Lithium pour le traitement de la manie aiguë

Problématique de la revue

Le lithium (médicament stabilisateur de l'humeur) est-il aussi efficace dans le traitement d'un épisode de manie (humeur haute) que d'autres traitements médicamenteux ou l’électroconvulsivothérapie (ECT) ?

Contexte

Le trouble bipolaire est une maladie courante dans laquelle les gens éprouvent des épisodes d’humeur basse (dépression) et de humeur haute (manie). Les symptômes du trouble bipolaire peuvent diminuer la qualité de vie. Traditionnellement, une gamme de médicaments a été utilisée pour traiter la manie, y compris les médicaments qui tentent de diminuer les changements d'humeur (p. ex. lithium, valproate, lamotrigine, carbamazépine, divalproex, topiramate) et ceux qui réduisent les expériences pénibles, comme entendre des voix ou avoir des idées inhabituelles (p. ex. olanzapine, rispéridone, quetiapine, aripiprazole, haloperidol, chlorpromazine). L'ECT (électrochoc au cerveau sous anesthésie générale) est aussi un traitement de la manie. Nous savons déjà que le lithium est le plus efficace de tous ces traitements pour le bon maintien à long terme des personnes atteintes du trouble bipolaire, mais nous ne savons pas s'il est aussi efficace pour traiter la manie.

Méthode

Les auteurs de la revue ont cherché des études comparant le lithium à d'autres traitements de la manie publiées jusqu'en mai 2018. Nous avons identifié 36 études randomisées, incluant 4220 participants qui ont fréquenté des hôpitaux dans au moins 30 pays différents. La randomisation signifie que chaque participant a les mêmes chances d'être affecté à chacun des groupes d'étude et réduit le risque que des facteurs inconnus mais importants puissent influencer accidentellement l'étude. Trois études portaient sur des enfants et des adolescents de moins de 18 ans. Les études ont comparé le lithium au placebo (substance inactive), à l'ECT et à 12 autres médicaments pendant trois à 12 semaines.

Résultats

Le lithium est un traitement efficace contre la manie aiguë. Le lithium s'est révélé plus efficace qu'un placebo ou que le topiramate, un médicament antiépileptique. Certaines données indiquent que le lithium pourrait être moins efficace que l'olanzapine, un antipsychotique, mais cela nécessite des recherches plus poussées. Il n'y avait aucune preuve que le lithium était meilleur ou pire dans le traitement de la manie que tout autre médicament, et pas assez de preuves pour tirer une conclusion pour l'ECT.

Il n'y avait pas suffisamment de données probantes pour fournir une réponse précise quant à quel traitement de la manie a le moins d'effets secondaires. Il est probable qu'un plus grand nombre de personnes développeront un léger tremblement lorsqu'elles seront traitées au lithium que les autres traitements. Les participants n'étaient pas plus susceptibles de se retirer d'une étude s'ils étaient traités au lithium plutôt qu'un autre traitement.

Il reste des questions sans réponse et il serait préférable de les résoudre par d'autres études de grande envergure et bien conçues comparant le lithium à d'autres traitements de la manie aiguë.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue systématique indique que le lithium est plus efficace que le placebo dans le traitement de la manie aiguë, mais augmente le risque de somnolence et de tremblements. Des données probantes limitées suggèrent peu ou pas de différence entre le lithium et les autres stabilisateurs de l'humeur (valproate, carbamazépine) ou antipsychotiques (rispéridone, quetiapine, halopéridol). L'olanzapine peut être une exception, car elle est probablement un peu plus efficace que le lithium. Il existe des preuves incertaines que la rispéridone pourrait aussi être plus efficace que le lithium. Le lithium est probablement plus efficace pour traiter la manie aiguë que le topiramate. Comparativement au placebo, le lithium était plus susceptible de causer des effets indésirables. Toutefois, comparativement à d'autres médicaments, trop peu d'études ont fourni des données sur les effets indésirables pour fournir une preuve de haute certitude. Des études plus poussées, rigoureusement conçues et à grande échelle sont nécessaires pour conclure définitivement si le lithium est supérieur à d'autres interventions dans le traitement de la manie aiguë.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le trouble bipolaire est une affection courante associée à une morbidité élevée ; il est donc essentiel de mettre au point des traitements efficaces et sûrs. Le lithium est un traitement d'entretien efficace pour le trouble bipolaire. Il agit comme stabilisateur d'humeur et réduit le risque de suicide. Cependant, les données évaluant l'efficacité du lithium dans le traitement de la manie aiguë sont moins robustes. Les lignes directrices actuelles fondées sur des données probantes citent de multiples agents antidopaminergiques et stabilisateurs de l'humeur comme traitements initiaux : des données probantes plus précises sont nécessaires pour décider si le lithium devrait être le traitement de première intention.

Objectifs: 

1. Évaluer les effets du lithium par rapport au placebo ou à un autre traitement actif pour soulager les symptômes aigus d'un épisode maniaque ou mixte chez les personnes atteintes de trouble bipolaire.
2. Examiner l'acceptabilité et la tolérabilité du traitement au lithium par rapport au placebo ou à d'autres traitements actifs pour soulager les symptômes aigus d'un épisode maniaque ou mixte chez les personnes atteintes du trouble bipolaire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Cochrane Common Mental Disorders Controlled Trials Register, CENTRAL, MEDLINE, Embase et PsycINFO. Nous avons également effectué des recherches dans le portail des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé (ICTRP) et dans ClinicalTrials.gov. Nous avons vérifié les listes de référence de toutes les études incluses et des revues systématiques pertinentes. Nous avons intégré les études des recherches effectuées jusqu'au 18 mai 2018 dans les analyses actuelles.

Critères de sélection: 

Etudes prospectives contrôlées randomisées comparant le lithium à un placebo ou traitement médicamenteux alternatif dans le traitement de la manie aiguë. Nous avons inclus toutes les personnes atteintes de troubles bipolaires, hommes et femmes, de tout âge.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs de l'étude ont extrait des données et évalué la qualité méthodologique de façon indépendante. Nous avons utilisé des rapports de cotes (en anglais: odds ratios, OR) pour analyser les résultats binaires de l'efficacité et les différences moyennes (DM) ou les différences moyennes standardisées (DMS) pour les résultats distribués en continu. Nous avons utilisé un modèle à effets fixes à moins que l'hétérogénéité ne soit modérée ou importante, auquel cas nous avons utilisé un modèle à effets aléatoires. Nous avons utilisé Review Manager 5 pour analyser les données. Nous avons évalué la certitude des éléments probants des résultats individuels à l'aide de l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons trouvé 36 études randomisées et contrôlées comparant le lithium à un placebo, à l'un des 12 médicaments ou un traitement électroconvulsif pour le traitement de la manie aiguë. Les études comprenaient des participants et des participantes (n = 4 220), de tous âges, qui répondaient tous aux critères d'un épisode maniaque dans le contexte d'un diagnostic de trouble bipolaire.

Le risque de biais était variable ; 12 études présentaient un risque élevé de biais dans un domaine et 27 ont fourni des renseignements inadéquats sur la randomisation, ce qui a donné lieu à une cote " imprécise " pour le biais de sélection.

Lithium contre placebo

Des données probantes de haute certitude ont révélé que le lithium était un traitement efficace contre la manie aiguë et qu'il était plus efficace que le placebo pour induire une réponse (OR 2,13, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 1,73 à 2,63 ; participants = 1707 ; études = 6 ; I2 = 16 % ; preuves de haute certitude) ou rémission (OR 2,16, IC à 95 % 1,73 à 2,69 ; participants = 1597 ; études = 5 ; I2 = 21 % ; preuves de grande certitude).

Le lithium était plus susceptible que le placebo de causer des tremblements (OR 3,25 ; IC à 95 %, 2,10 à 5,04 ; participants = 1 241 ; études = 6 ; I2 = 0 % ; preuves de haute certitude) et de la somnolence (OR 2,28 ; IC à 95 %, 1,46 à 3,58 ; participants = 1 351 ; études = 7 ; I2 = 0 % ; preuves de forte certitude).

Les données probantes étaient insuffisantes pour déterminer l'effet du lithium chez les décrocheurs toutes causes confondues (OR 0,76 ; IC, 95 % : 0,46 à 1,25 ; participants = 1 353 ; études = 7 ; I2 = 75 % ; preuves de certitude modérée) et gain pondéral (OR 1,48 ; IC, 95 % : 0,56 à 3,92 ; participants = 735, études = 3 ; I2=51 ; preuve de certitude moyenne).

Le lithium par rapport aux antipsychotiques ou aux stabilisateurs de l'humeur

En ce qui concerne le critère de l'induction d'une réponse, il n'y avait que des preuves de très faible certitude concernant le lithium comparativement à l'halopéridol (DM -2,40, IC à 95 % -6,31 à 1,50 ; participants = 80 ; études = 3 ; I2 = 95 %), la quétiapine (OR 0,66, IC à 95 % 0,28 à 1,55 ; participants = 335 ; études = 2 ; I2 = 71 %), la carbamazépine (DMS 0,21, IC à 95 % -0,18 à 0,60 ; participants = 102 ; études = 3 ; I2 = 0 %).

Le lithium était probablement moins susceptible d'induire une réponse que l'olanzapine (OR 0,44, IC à 95 % : 0,20 à 0,94 ; participants = 180 ; études = 2 ; I2 = 0 % ; preuves modérées).

Le lithium peut être moins susceptible d'induire une réponse que la rispéridone (DM 7,28, IC à 95 %, 5,22 à 9,34 ; participants = 241 ; études = 3 ; I2 = 49 % ; preuve de faible certitude).

Aucune différence n'a été observée entre le lithium et le valproate (OR de 1,22, IC à 95 % : 0,87 à 1,70 ; participants = 607 ; études = 5 ; I2 = 22 % ; preuve modérée certaine).

Il y avait des preuves de certitude modérée indiquant que le lithium était plus efficace que le topiramate pour traiter la manie aiguë (RC 2,28 ; IC à 95 % : 1,63 à 3,20 ; participants = 660 ; études = 1).

Les données sur les effets indésirables pour ces comparaisons ne contenaient pas assez d'études pour fournir des données probantes de haute certitude.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Jessica King et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.