lorsqu'elle est évaluée 36 semaines après le début du traitement, la crème de furoate de mométasone utilisée trois fois par semaine peut légèrement améliorer le contrôle des symptômes évalué par l'investigateur comparativement à deux fois par semaine (RR 1,23, IC à 95 % : 0,94 à 1,61 ; 1 étude, 72 participants) une fois la rémission obtenue. Les symptômes évalués par les participants n'ont pas été mesurés. Une légère atrophie a été signalée dans les deux groupes (RR 1,76, IC à 95 % : 0,45 à 6,83 ; 5/35 contre 3/37). Ces éléments de preuve ont été jugés peu sûrs.

Irradiation à la lumière ultraviolette (UV) : la PUVA-thérapie (de l’acronyme PUVA : Psoralen and Ultraviolet A en anglais) peut améliorer la maîtrise des symptômes évaluée par l'investigateur comparativement aux UVB locaux à bande étroite après 12 semaines de traitement (RR 0,50, IC à 95 % 0,22 à 1,16 ; 1 étude, 60 participants). Cependant, l'IC à 95 % indique que la PUVA pourrait n'avoir que peu ou pas d'effet. Les symptômes évalués par les participants n'ont pas été mesurés. Des effets indésirables (érythème principalement) ont été signalés par 9/30 participants dans le groupe UVB à bande étroite contre aucun dans le groupe PUVA. Cette preuve a été jugée comme étant de certitude modérée.

Inhibiteurs topiques de la calcineurine : le tacrolimus 0,1 % sur deux semaines améliore probablement le contrôle des symptômes évalué par l'investigateur mesuré après trois semaines comparativement au véhicule (14/14 tacrolimus contre 0/14 véhicule ; 1 étude). Les symptômes évalués par les participants n'ont pas été mesurés. Quatre des 14 personnes du groupe tacrolimus par rapport à zéro dans le groupe véhicule ont eu des brûlures ou des démangeaisons au site d'application bien tolérées.

Dans le cadre d'une étude menée auprès de 16 participants, on a comparé 0,1 % de tacrolimus à 0,1 % de furoate de mométasone, mais on n'a pas mesuré les symptômes évalués par les chercheurs ni par les participants. Les deux traitements ont été bien tolérés lorsqu'ils ont été évalués à deux semaines pendant quatre semaines de traitement.

Les résultats de ces études ont été jugés modérément sûrs.

Interventions orales : La cyclosporine orale à 3 mg/kg/jour améliore probablement légèrement la maîtrise des symptômes chez les patients évaluée par les investigateurs (RR 1,88, IC à 95 % : 0,88 à 3,99 ; 1 étude, 34 participants) ou les participants (RR 1,25, IC à 95 % : 0,69 à 2,27) comparativement au dipropionate de bétaméthasone topique 0,05 % après six semaines de traitement. Le risque d'effets indésirables comme les étourdissements était semblable d'un groupe à l'autre (jusqu'à 36 semaines ; RR 1,22, IC à 95 %, 0,80 à 1,86, n = 55 ; bétaméthasone 15/27 versus cyclosporine 19/28). Les éléments de preuve ont été jugés comme étant d'une certitude modérée.

L'alitrétinoïne à 10 mg améliore le contrôle des symptômes évalués par les chercheurs comparativement au placebo (RR 1,58, IC à 95 % 1,20 à 2,07 ; NST 11, IC à 95 % 6,3 à 26,5 ; 2 études, n = 781) et l'alitrétinoïne à 30 mg améliore également ce résultat comparativement au placebo (RR 2,75, IC à 95 % 2,20 à 3,43 ; NST 4, IC à 95 % 3 à 5 ; 2 études, n = 1 210). Des résultats semblables ont été obtenus pour le contrôle des symptômes évalués par les participants : alitrétinoïne 10 mg RR 1,73 (IC, 95 % : 1,25 à 2,40) et 30 mg RR 2,75 (IC, 95 % : 2,18 à 3,48). Les éléments de preuve ont été jugés comme étant très sûrs. Le nombre d'effets indésirables (y compris les céphalées) n'a probablement pas varié entre l'alitrétinoïne à 10 mg et le placebo (RR 1,01, IC à 95 % : 0,66 à 1,55 ; 1 étude, n = 158 ; preuve de certitude modérée), mais le risque de céphalées a augmenté avec 30 mg (RR 3,43, IC à 95 % : 2,45 à 4,81 ; 2 études, n = 1210 ; preuve élevée). Les critère de jugement ont été évalués entre 48 et 72 semaines.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Amytis Heim et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.