Faire augmenter le taux d'hémoglobine (globules rouges) au-dessus de 133 g/L chez les personnes atteintes d'une cardiopathie et d'une insuffisance rénale ne diminue pas la mortalité et pourrait même l'accroître.

Lorsqu'une personne a trop peu de globules rouges dans le sang (anémie), elle est fatiguée et ne se sent pas bien. Des transfusions sanguines ou des médicaments peuvent être administrés pour faire augmenter le taux de globules rouges (hémoglobine). Un nombre trop élevé de globules rouges dans le sang peut entraîner des blocages de cathéters et d'autres accès vasculaires chez les patients sous dialyse. Cela peut également faire augmenter la tension artérielle. Cette revue d'études cliniques a mis en évidence que le fait d'augmenter l'hémoglobine à un taux élevé réduisait les probabilités d'une personne de faire une crise mais augmentait la tension artérielle. Un taux d'hémoglobine supérieur à 133 g/L ne diminue pas le risque de décès chez les personnes souffrant d'une cardiopathie ou d'une insuffisance rénale.

Conclusions des auteurs: 

Aucune différence significative n'a été observée en termes de risque de décès avec des taux cibles d'Hb faibles (< 120 g/L) versus élevés (< 133 g/L). Des taux cibles d'Hb plus faibles ont été significativement associés à une augmentation du risque de crises, mais également à une réduction du risque d'hypertension. En général, la qualité des études était faible. Davantage d'essais d'une puissance statistique appropriée, bien planifiés et consignés sont nécessaires. Les essais devraient être pragmatiques et axés sur des critères d'évaluation solides (mortalité, IRPT, effets secondaires majeurs) ou sur des résultats qui n'ont pas encore été profondément étudiés (par exemple les crises, la qualité de vie).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'anémie touche 60 à 80 % des patients souffrant d'insuffisance rénale chronique (IRC). Elle limite la qualité de vie et constitue un facteur de décès précoce. Les options de traitement sont la transfusion sanguine, l'érythropoïétine (EPO) et la darbépoétine alfa. Récemment, des taux cibles plus élevés d'hémoglobine (Hb) et d'hématocrite (HCT) sont préconisés en raison de leur association positive à une amélioration de la survie et de la qualité de vie dans des études observationnelles.

Objectifs: 

Évaluer les bénéfices et les effets délétères de différents taux cibles d'Hb ou de HCT chez des patients souffrant d'IRC suivant un traitement pour l'anémie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane de Néphrologie, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, dans The Cochrane Library) MEDLINE (à partir de 1966), EMBASE (à partir de 1980) et les références bibliographiques des articles identifiés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi ECR comparant différents taux cibles Hb/HCT chez des patients souffrant d'anémie due à une IRC.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Des analyses statistiques ont été réalisées à l'aide du modèle a effets aléatoires et les résultats ont été exprimés en tant que rapport de risque (RR) pour les résultats dichotomiques et en tant que différence moyenne (DM) pour les résultats continus, avec des intervalles de confiance de 95 %.

Résultats principaux: 

Vingt-deux essais (3 707 patients) ont été inclus. Un taux de Hb ≥ 133 g/L n'a pas été associé à une réduction du risque de décès toutes causes confondues par rapport à un taux de 120 g/L chez des patients sous dialyse et pré-dialyse. Chez les patients pré-dialyse, une élimination significativement plus faible de la créatine à la fin du traitement a été observée avec un taux de 120 g/L par rapport à un taux de > 130 g/L (DM -4,17, IC à 95 % entre -6,33 et -2,02), mais aucune différence significative du risque d'insuffisance rénale en phase terminale (IRPT) n'a été observée (RR 1,05, IC à 95 % entre 0,50 et 2,22). Des taux cibles d'Hb plus faibles ont entraîné une augmentation du risque de crises (RR 5,25, IC à 95 % entre 1,13 et 24,34) et une réduction du risque d'épisodes d'hypertension (RR 0,50, IC à 95 % entre 0,33 et 0,76). Aucune différence significative n'a été observée en termes de risque de thrombose des accès vasculaires.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.