Exercices en cas de polyarthrite rhumatoïde de la main

Qu'est-ce que la polyarthrite rhumatoïde et en quoi consistent les exercices ?

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie articulaire qui affecte fréquemment les mains et les poignets. L'exercice des mains comprend la mobilité, le renforcement (avec de l'équipement, p. ex. pâte à malaxer) ou l'entraînement fonctionnel.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons trouvé sept études qui comparaient l'exercice des mains aux thérapies sans exercice chez 841 adultes atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Résultats principaux

Lors d'un test de la fonction de la main allant de 0 à 80 points (plus le score est élevé, meilleure est la fonction), les personnes ayant effectué des exercices de la main ont mis 1,1 point de plus à leur fonction à court terme (moins de 3 mois). Les personnes n’ayant pas fait d’exercice ont attribué 75 points à leur fonction.

Sur une échelle de 0 à 100 (plus le score est élevé, meilleure est la fonction) et en comparaison avec les personnes n’ayant pas fait d'exercice, les personnes qui ont fait de l'exercice ont attribué 5 points de plus à leur fonction manuelle à moyen terme (3 à 11 mois) et 4 points de plus à long terme (12 mois ou plus). Les personnes n’ayant pas fait d’exercice ont attribué 52,1 points à leur fonction.

Sur une échelle de douleur de 0 à 100 millimètres (des scores plus faibles correspondent à moins de douleur), les personnes qui ont fait de l'exercice ont évalué leur douleur à 28 mm de moins à court terme. Les personnes qui n'ont pas fait d'exercice ont évalué leur douleur à 68 mm. Sur une échelle de 0 à 100 points (des scores plus faibles correspondent à moins de douleur), les personnes qui ont fait de l'exercice ont évalué leur douleur à 3 points de moins à moyen terme et 4 points de moins à long terme. Les personnes qui n'ont pas fait d'exercice ont évalué leur douleur à 51,4 points.

Les personnes qui ont fait de l'exercice ont obtenu une amélioration de 3 % et de 4 % de la force de préhension de la main gauche et de la main droite à court terme. Les personnes qui n’ont pas fait d'exercice obtenaient une mesure de 14,3 kg et 15,6 kg, respectivement. Les personnes qui ont fait de l'exercice ont obtenu une amélioration de 1 % de la force de préhension moyenne des deux mains à moyen et à long terme. Les personnes qui n’ont pas fait d'exercice ont obtenu une mesure de 13,2 kg.

Les personnes qui ont fait de l'exercice ont connu une amélioration de 4 % et de 6 % de la force de pincement de la main gauche et de la main droite à court terme. Les personnes qui n'ont pas fait d'exercice obtenaient une mesure de 1,2 kg et 1,2 kg, respectivement. Les personnes qui ont fait de l'exercice ont connu une amélioration de 2 % et de 3 % de la force moyenne de pincement des deux mains à moyen et à long terme. Les personnes qui n’ont pas fait d'exercice obtenaient une mesure de 4 kg.

Il faut noter que, même si les scores de la fonction de la main, de la douleur et de la force de préhension et de pincement étaient apparemment meilleurs avec l'exercice de la main, ces améliorations peuvent ne pas être synonymes de bénéfices cliniques utiles.

Aucune étude n'a évalué les 50 critères de l'American College of Rheumatology (une mesure qui indique une amélioration supérieure ou égale à 50 % des symptômes du patient avec le traitement reçu).

Comparativement aux participants qui ont reçu des soins habituels, ceux qui ont également effectué des exercices manuels avec des stratégies pour s'en tenir au programme étaient plus susceptibles à 19 % et 5 % d'adhérer à leur programme à moins d'un an et au-delà.

Une étude n'a signalé aucun effet indésirable attribuable à l'exercice. Les autres études n'ont pas mesuré ce critère de jugement.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes était de très faible à élevée pour l'ensemble des critères de jugement. Nous avons réduit la qualité des données probantes en raison de problèmes liés au manque de mise en aveugle des participants à l'égard du traitement, aux mesures et aux méthodes d’assignation et à la petite taille des études.

Conclusions des auteurs: 

Il n'est pas certain que l'exercice améliore la fonction de la main ou la douleur à court terme. Il améliore probablement légèrement la fonction mais n'a que peu ou pas de différence sur la douleur à moyen et à long terme. Il n'est pas certain que l'exercice améliore la force de préhension et de pincement à court terme, et il y a probablement peu ou pas de différence à moyen et à long terme. La réponse à l’ACR50 est inconnue. Les personnes qui ont fait de l'exercice avec des stratégies d'observance avaient probablement une meilleure observance à moyen terme que celles qui n'en ont pas fait, mais avec peu ou pas de différence à long terme. L'exercice des mains n'entraîne probablement pas d'effets indésirables. Les recherches futures devraient considérer la fonction de la main et du poignet en tant que critère de jugement principal, décrire l'exercice en suivant les lignes directrices de la TIDieR et évaluer les stratégies comportementales.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La polyarthrite rhumatoïde est une polyarthrite inflammatoire qui affecte fréquemment les mains et les poignets. Les exercices de la main sont prescrits pour améliorer la mobilité et la force, et donc la fonction de la main.

Objectifs: 

Déterminer les bienfaits et les inconvénients de l'exercice des mains chez les adultes atteints de polyarthrite rhumatoïde.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (la Bibliothèque Cochrane), MEDLINE, Embase, CINAHL, AMED, Physiotherapy Evidence Database (PEDro), OTseeker, Web of Science, ClinicalTrials.gov et le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS jusqu'au mois de juillet 2017.

Critères de sélection: 

Nous avons examiné tous les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés qui comparaient l'exercice des mains à tout autre traitement sans exercice.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques normalisées décrites par le groupe Cochrane sur les troubles musculo-squelettiques.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus sept études portant sur 841 personnes (âgées de 20 à 94 ans). La plupart des études utilisaient des critères diagnostiques validés et impliquaient des programmes à domicile.

Des données de très faible qualité (en raison du risque de biais et d'imprécision) provenant d'une étude ont indiqué une incertitude quant à l'amélioration de la fonction des mains à court terme (< 3 mois). Lors d'un test de la fonction de la main de 0 à 80 points (des scores plus élevés correspondent à une meilleure fonction), le groupe faisant de l’exercice (n = 11) a obtenu 76,1 points et le groupe témoin (n = 13), 75 points.

Des données de qualité moyenne (en raison du risque de biais) provenant d'une étude ont indiqué que l'exercice, comparativement aux soins habituels, améliore probablement légèrement la fonction de la main (différence moyenne (DM) de 4,5, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 1,58 à 7,42 ; n = 449) à moyen terme (3 à 11 mois) et à long terme (12 mois ou plus) (DM 4,3, IC à 95 % 0,86 à 7,74 ; n = 438). Le changement absolu sur une échelle de la fonction de la main de 0 à 100 (des scores élevés correspondent à une meilleure fonction) et le nombre de sujets à traiter pour un résultat bénéfique supplémentaire (NNTB) étaient de 5 % (IC 95 % : 2 % à 7 %), 8 (IC 95 % : 5 à 20) et 4 % (IC 95 % : 1 % à 8 %), 9 (IC 95 % : 6 à 27), respectivement. Une amélioration de 4 % à 5 % indique un bénéfice clinique minimal.

Des données de très faible qualité (en raison du risque de biais et d'imprécision) provenant de deux études ont indiqué une incertitude quant à savoir si l'exercice, comparativement à l'absence de traitement, améliore la douleur (MD -27,98, IC à 95 % -48,93 à -7,03 ; n = 124) à court terme. Le changement absolu sur une échelle de 0 à 100 millimètres (des scores plus élevés signifient plus de douleur) était de -28 % (IC 95 % -49 % à -7 %) et le NNTB de 2 (IC 95 % 2 à 11).

Les données de qualité moyenne (en raison du risque de biais) d'une étude ont indiqué qu'il y a probablement peu ou pas de différence entre l'exercice et les soins habituels concernant la douleur à moyen terme (MD -2,8, IC à 95 % - 6,96 à 1,36 ; n = 445) et à long terme (MD -3,7, IC à 95 % -8,1 à 0,7 ; n = 437). Sur une échelle de 0 à 100, les changements absolus étaient de -3 % (IC 95 % -7 % à 2 %) et -4 % (IC 95 % -8 % à 1 %), respectivement.

Des données de très faible qualité (en raison du risque de biais et d'imprécision) provenant de trois études (n = 141) ont indiqué une incertitude quant à savoir si l'exercice, comparativement à l'absence de traitement, a amélioré la force de préhension à court terme. La différence moyenne normalisée pour la main gauche était de 0,44 (IC, 95 % : 0,11 à 0,78), réexprimée à 3,5 kg (IC, 95 % : 0,87 à 6,1) et pour la main droite : 0,46 (IC, 95 % : 0,13 à 0,8), réexprimée à 4 kg (IC, 95 % : 1,13 à 7).

Des données probantes de haute qualité provenant d'une étude ont montré que l'exercice, comparativement aux soins habituels, a peu ou pas d'effet bénéfique sur la force de préhension moyenne (en kg) des deux mains à moyen terme (MD 1,4, IC à 95 % -0,27 à 3,07 ; n = 400), changement relatif de 11 % (IC à 95 % -2% à 13%) et à long terme (MD 1,2, IC à 95% -0,62 à 3,02 ; n = 355), changement relatif de 9% (IC à 95% -5% à 23%).

Des données de très faible qualité (en raison du risque de biais et d'imprécision) provenant de deux études (n = 120) ont révélé une incertitude quant à savoir si l'exercice, comparativement à l'absence de traitement, a amélioré la force de pincement (en kg) à court terme. Le DM et le changement relatif pour les mains gauche et droite étaient de 0,51 (IC 95 % : 0,13 à 0,9) et 44 % (IC 95 % : 11 % à 78 %) ; et 0,82 (IC 95 % : 0,43 à 1,21) et 68 % (IC 95 % : 36 % à 101 %).

Des données probantes de haute qualité provenant d'une étude ont montré que l'exercice, comparativement aux soins habituels, a peu ou pas d'effet bénéfique sur la force de pincement moyenne des deux mains à moyen terme (DM 0,3, IC à 95 % -0,14 à 0,74 ; n = 396) et à long terme (DM 0,4, IC à 95 % -0,08 à 0,88 ; n = 351). Les changements relatifs étaient de 8 % (IC 95 % -4 % à 19 %) et de 10 % (IC 95 % -2 % à 22 %).

Aucune étude n'a évalué les 50 critères de l'American College of Rheumatology.

Les données probantes de qualité moyenne (en raison du risque de biais) provenant d'une étude ont indiqué que les personnes qui ont également fait de l'exercice avec des stratégies d'observance avaient probablement une meilleure observance que celles qui ont reçu seulement des soins courants à moyen terme (risque relatif de 1,31, IC à 95 % : 1,15-1,48 ; n = 438) et NNTB 6 (IC à 95 % : 4-10). A long terme, le risque relatif était de 1,09 (IC à 95 % : 0,93 à 1,28 ; n = 422).

Des données de qualité moyenne (en raison du risque de biais) provenant d'une étude (n = 246) n'ont révélé aucun effet indésirable lié à l'exercice. Les six autres études ne rapportaient pas les effets indésirables.

Notes de traduction: 

Post-édition : Sarah Khalif - Révision : Lou Rey (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.