Contraception hormonale et non hormonale pendant l'allaitement

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La contraception revêt un caractère important pour les femmes qui allaitent dans le monde entier. Chaque année, des millions de femmes doivent décider si elles veulent avoir recours à la contraception après avoir eu un enfant. Cette décision concerne aussi bien le type de contraception que le moment où son utilisation va commencer. Ces questions font l'objet de débats parmi les chercheurs et les professionnels de la santé. Certains s’inquiètent de l'effet négatif que les hormones pourraient avoir sur le lait maternel et sur le nourrisson. Dans l'idéal, la contraception ne devrait pas affecter la qualité ni la quantité du lait maternel. Le meilleur moment pour commencer une contraception est également important. Il est difficile de savoir à quel moment le cycle menstruel va revenir et quand les femmes pourront à nouveau concevoir.

Les contraceptifs combinés contiennent des œstrogènes et des progestatifs. D'autres moyens de contraception contiennent seulement des progestatifs ou ne contiennent pas d'hormones. Cette revue visait à déterminer si les contraceptifs combinés ont davantage d’effets sur l'allaitement que d'autres méthodes de contraception. Nous avons effectué des recherches informatisées pour trouver des essais randomisés concernant la contraception employée pendant l'allaitement. Les méthodes hormonales combinées ont été comparées à une autre méthode hormonale ou à une méthode dite factice. Nous avons également consulté les listes bibliographiques pour trouver des essais. Nous avons aussi contacté les chercheurs afin d'obtenir des études supplémentaires.

Nous avons découvert cinq études, de qualité variable. Certains essais ont perdu de vue beaucoup de femmes au cours de l'étude. Deux rapports comparaient les pilules contraceptives à une méthode dite factice, avec des résultats différents. Une autre étude mettait en évidence que les méthodes avec progestatif seul n'affectaient pas le lait maternel. Un essai relevait une baisse de la lactation avec une contraception combinée. Toutefois, le taux d’abandon était également important dans cette étude. Nous n'avons trouvé aucune différence majeure en ce qui concerne la croissance et le poids des nourrissons du fait de ces types de contraception.

Les résultats n'ont pas démontré si la contraception hormonale affectait ou non le lait maternel ou le nourrisson. Au moins un essai randomisé correct est nécessaire pour traiter ces questions. Pour le moment, les informations sont trop limitées pour affirmer que les femmes allaitantes doivent ou non utiliser une méthode contraceptive.

Conclusions des auteurs: 

Les essais disponibles à l'heure actuelle sont insuffisants pour déterminer un quelconque effet de la contraception hormonale sur la qualité et la quantité de lait maternel. Au moins un essai contrôlé randomisé bien mené, de taille adéquate, est nécessaire pour examiner l'utilisation de la contraception hormonale au cours de l’allaitement.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Chaque année, plus de 100 millions de femmes prennent la décision de débuter ou de reprendre une contraception après un accouchement. Le choix de la contraception peut être limité chez la femme qui allaite par des préoccupations relatives aux effets des hormones sur la qualité et la quantité de lait et au passage des hormones au nouveau-né. Dans l'idéal, la méthode contraceptive choisie ne devrait pas interférer avec l'allaitement. Le choix du moment de débuter la contraception revêt une importance particulière car le retour de couches et la reprise de l'ovulation peuvent être imprévisibles chez la femme qui allaite.

Objectifs: 

Déterminer l'effet des contraceptifs oraux combinés et des contraceptifs avec progestatif seul sur l'allaitement maternel.

La stratégie de recherche documentaire: 

Notre analyse a porté sur MEDLINE, POPLINE, EMBASE, LILACS, CENTRAL, ClinicalTrials.gov et ICTRP. Nous avons également examiné des articles pertinents et contacté des chercheurs.

Critères de sélection: 

Nous avons cherché des essais contrôlés randomisés dans n'importe quelle langue, comparant une contraception hormonale à une autre forme de contraception hormonale, à une contraception non hormonale ou à un placebo, pendant l'allaitement. La contraception hormonale pouvait inclure des contraceptifs combinés par voie orale ou injectables, des contraceptifs oraux ou injectables avec progestatif seul, des implants contraceptifs ou des dispositifs intra-utérins. Les participantes aux études étaient des femmes allaitantes souhaitant une contraception, de tout âge et toute parité.

Recueil et analyse des données: 

Les principaux critères d’évaluation comprenaient la quantité de lait, l'analyse biochimique de la composition du lait, le début, la poursuite et la durée de l'allaitement, la croissance du nourrisson, l'efficacité de la méthode contraceptive pendant la période d'allaitement ainsi que le moment du début de la contraception et ses effets sur l'allaitement. Dans la mesure où les essais portaient sur des interventions différentes, manquaient souvent de résultats quantifiables et étaient de mauvaise qualité méthodologique, nous n'avons pas été en mesure de rassembler les données dans le cadre d'une méta-analyse.

Résultats principaux: 

Cinq essais remplissaient nos critères d'inclusion. La majorité n'indiquait pas la méthodologie utilisée pour générer une séquence de randomisation ou pour masquer l'assignation, la mise en insu des traitements ou l'utilisation d'une analyse en intention de traiter. Deux rapports comparant les contraceptifs oraux à un placebo donnent des résultats contradictoires. Un autre essai n'a montré aucun effet inhibiteur des contraceptifs avec progestatif seul sur l'allaitement maternel. L'essai de l'OMS a montré une réduction du volume de lait maternel due aux contraceptifs combinés. Un taux élevé de pertes de vue pendant le suivi nuit cependant à la crédibilité de cet essai. Aucun des essais n'a montré de différence significative quant à la croissance ou au poids du nouveau-né en cas de prise de contraceptifs oraux pendant l'allaitement.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.