Il n'existe aucune preuve de différence en termes d'efficacité clinique et microbiologique des quinolones dans la cystite aiguë non compliquée chez la femme, mais certaines preuves suggèrent des différences en termes d'incidence et d'éventail de réactions

L'infection urinaire (IU) se caractérise par la présence d'un nombre déterminé de bactéries dans les urines. La cystite bactérienne (présence de bactéries dans la vessie, également connue sous le nom de cystite aiguë) peut affecter les hommes et les femmes, ses signes et symptômes incluent une dysurie (miction douloureuse), une envie fréquente d'uriner, des urines troubles et une hématurie occasionnelle (sang dans les urines), et elle est souvent associée à une pyurie (présence élevée de globules blancs dans les urines). Il existe une autre différence importante entre l'IU compliquée et non compliquée. Les IU compliquées sont celles qui sont associées à de la fièvre et/ou une douleur dorsale (indiquant une infection rénale), celles qui affectent les hommes, celles qui sont associées à une sonde à demeure ou un cathéter urinaire intermittent, une uropathie obstructive (tout changement des voies urinaires causé par une obstruction), un reflux vésico-urétéral (l'urine remonte de la vessie vers les reins) et d'autres anomalies urologiques. Ces types d'infections exigent un traitement plus intensif. La cystite aiguë non compliquée est la forme d'IU non compliquée la plus prévalente chez la femme. Les quinolones sont recommandées comme médicaments de choix dans la cystite aiguë dans les régions présentant un niveau de résistance élevé à d'autres antimicrobiens, notamment au co-trimoxazole. L'objectif de cette revue systématique était d'identifier la quinolone la plus efficace dans le traitement de la cystite aiguë non compliquée et d'évaluer l'innocuité et le profil de tolérance des quinolones. Onze études (7 535 femmes) ont été identifiées. Aucune étude ne comparait les mêmes quinolones. Nous n'avons identifié aucune différence significative entre les quinolones en termes d'efficacité clinique ou microbiologique. Plusieurs événements indésirables étaient rapportés dans les études individuelles. Ces événements incluaient une photosensibilité, de l'insomnie, des événements cutanés indésirables, des événements indésirables affectant le système nerveux central et des événements indésirables entraînant un arrêt prématuré du traitement. Le manque de données en face à face ne nous a pas permis d'identifier la quinolone la plus sûre ou la mieux tolérée.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons identifié aucune différence significative entre les quinolones en termes d'efficacité clinique ou microbiologique, mais certaines différences en termes d'incidence et de spectre d'innocuité des quinolones.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La cystite aiguë non compliquée est l'une des infections bactériennes les plus courantes chez l'adulte. Le pourcentage de femmes ayant connu au moins un épisode de cystite aiguë est estimé entre 40 et 50 %. Les quinolones sont recommandées dans la cystite aiguë dans les régions présentant un niveau de résistance élevé à d'autres antimicrobiens, notamment au co-trimoxazole. Néanmoins, l'efficacité, l'innocuité et la tolérance des quinolones doivent être étudiées.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité, l'innocuité et la tolérance de différentes quinolones chez les femmes atteintes de cystite aiguë non compliquée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, dans la Bibliothèque Cochrane, numéro 3, 2003), MEDLINE (1966 - septembre 2003), EMBASE (1988 - septembre 2003), les références bibliographiques des articles et les résumés des actes de conférence sans restriction de langue. Les références bibliographiques des ouvrages, articles de revues et études portant sur l'urologie, les maladies infectieuses et la néphrologie.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant au moins deux quinolones chez des femmes (≥ 16 ans) atteintes de cystite aiguë non compliquée ont été sélectionnés.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Des analyses statistiques ont été effectuées à l'aide d'un modèle à effets aléatoires et les résultats ont été exprimés sous forme de risque relatif (RR) pour les résultats dichotomiques, avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 11 études portant sur 7 535 femmes. Aucune différence significative n'était observée entre les quinolones en termes d'efficacité clinique ou microbiologique. Des réactions photosensibles étaient plus fréquemment observées avec la sparfloxacine qu'avec l'ofloxacine. Tous les événements indésirables, événements indésirables entraînant un arrêt prématuré, événements cutanés indésirables et réactions photosensibles étaient plus fréquents avec la lomefloxacine qu'avec la norfloxacine. Tous les événements indésirables, réactions indésirables aux médicaments et événements indésirables affectant le SNC étaient plus fréquents avec l'ofloxacine qu'avec la ciprofloxacine. Les événements indésirables affectant le SNC et l'insomnie étaient plus fréquemment rapportés avec la rufloxacine qu'avec la péfloxacine. Des réactions indésirables aux médicaments se produisaient plus fréquemment avec l'ofloxacine qu'avec la lévofloxacine. Une insomnie était rapportée plus fréquemment avec l'enoxacine qu'avec la ciprofloxacine.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.