Campagnes visant à encourager les enfants à porter un casque de vélo

De nombreux enfants souffrent de blessures à la tête lorsqu’ils tombent de vélo. Cette revue s’est intéressée aux interventions visant à encourager les enfants à porter un casque plutôt qu’à les contraindre à le faire à travers des lois. Les auteurs souhaitaient savoir quel type de programme encourageant le port du casque était le plus efficace, tout particulièrement auprès des enfants de familles pauvres qui sont moins susceptibles de posséder un casque. Ils ont trouvé 29 programmes de promotion du port du casque qui avaient été évalués. Les programmes varient grandement en fonction du site d’implantation, de l’âge des enfants, des méthodes utilisées dans le programme, etc. Les résultats étaient également très variés, mais globalement, 11 études ont trouvé qu’après un programme de promotion du port du casque, les enfants étaient plus enclins à porter un casque que les autres. Des recherches supplémentaires doivent encore être effectuées, mais il semble probable que les meilleurs projets sont basés dans la communauté et impliquent à la fois l’éducation et la fourniture de casques gratuits. La promotion des casques dans les écoles semble également être efficace. La promotion des casques semble plus efficace chez les plus jeunes enfants (âgés de 12 ans et moins) que chez les enfants plus âgés et les jeunes. Les études passées en revue n’ont pas étudié l’impact des programmes de promotion du port du casque sur les taux de blessures ni évalué si les programmes comportaient des effets négatifs tels que la baisse de la pratique de ce loisir. La plupart des études ont été entreprises dans les pays à revenu élevé et l’effet supplémentaire de la promotion du casque en plus de la législation existante n’a pas été exploré. Des recherches supplémentaires doivent être menées afin de comprendre davantage si la fourniture de casques subventionnés se révèle aussi efficace que la fourniture de casques gratuits et si les programmes réalisés dans les établissements de santé sont aussi efficaces que ceux effectués dans les écoles ou les communautés. D’autres types de programme de promotion du port du casque (par exemple, ceux incluant des éducateurs, ceux développant les aptitudes telles que la prise de décision et la résistance à la pression des pairs ou améliorant le respect de soi ou la connaissance de ses propres capacités) doivent être développés et testés, tout particulièrement auprès des enfants de 11 à 18 ans. L’effet des programmes de promotion du port du casque dans les pays dans lesquels existe une législation sur le port du casque de vélo et dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire doit également être étudié.

Conclusions des auteurs: 

Les interventions non législatives semblent être efficaces pour augmenter l’utilisation du casque observée, plus particulièrement les interventions communautaires et celles offrant des casques gratuits. Les interventions au niveau des écoles semblent être efficaces, mais peut-être moins que les interventions communautaires. Les interventions éduquant uniquement les enfants sont moins efficaces que celles offrant des casques gratuits. Les preuves sont insuffisantes pour recommander la fourniture de casques subventionnés à l’heure actuelle. Les interventions peuvent se révéler plus efficaces si elles sont dispensées aux plus jeunes plutôt qu’aux enfants plus âgés. Des données indiquent que les interventions proposées dans les établissements de santé peuvent augmenter le port du casque déclaré.

Des études de haute qualité supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer si les interventions non législatives augmentent le port du casque, et particulièrement l’effet de la fourniture de casques subventionnés comparée aux casques gratuits, et des interventions dans les établissements de santé comparées aux interventions dans les écoles ou les communautés. D’autres interventions (par exemple, celles incluant des éducateurs, celles visant à développer des aptitudes de sécurité, notamment les aptitudes à la prise de décision et à la résistance à la pression des pairs, ou celles visant à améliorer le respect de soi ou la connaissance de ses propres capacités) doivent être développées et testées, tout particulièrement auprès des enfants âgés de 11 à 18 ans. L’effet des interventions dans les pays dans lesquels existe une législation sur le port du casque de vélo et dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire doit également être étudié.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les casques réduisent les blessures à la tête liées à la bicyclette, particulièrement en cas d’accidents impliquant un seul véhicule, et celles où la tête heurte le sol. Nous avons tenté d’identifier les interventions non législatives visant à promouvoir l’utilisation du casque chez les enfants, afin que les futures interventions puissent être conçues sur une base de données solides.

Objectifs: 

Évaluer l’efficacité des interventions non législatives en matière d’augmentation de l’utilisation du casque chez les enfants, identifier les raisons possibles de différences d'efficacité entre les interventions, évaluer l'efficacité en fonction du groupe social et identifier les conséquences indésirables des interventions.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données suivantes : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO (Ovid), PsycEXTRA (Ovid), CINAHL (EBSCO), ISI Web of Science: Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED), Social Sciences Citation Index (SSCI), Conference Proceedings Citation Index-Science (CPCI-S) et PubMed depuis sa création à avril 2009, TRANSPORT jusqu’en 2007, et nous avons recherché manuellement d’autres sources de données.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés et des études avant-après contrôlés. Les études incluaient des participants âgés de 0 à 18 ans, décrivaient les interventions promouvant l'utilisation du casque ne nécessitant pas la promulgation d'une législation et rapportant l’observation du port du casque, la déclaration de port du casque déclarée par l'enfant ou le port du casque déclaré par l’enfant.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue indépendants ont sélectionné les études pour inclusion et extrait les données. Nous avons utilisé des modèles à effets aléatoires pour estimer les Odds ratios combinés (avec un intervalle de confiance (IC) à 95 %). Nous avons exploré l’hétérogénéité par des analyses en sous-groupe.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 29 études dans la revue, dont 21 étaient incluses dans au moins une méta-analyse. Les interventions non législatives ont augmenté le port observé du casque (11 études : Odds ratio OR 2,08, IC 95 % 1,29 à 3,34). L’effet a été le plus marqué parmi les interventions communautaires (quatre études : OR 4,30, IC 95 % 2,24 à 8,25) et celles offrant des casques gratuits (deux études : OR 4,35, IC 95 % 2,13 à 8,89). Des effets significatifs ont également été trouvés parmi les interventions menées dans les écoles (huit études : OR 1,73, IC95 % 1,03 à 2,91), un effet moindre ayant été noté pour les interventions à visée éducative uniquement (trois études : rapport des cotes 1,43, IC à 95 % 1,09 à 1,88). Aucun effet significatif n’a été signalé quant à la fourniture de casques subventionnés (sept études : OR 2,02, IC95 % 0,98 à 4,17). Les interventions auprès des enfants plus jeunes (de moins de 12 ans) peuvent s’avérer plus efficaces (cinq études : OR 2,50, IC95 % 1,17 à 5,37) que celles dispensées aux enfants de tous les âges (cinq études : OR 1,83, IC95 % 0,98 à 3,42).

Les interventions se sont révélées efficaces uniquement pour ce qui est de l’augmentation de la possession du casque déclarée par l’enfant lorsqu’elles offraient des casques gratuits (trois études : OR 11,63, IC95 % 2,14 à 63,16).

Les interventions se sont avérées efficaces pour augmenter le port du casque déclaré par l’enfant (neuf études : OR 3,27, IC95 % 1,56 à 6,87), notamment celles réalisées dans les écoles (six études : OR 4,21, IC95 % 1,06 à 16,74), en offrant des casques gratuits (trois études : OR 7,27, IC95 % 1,28 à 41,44), en éduquant les enfants uniquement (sept études : OR 1,93, IC95 % 1,03 à 3,63) et dans les établissements de santé (deux études : OR 2,78, IC 95 % 1,38 à 5,61).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.