Schémas de traitement contenant des taxanes dans le cancer du sein métastatique

Problématique de la revue

Nous avons examiné les éléments de preuve concernant l'effet des schémas de chimiothérapie contenant des taxanes chez les femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique. Ceci est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2003.

Contexte

Le traitement des femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique (cancer qui s'est propagé au-delà du sein) implique généralement une chimiothérapie pour tenter de réduire la tumeur ou d'en ralentir la croissance. La chimiothérapie peut consister en un médicament unique ou associer plusieurs médicaments. Le paclitaxel et le docétaxel sont des médicaments de chimiothérapie connus sous le nom de taxanes. Les taxanes peuvent inhiber la division et la reproduction des cellules cancéreuses, et leurs effets indésirables peuvent inclure des nausées, des vomissements et la chute de cheveux, ainsi que des réactions allergiques qui peuvent être réduites par une prémédication. Nous avons voulu évaluer si la chimiothérapie contenant des taxanes améliorait la survie et prolongeait le délai avant progression de la maladie chez les femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique.

Caractéristiques des études

Les preuves sont à jour en février 2013. Nous avons inclus dans la revue 28 études ayant randomisé 6 871 femmes. Celles-ci étaient assignées soit à un schéma de chimiothérapie comprenant des taxanes (seuls ou associés à d'autres médicaments de chimiothérapie), soit à un schéma de chimiothérapie sans taxanes. Les schémas de chimiothérapie avec et sans taxanes variaient entre eux. Environ la moitié des études utilisaient le paclitaxel et l'autre moitié le docétaxel, et dans la majorité des cas, les taxanes étaient administrés toutes les trois semaines. Sur les 28 études, 20 portaient sur des femmes recevant des taxanes en premier traitement après le diagnostic de cancer du sein métastatique, et 21 études portaient sur des femmes qui n'avaient pas été préalablement traitées avec des anthracyclines dans le contexte métastatique. Sur la base des études rapportant le suivi médian, celui-ci allait de 9 à 69 mois.

Principaux résultats

Cette revue systématique a montré que les schémas de chimiothérapie comprenant des taxanes amélioraient la survie et réduisaient la progression du cancer du sein métastatique. Le bénéfice de survie persistait lorsque les analyses étaient limitées aux études dans lesquelles les femmes recevaient des taxanes en premier traitement après le diagnostic de cancer du sein métastatique. Les taxanes semblaient également entraîner une réduction plus importante des tumeurs que les schémas de chimiothérapie sans taxanes. Cependant, des différences ont été observées en termes d'effets secondaires. Le risque de neurotoxicité (picotements des mains et des pieds) augmentait avec les taxanes par rapport à la chimiothérapie sans taxanes. La chute de cheveux semblait également plus probable avec les taxanes qu'avec les schémas thérapeutiques sans taxanes. Toutefois, moins de nausées/vomissements ont été observés avec les taxanes. Aucune différence n'a été constatée entre la chimiothérapie avec et sans taxanes dans les taux de leucopénies (faible taux de globules blancs) ou de décès liés au traitement. Sur la base des études rapportant des mesures de la qualité de vie, il ne semble pas y avoir de différence (d'ensemble ou sur des sous-échelles) dans la qualité de vie entre les deux groupes.

Qualité des preuves

Nous avons évalué 19 des 28 études comme étant à faible risque de biais global. Cependant, certaines études ne donnaient aucune information sur le masquage des traitements médicamenteux et les méthodes d'évaluation des résultats sur les critères de jugement plus susceptibles d'être à risque de biais (par exemple, le taux de réponse tumorale). Le degré de variabilité observé parmi les études incluses reflète probablement l'efficacité variable des différents schémas de chimiothérapie sans taxanes utilisés dans ces études et indique que les chimiothérapies comprenant des taxanes sont plus efficaces que certains des schémas sans taxanes, mais pas tous.

Conclusions des auteurs: 

Les schémas thérapeutiques contenant des taxanes semblent améliorer la survie globale, le délai jusqu'à progression et le taux de réponse tumorale chez les femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique. Les taxanes sont également associés à un risque accru de neurotoxicité, mais à moins de nausées et de vomissements par rapport à des schémas sans taxanes. L'hétérogénéité considérable observée entre les études reflète probablement l'efficacité variable des différents schémas de comparaison utilisés dans ces études et indique que les schémas thérapeutiques contenant des taxanes sont plus efficaces que certains schémas thérapeutiques sans taxanes, mais pas tous.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il est généralement admis que les taxanes sont parmi les agents de chimiothérapie les plus actifs dans la prise en charge d'un cancer du sein métastatique. Ceci est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2003.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue systématique était de comparer les schémas de chimiothérapie comprenant des taxanes avec des schémas sans taxanes dans la prise en charge des femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique.

Stratégie de recherche documentaire: 

Lors de cette mise à jour de revue, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le cancer du sein, MEDLINE, EMBASE, le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé (WHO ICTRP) et ClinicalTrials.gov le 14 février 2013 en utilisant des mots clés comme « advanced breast cancer » et « chemotherapy ». Nous avons consulté les références bibliographiques des articles, contacté des auteurs d'études, et nous n'avons appliqué aucune restriction de langue.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant des schémas de chimiothérapie contenant des taxanes à des schémas sans taxanes chez des femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique. Nous avons inclus les études publiées et non publiées.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données. Nous avons déduit les rapports de risques instantanés (hazard ratios ou HR) pour la survie globale, le délai avant progression, et le délai jusqu'à échec du traitement lorsque cela était possible, et nous avons utilisé un modèle à effets fixes pour la méta-analyse. Nous avons représenté les taux de réponse tumorale objectifs et la toxicité sous forme de risques relatifs (RR). Nous avons extrait les données sur la qualité de vie lorsqu'elles étaient présentes.

Résultats principaux: 

Cette revue inclut 28 études. L'analyse actualisée porte sur 6 871 femmes randomisées, alors que la revue d'origine incluait 3 643 femmes. Parmi les 28 études incluses, nous en avons jugé 19 comme étant à faible risque de biais global ; cependant, certaines études ne rendaient pas compte des détails de l'assignation secrète et des méthodes d'évaluation des résultats sur les critères de jugement qui sont plus susceptibles d'être influencés par un manque de mise en aveugle (par exemple, le taux de réponse tumorale). Les études différaient en termes des chimiothérapies comprenant des taxanes et des bras de comparaison et ont été classées en trois groupes : schéma A + taxanes versus schéma A (2 études) ; schéma A + taxanes versus schéma B (14 études) ; et taxanes en traitement unique versus schéma C (13 études). Treize études utilisaient le paclitaxel, 14 études le docétaxel et la dernière étude a laissé à l'investigateur le choix du type de taxane ; dans la majorité des études, les taxanes étaient administrés toutes les 3 semaines. Vingt études ont administré des taxanes en traitement de première ligne, et 21 études portaient sur des femmes n'ayant jamais reçu d'anthracyclines dans le contexte métastatique. Les HR combinés pour la survie globale et le délai avant progression favorisaient les schémas contenant des taxanes (HR 0,93 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,88 à 0,99 ; P = 0,002, décès = 4 477 ; et HR 0,92 ; IC à 95 % de 0,87 à 0,97 ; P = 0,002, 5 122 événements estimés, respectivement) avec une hétérogénéité modérée à substantielle entre les essais. Lorsque les analyses étaient restreintes aux études sur la chimiothérapie de première ligne, cet effet persistait pour la survie globale (HR 0,93 ; IC à 95 % de 0,87 à 0,99 ; P = 0,03), mais pas pour le délai avant progression (HR 0,96 ; IC à 95 % de 0,90 à 1,02 ; P = 0,22). Les taux de réponse tumorale semblaient être meilleurs avec une chimiothérapie contenant des taxanes chez les femmes évaluables (RR 1,20 ; IC à 95 % de 1,14 à 1,27 ; P < 0,00001), mais l'hétérogénéité était substantielle entre les études. Les taxanes étaient associés à un risque accru de neurotoxicité (RR 4,84 ; IC à 95 % de 3,18 à 7,35 ; P < 0,00001, 24 études) et de chute de cheveux (RR 2,37 ; IC à 95 % de 1,45 à 3,87 ; P = 0,0006, 11 études), mais à moins de nausées/vomissements par rapport à des schémas sans taxanes (RR 0,62 ; IC à 95 % de 0,46 à 0,83 ; P = 0,001, 26 études). L'incidence des leucopénies et des décès liés au traitement ne différait pas entre les deux groupes (RR 1,07 ; IC à 95 % de 0,97 à 1,17 ; P = 0,16 ; 28 études ; et RR 1,00 ; IC à 95 % de 0,63 à 1,57 ; P = 0,99 ; 23 études, respectivement). Pour les mesures de la qualité de vie, aucune des études individuelles n'a rapporté de différence dans la qualité de vie globale ni sur une sous-échelle donnée entre les schémas de chimiothérapie contenant des taxanes ou non.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.