Administration intraveineuse de sécrétine dans le traitement des troubles du spectre autistique (TSA)

La sécrétine est une hormone gastro-intestinale qui en 1998 a été présentée pour la première fois comme un traitement efficace contre les TSA, sur la base de données anecdotiques. En se fiant à ces premiers rapports, de nombreuses familles ont demandé à ce que leurs enfants souffrant de TSA reçoivent un traitement intraveineux par sécrétine alors même que la sécrétine n'était pas un traitement dont l’efficacité avait été prouvée et qu'il y avait un manque de données sur les effets secondaires de la sécrétine lorsqu'elle était utilisée chez les enfants de ce groupe. Cette revue comportait 16 essais randomisés comprenant un groupe témoin sous placebo et portait sur plus de 900 enfants. La revue n'a pas permis de démontrer que l'administration intraveineuse de doses uniques ou multiples de sécrétine est efficace pour améliorer les principaux problèmes associés aux TSA, à savoir le manque d'interaction et de communication sociales et le caractère répétitif et restrictif des comportements et des habitudes. Par conséquent, à l'heure actuelle elle ne doit être ni recommandée ni administrée pour traiter les TSA. Une évaluation expérimentale plus approfondie de l'efficacité de la sécrétine dans le traitement des TSA ne peut se justifier que s'il existe de nouvelles données convaincantes prouvant que la sécrétine est capable d'influencer la fonction cérébrale d'une manière qui pourrait s'avérer bénéfique pour les enfants souffrant de TSA ou si l'on prouve qu'il existe un lien entre la sécrétine et la cause connue des TSA pour certains ou tous les enfants.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe aucune preuve indiquant que l'administration intraveineuse de doses uniques ou multiples de sécrétine est efficace et par conséquent, à l'heure actuelle elle ne doit être ni recommandée ni administrée pour traiter les TSA. Une évaluation expérimentale plus approfondie de l'efficacité de la sécrétine dans le traitement des TSA ne peut se justifier que s'il existe de nouvelles données scientifiques répliquées et de qualité qui soit, prouvent que la sécrétine joue un rôle dans la neurotransmission d'une manière pouvant s'avérer bénéfique pour tous les enfants souffrant de TSA, soit identifient des sous-groupes importants d'enfants souffrant de TSA qui pourraient bénéficier de la sécrétine en raison d'un lien prouvé entre l'action de la sécrétine et la cause connue de leurs TSA ou les différents types de problèmes dont ils souffrent.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

En 1998, il est ressorti de données anecdotiques que la sécrétine, une hormone gastro-intestinale, pouvait être un traitement efficace contre les troubles du spectre autistique (TSA).

Objectifs: 

Évaluer si l'administration intraveineuse de sécrétine améliore les aspects essentiels des TSA, les autres aspects comportementaux et fonctionnels tels que les comportements d'automutilation, et la qualité de vie des personnes touchées et de leurs aidants. Nous avons également évalué si la sécrétine a des effets nuisibles. Ceci est une version mise à jour de notre revue originale sur ce sujet publiée en 2005.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans CENTRAL (2010, numéro 1), MEDLINE (1950 à janvier 2010), EMBASE (1980 à la semaine 2 de 2010), PsycINFO (1806 à la semaine 2 de 2010), CINAHL (1938 à janvier 2010), ERIC (1966 à janvier 2010) et Sociological Abstracts (1952 à janvier 2010). Les bases de données Sociofile et HealthStar avaient été examinées en mars 2005 lors de la première publication de cette revue, mais elles n'étaient pas disponibles pour cette mise à jour. Les données se limitaient aux études publiées depuis 1998 puisque c'est à cette date que la sécrétine a été proposée pour la première fois comme traitement possible des TSA. Nous avons effectué des recherches dans les listes bibliographiques des articles et des revues. Nous avons également contacté les experts et les investigateurs afin d'obtenir des études non publiées.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés sur l'administration intraveineuse de sécrétine comparée à un traitement par placebo chez les enfants ou les adultes présentant un diagnostic de TSA, dans lesquels au moins une mesure standard de résultat était indiquée.

Recueil et analyse des données: 

Seize études remplissaient les critères d'inclusion, mais pour deux d'entre elles, menées par Repligen, les seules données multicentriques disponibles ont été publiées dans des communiqués de presse. Toutes les données de résultats des 14 autres essais étaient continues. Pour les essais à plan d'étude croisé, nous avons réalisé une analyse des résultats de la première phase de traitement. Lorsqu'une modification moyenne des scores de base était indiquée, nous les avons utilisés de préférence aux scores post-traitement pour les méta-analyses ou les graphiques de Forest. Nous n'avons pu procéder à une méta-analyse que pour un seul résultat (échelle d'évaluation de l'autisme infantile). Les données disponibles étaient insuffisantes pour effectuer des analyses de sensibilité ou en sous-groupe afin d'évaluer l'impact de la qualité des études, des différences cliniques de l'intervention ou des différences cliniquement pertinentes entre les groupes, telles que l'âge ou la présence de symptômes gastro-intestinaux.

Résultats principaux: 

Les essais portant sur la sécrétine incluaient 900 enfants. Vingt-cinq mesures standard et reconnues des résultats ont été indiquées pour évaluer les aspects essentiels des TSA, la communication, le comportement, les aptitudes visuo-spatiales, l'affect et les événements indésirables. Une mesure standard de l'impression globale a également été utilisée. Pas plus de quatre études utilisaient de la même façon une seule et même mesure de résultat. Lorsque la durée entre le début de l'intervention et l'évaluation des résultats était connue, les résultats étaient indiqués entre trois et six semaines après le début de l'intervention. La méta-analyse des données n'a pas été possible, mais les résultats des ECR portant sur l'efficacité de la sécrétine chez les personnes souffrant d'autisme indiquent à présent de manière cohérente qu'elle n'améliore pas les aspects essentiels des TSA.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.