Les effets des différentes interventions d'administration de pression pour améliorer l'utilisation de la ventilation en pression positive continue dans le traitement de l'apnée obstructive du sommeil

L'apnée obstructive du sommeil (AOS) est due à une obstruction intermittente des voies respiratoires pendant le sommeil qui interrompt le flux respiratoire malgré des efforts constants pour respirer. La ventilation en pression positive continue (PPC) peut être efficace dans cette pathologie mais exige une utilisation régulière que beaucoup de patients ne tolèrent pas ou n'utilisent pas toutes les nuits. Afin d'améliorer l'observance du traitement, des modifications ont été apportées aux appareils mécaniques utilisés pour administrer la pression. Il s'agit notamment de la PPC autopilotée, de la PP à double niveau de pression, du relâchement de pression à l'expiration et de l'humidification supplémentaire. Nous avons examiné les preuves disponibles pour ces différentes approches. Aucune n'entraînait d'augmentation importante du nombre d'heures d'utilisation. Lorsqu'on leur posait la question, la plupart des participants exprimaient cependant une préférence pour la machine à PPC autopilotée plutôt que pour la pression fixe. Lorsque la PP à double niveau de pression et la PPC fixe étaient comparées, l'acceptation initiale des patients était supérieure pour la PP à double niveau de pression dans une étude, mais l'utilisation à long terme chez les patients qui acceptaient le traitement était similaire pour les deux appareils. Le relâchement de pression à l'expiration (C-flexTM) n'améliorait pas le nombre d'heures d'utilisation ni les scores de symptômes. Les preuves actuellement disponibles indiquent que l'observance du traitement en pression positive continue dans l'AOS est comparable pour les différents modes d'administration (fixe, pression autopilotée ou double niveau de pression).

Conclusions des auteurs: 

L'amélioration de l'utilisation moyenne de la machine avec la PPC autopilotée était supérieure dans les études présentant un plan en cross over ; l'estimation ponctuelle dans les essais en groupes parallèles était similaire mais n'atteignait pas un niveau statistiquement significatif. On ignore dans quelle mesure l'utilisation de machines dans un environnement d'étude peut être comparée à une utilisation « réelle ». Lorsque la préférence était mesurée, les participants préféraient la PPC autopilotée à la PPC fixe. D'autres études sont nécessaires afin d'évaluer les preuves relatives à la PP à double niveau de pression, au C-FlexTM et à l'humidification. Les études rassemblées se caractérisaient par une utilisation élevée de la machine dans les groupes témoins et de faibles taux d'arrêts prématurés. Les futures études devront examiner les effets du traitement chez des participants atteints d'une AOS légère et chez ceux qui ont du mal à accepter le traitement malgré des symptômes persistants.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La ventilation en pression positive continue (PPC) est considérée comme le pilier du traitement de l'apnée obstructive du sommeil (AOS). Néanmoins, l'observance du traitement est souvent insuffisante, ce qui peut entraîner des symptômes persistants d'interruption du sommeil, de somnolence diurne et de fonction cognitive limitée en état de veille. Les interventions mécaniques consistant à modifier le mode d'administration de la pression positive et à administrer une humidification supplémentaire pourraient améliorer l'observance.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des modifications du niveau de pression et de l'administration d'une humidification supplémentaire pour accroître l'utilisation de la machine de PPC.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires (septembre 2008).

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant les interventions visant à améliorer l'observance du traitement PPC. Les groupes témoins recevaient une PPC fixe.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué les articles à inclure dans la revue et extrait les données. Nous avons tenté d'obtenir d'autres données non publiées auprès des investigateurs.

Résultats principaux: 

Quarante-cinq études remplissaient les critères d'inclusion (1 874 participants). PPC autopilotée (30 études, 1 136 participants) : une différence statistiquement significative en termes d'utilisation de la machine de 0,21 heure/nuit (0,08 à 0,35) était observée en faveur de la PPC autopilotée dans des études croisées. L'importance clinique de cette différence est discutable. Des estimations combinées issues d'essais en groupes parallèles montraient une différence similaire pour l'utilisation nocturne moyenne de la machine, mais cette différence n'était pas statistiquement significative. Les preuves issues d'essais en groupes parallèles ne montraient pas de différence statistiquement significative entre les modes de pression en termes de scores de somnolence d'Epworth, mais une réduction globale de 0,64 unité était observée dans les études croisées (-0,12 et -1,16) en faveur de la PPC autopilotée. Les essais en groupes parallèles ne rapportaient aucune différence significative. Davantage de participants préféraient la PPC autopilotée à la PPC fixe lorsque ce critère était mesuré. PP à double niveau de pression (six études, 285 participants) : aucune différence significative n'était observée concernant l'utilisation de la machine. Une petite étude ne rapportait aucune différence en termes de préférence. C-Flex (six études, 318 participants) : aucune différence significative n'était observée concernant l'utilisation de la machine. Humidification (trois études, 135 participants) : les études rapportaient des résultats contradictoires. Deux essais en groupes parallèles ne rapportaient aucune différence significative concernant l'utilisation de la machine, contrairement à une étude croisée.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.