Clampage précoce du cordon versus clampage tardif du cordon ou traite du cordon pour les bébés prématurés

Dans l'utérus, le sang du bébé circule à travers le cordon ombilical, du placenta vers le bébé et vice versa, pour apporter de l'oxygène et des nutriments au bébé par le sang de la mère. Si aucun clampage n'est posé sur le cordon ombilical pendant une courte durée après la naissance, un certain volume de sang du placenta est transmis au bébé (on appelle cela la transfusion placentaire), ce qui augmente le volume sanguin du bébé et facilite l'afflux sanguin vers les organes importants du bébé, notamment les poumons. Depuis de nombreuses années, les soins habituels pendant la délivrance du placenta consistent à clamper le cordon immédiatement à la naissance. Cette revue examine l'option de retarder le clampage du cordon pour permettre une plus grande transfusion placentaire comparé au clampage immédiat du cordon. L'autre intervention évaluée est la « traite du cordon », ce qui signifie que le soignant tient le cordon et le presse pour évacuer le sang vers le bébé. Dans cette revue, nous avons inclus 15 essais contrôlés randomisés, portant sur 738 bébés nés prématurément, après une durée de gestation située entre 24 et 36 semaines, par césarienne ou par accouchement par voie basse. Ces études comparaient les bébés chez lesquels le cordon était clampé quelques secondes après la naissance à ceux dont le cordon était clampé après une durée d'au moins 30 secondes. Le délai maximal avant le clampage du cordon était de 180 secondes. L'apport de sang supplémentaire aux bébés par un clampage tardif du cordon ou une traite du cordon avant le clampage ont semblé aider les bébés à s'adapter à leur nouvel environnement. Moins de bébés ont nécessité des transfusions pour traiter une anémie, le risque de saignement dans le cerveau (hémorragie intraventriculaire) et le risque d'entérocolite nécrosante (grave infection de l'intestin) ont été réduits. Les essais présentaient un risque de biais incertain et différentes définitions des critères de jugement étaient utilisées. Il est nécessaire de réaliser des études supplémentaires comparant différentes méthodes permettant d'apporter du sang placentaire aux bébés afin de déterminer laquelle présente le plus grand bénéfice.

Conclusions des auteurs: 

L'apport de sang placentaire supplémentaire au bébé prématuré en retardant le clampage du cordon de 30 à 120 secondes, plutôt que d'effectuer un clampage précoce, semble être associé à un moindre besoin de transfusion, à une meilleure stabilité circulatoire, à une moindre hémorragie intraventriculaire (tous grades) et à un risque réduit d'entérocolite nécrosante. Cependant, les données étaient insuffisantes pour établir des conclusions fiables concernant les effets comparatifs sur les critères de jugement principaux pour cette revue.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le moment optimal pour le clampage du cordon ombilical lors d'un accouchement prématuré est incertain. Le clampage précoce permet un transfert immédiat du nourrisson au néonatologiste. Le clampage tardif permet à la circulation sanguine entre le placenta, le cordon ombilical et le bébé de se poursuivre. Concernant le sang qui passe au bébé entre la naissance et le clampage du cordon, on parle de transfusion placentaire. La transfusion placentaire peut améliorer le volume de sang circulant à la naissance, ce qui peut améliorer les critères de jugement pour les nourrissons prématurés.

Objectifs: 

Évaluer les effets à court et à long terme du clampage précoce plutôt que tardif ou plutôt que la traite du cordon ombilical pour les nourrissons nés à moins de 37 semaines de gestation révolues et leur mère.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 mai 2011). Nous avons mis à jour ces recherches le 26 juin 2012 et ajouté les résultats à la section de classification en attente.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés comparant le clampage précoce au clampage tardif du cordon ombilical et d'autres stratégies visant à influer sur la transfusion placentaire pour les naissances avant 37 semaines de gestation révolues.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de la revue ont évalué l’éligibilité et la qualité des essais.

Résultats principaux: 

Quinze études (738 nourrissons) pouvaient être incluses. Les participantes avaient entre 24 et 36 semaines de gestation à l'accouchement. Le délai maximal avant le clampage du cordon était de 180 secondes. Le clampage tardif du cordon a été associé à un moins grand nombre de nourrissons nécessitant des transfusions pour traiter une anémie (sept essais, 392 nourrissons ; risque relatif (RR) 0,61, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,46 à 0,81), à moins d'hémorragies intraventriculaires (diagnostic par échographie, tous grades) (10 essais, 539 nourrissons (RR 0,59, IC à 95 % 0,41 à 0,85)) et à un moindre risque d'entérocolite nécrosante (cinq essais, 241 nourrissons, RR 0,62, IC à 95 % 0,43 à 0,90) comparé au clampage immédiat. Cependant, la concentration maximale de bilirubine a été supérieure pour les nourrissons assignés à un clampage tardif du cordon comparé au clampage immédiat (sept essais, 320 nourrissons, différence moyenne 15,01 mmol/L, IC à 95 % 5,62 à 24,40). Pour la plupart des critères de jugement (notamment les critères de jugement principaux de décès des nourrissons, d'hémorragie intraventriculaire et de leucomalacie périventriculaire graves (grade trois à quatre)), il n'a été observé aucune différence claire entre les groupes, mais pour un grand nombre d'entre eux, la notification était incomplète et les IC étaient importants. Le résultat après la sortie de l'hôpital a été indiqué pour une étude réalisée à petite échelle ; il n'y avait aucune différence significative entre les groupes en termes de scores de Bayley II moyens à l'âge de sept mois (corrigés en fonction de la durée de gestation à la naissance (58 enfants)).

Aucune étude n'a indiqué de résultats pour les femmes.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.