Interventions de rappel et de relance des patients pour améliorer les taux de vaccination

Objectif de cette revue

L'objectif de cette revue est de déterminer si les stratégies visant à rappeler aux patients de se faire vacciner augmentent le nombre de personnes vaccinées. Cet article est une mise à jour d'une revue Cochrane précédemment publiée.

Principaux messages

Le fait de rappeler aux gens de se faire vacciner augmente les taux de vaccination dans différentes populations.

Ce qui a été étudié

Les vaccinations sont utilisées pour prévenir un certain nombre de maladies, mais il existe une variation importante quant à la couverture vaccinale entre les différentes régions et pays. Cela peut conduire à des maladies qui auraient pu être évitées avec les vaccins, et dont l'impact est important sur les individus et les communautés. Informer les personnes d'une vaccination à venir ou leur indiquer qu'ils ont manqué une vaccination pourrait contribuer à augmenter la couverture vaccinale et réduire l'effet et l'impact des maladies évitables par la vaccination. Nous avons examiné 75 études afin d'évaluer si le fait de rappeler aux patients de se faire vacciner est efficace. Les études que nous avons examinées ont été réalisées dans différents contextes, par exemple dans des zones rurales, dans des écoles, dans des cabinets privés et dans des centres de santé. La plupart des études ont été réalisées aux États-Unis. Les études ont inclus des groupes différents : des nourrissons et des enfants, des adolescents et des adultes nécessitant une vaccination systématique, ainsi que des adultes ayant besoin du vaccin contre la grippe. Dans la plupart des études, les rappels ont été réalisés grâce à des appels téléphoniques personnalisés, des appels automatisés, des lettres ou des cartes postales. Dans quelques études récentes, des SMS ont été utilisés.

Principaux résultats de la revue

Notre revue a trouvé que le fait de rappeler aux gens de se faire vacciner augmente le nombre de personnes vaccinées de 8% en moyenne, bien que les résultats varient entre les études. Les rappels téléphoniques et les appels automatiques, l'envoi d'une lettre ou d'une carte postale ou l'envoi d'un SMS ont entraîné une augmentation des vaccinations. Les combinaisons de plusieurs rappels étaient également efficaces. Les rappels téléphoniques étaient plus efficaces que les autres types de rappels. Les augmentations du nombre de personnes vaccinées ont été observées chez les enfants, les adolescents et les adultes.

Cette revue est-elle à jour ?

Nous avons examiné les études ayant été publiées jusqu'en janvier 2017.

Conclusions des auteurs: 

Les systèmes de rappel et de relance des patients en soins primaires sont probablement efficaces pour améliorer la proportion de la population cible qui sera vaccinée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les taux de vaccination chez les enfants et les adultes sont en augmentation, mais les niveaux de couverture vaccinale n'ont pas atteint les objectifs optimaux fixés. Par conséquent, des maladies évitables surviennent encore. A une époque où les calendriers vaccinaux deviennent de plus en plus complexes, où les attentes en matière de performances des soins primaires sont de plus en plus importantes et au vu des nombreuses sollicitations des intervenants en soins primaires, il est important de comprendre et de promouvoir les interventions efficaces en soins primaires pour augmenter la couverture vaccinale. Un défi commun pour les programmes de vaccination de tous les pays, consiste à appliquer une approche basée sur la population et à identifier toutes les personnes pouvant bénéficier de l'intervention, par exemple identifier les enfants qui devraient être vaccinés contre la rougeole. Cependant, grâce à la disponibilité croissante de registres de vaccination et des dossiers de santé électroniques, cette question est progressivement résolue. Un deuxième défi commun consiste à identifier les meilleures stratégies visant à promouvoir des taux de vaccination élevés. Trois types de stratégies ont été étudiés : (1) les interventions ciblant les patients, tels que les rappels aux patients ou les relances, (2) les interventions ciblant les professionnels et (3) les interventions ciblant les systèmes, telles que des réglementations scolaires. La principale stratégie d'intervention, et peut-être la mieux étudiée, implique des systèmes de rappel ou de relance des patients. Cet article est une mise à jour d'une revue précédemment publiée.

Objectifs: 

Évaluer et comparer l'efficacité de différentes interventions de rappel et de relance des patients visant à améliorer la couverture vaccinale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, EMBASE et CINAHL jusqu'en janvier 2017. Nous avons également effectué des recherches dans la littérature grise et dans des registres d'essais cliniques jusqu'en janvier 2017.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais randomisés, les études contrôlées avant-après et les séries chronologiques interrompues évaluant les interventions de rappel ou de relance des patients concernant la vaccination chez les enfants, les adolescents et les adultes recevant des vaccinations dans n'importe quel contexte. Nous avons inclus des groupes témoin ne recevant pas d'intervention, les pratiques standard n'incluant pas de rappels ou de relance des patients, les campagnes médiatiques visant à promouvoir la vaccination, ou les campagnes de sensibilisation. Nous avons considéré éligibles les critères de jugement mesurant le fait de recevoir un vaccin, exceptées les vaccinations spécifiques destinées aux voyageurs. Nous avons exclu les patients hospitalisés durant la période d'étude.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard prévues par Cochrane et par le groupe Cochrane sur l'efficacité des pratiques et l'organisation des soins (EPOC). Nous présentons les résultats pour chaque étude individuelle sous la forme de taux relatifs à l'aide des risques relatifs, de différences de risques pour les essais randomisés, et de variations absolues en pourcentage pour les études contrôlées avant-après. Nous présentons les résultats combinés pour les essais randomisés en utilisant un modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Les 75 études incluses portaient sur des enfants, des adolescents et des participants adultes et celles-ci ont été réalisées dans des contextes ambulatoires, dans la communauté, en soins primaires, et dans d'autres contextes dans 10 pays.

Les interventions de rappel ou de relance des patients, incluant les interventions téléphoniques et les appels automatiques, les cartes postales, les lettres, les SMS, la combinaison d'e-mails ou d'appels téléphoniques, ou une combinaison de rappels ou de relance des patients avec des activités de promotion, améliorent de façon probable la proportion de participants vaccinés (risque relatif (RR) de 1,28, intervalle de confiance à 95 % (IC) 1,23 à 1,35 ; différence de risque de 8 %) sur la base de preuves de certitude modérée issues de 55 études incluant un total de 138 625 participants.

Sur la base de preuves de haute certitude, trois types de rappels (stratégies uniques) améliorent la proportion de personnes vaccinées : les cartes postales (RR 1,18, IC à 95 % 1,08 à 1,30 ; huit études ; 27 734 participants), les SMS (RR 1,29, IC à 95 % 1,15 à 1,44 ; six études ; 7772 participants), et les appels automatiques (RR 1,17, IC à 95 % 1,03 à 1,32 ; cinq études ; 11 947 participants). Sur la base de preuves de certitude modérée, deux types de rappels (stratégies uniques) améliorent de façon probable la proportion de personnes vaccinées : les appels téléphoniques (RR 1,75, IC à 95 % 1,20 à 2,54 ; sept études ; 9120 participants) et les lettres aux patients (RR 1,29, IC à 95 % 1,21 à 1,38 ; 27 études ; 81 100 participants).

Sur la base de preuves de certitude élevée, les rappels améliorent la proportion d'enfants vaccinés (RR 1,22, IC à 95 % 1,15 à 1,29 ; différence de risque de 8 % ; 23 études ; 31 099 participants) et d'adolescents vaccinés (RR 1,29, IC à 95 % 1,17 à 1,42 ; différence de risque de 7 % ; 10 études ; 30 868 participants). Les rappels améliorent de façon probable la proportion d'enfants vaccinés contre la grippe infantile (RR 1,51, IC à 95 % 1,14 à 1,99 ; différence de risque de 22 % ; cinq études ; 9265 participants) et la proportion d'adultes vaccinés contre la grippe (RR 1,29, IC à 95 % 1,17 à 1,43 ; différence de risque de 9 % ; 15 études ; 59 328 participants) sur la base de preuves de certitude modérée. Les rappels semblent améliorer la proportion d'adultes vaccinés contre le pneumocoque, le tétanos, l'hépatite B, et d'autres infections en dehors de la grippe sur la base de preuves de faible certitude, bien que l'intervalle de confiance comprenne l'absence d'effet (RR 2,08, IC à 95 % 0,91 à 4,78 ; quatre études ; 8065 participants).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.