Le métoclopramide pour la migration de la sonde d'alimentation naso-entérale

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Le métoclopramide a amélioré la migration des sondes naso-entérales, mais les résultats n'ont pas été statistiquement significatifs. Dans la pratique clinique, les cliniciens ne devraient plus utiliser le métoclopramide à cette fin, cependant, des essais cliniques randomisés supplémentaires devraient être réalisés avec le métoclopramide. Les personnes auxquelles ont administre du métoclopramide peuvent subir des réactions indésirables.

Conclusions des auteurs: 

Le métoclopramide a amélioré la migration des sondes naso-entérales, mais les résultats n'ont pas atteint la signification statistique conventionnelle. Cela peut s'expliquer, notamment, par des études de petite taille, de puissance insuffisante, des doses différentes, etc. Dans la pratique clinique, les cliniciens ne devraient plus utiliser le métoclopramide à cette fin. Cependant, des essais cliniques randomisés supplémentaires devraient être réalisés avec une taille d'échantillon significative, en administrant du métoclopramide ou non. L'utilisation de métoclopramide peut être associée à des réactions indésirables, telles qu'une dépression, une hypertension artérielle, une baisse de la libido, des maux de tête, des éruptions cutanées, de la fatigue, de la fièvre, une hyperactivité, une insomnie, des nausées, une sédation, une somnolence, une agitation, des réactions extrapyramidales troubles de la parole ou déglutition difficile, démarche instable, raideur des membres supérieurs et inférieurs, tremblements).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'alimentation entérale par sonde est une méthode courante et efficace pour apporter un soutien nutritionnel aux patients hospitalisés ayant une prise orale insuffisante, mais une fonction gastro-intestinale adéquate. L'utilisation du métoclopramide, un agent prokinétique, a été recommandée pour parvenir à un placement transpylorique, mais son efficacité est controversée.

Objectifs: 

Déterminer l'effet du métoclopramide par voie intraveineuse sur le passage transpylorique de la sonde naso-entérale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les essais ont été identifiés par des recherches dans MEDLINE de 1996 à novembre 2008, EMBASE de 1988 à novembre 2008, LILACS de 2005 à novembre 2008, le registre Cochrane des essais contrôlés et The Cochrane Library numéro 4, année 2008). Nous n'avons pas limité nos recherches aux publications en anglais. Les recherches dans toutes les bases de données ont été mises à jour en janvier 2005 et en novembre 2008. Aucune nouvelle étude n'a été trouvée en 2008.

Critères de sélection: 

Types de participants : Adultes nécessitant une nutrition entérale.
Types d'intervention : Métoclopramide par voie intraveineuse ou intramusculaire par comparaison avec un placebo ou l’absence d’intervention.
Types d'études : Essais contrôlés randomisés.
Types de critères de jugement : La réussite de la migration pour l'intubation transpylorique.

Recueil et analyse des données: 

Les relecteurs ont évalué l'assignation secrète, qui a été classée comme adéquate, incertaine ou inadéquate. Deux évaluateurs ont extrait des données de façon indépendante. Toutes les analyses ont été effectuées selon la méthode de l'intention de traiter.

Résultats principaux: 

Quatre études ont été incluses et analysées. Il n'a été constaté aucune différence statistiquement significative entre le métoclopramide par voie intraveineuse ou intramusculaire administré pour favoriser la migration de la sonde RC 0,65, IC à 95 % 0,33 à 1,28). Les doses de métoclopramide par voie intraveineuse à 10 mg RC 0,68, IC à 95 % 0,37 à 1,23) et à 20 mg RC 0,27, IC à 95 % 0,01 à 10,83) ont été aussi inefficaces l'une que l'autre pour faciliter l'intubation transpylorique.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.