Réadaptation professionnelle pour les patients atteints de troubles mentaux sévères

La majorité des patients atteints de troubles mentaux sévères aimeraient travailler, et il existe des motifs éthiques, sociaux et cliniques plus que suffisants pour les aider à atteindre cet objectif. La formation préprofessionnelle et l'emploi assisté sont deux approches différentes conçues pour aider les patients atteints de troubles mentaux sévères à entrer dans l'emploi. Le principe clé de la formation préprofessionnelle est qu'une période de préparation est nécessaire avant d'entrer sur un marché de l'emploi compétitif. L'emploi assisté repose quant à lui sur le principe selon lequel l'obtention d'un emploi compétitif devrait se produire le plus rapidement possible et être suivi d'un soutien et d'une formation dans le milieu professionnel lui-même. Cette revue systématique a observé que les patients qui bénéficiaient d'un emploi assisté étaient significativement plus susceptibles d'avoir un emploi compétitif que ceux qui recevaient une formation préprofessionnelle (à 12 mois, 34 % avec l'emploi assisté contre 12 % avec la formation préprofessionnelle).

Conclusions des auteurs: 

L'emploi assisté est plus efficace que la formation préprofessionnelle pour aider les patients atteints de troubles mentaux sévères à entrer dans l'emploi compétitif. Il n'existe aucune preuve solide de l'efficacité de la formation préprofessionnelle.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Bien que les enquêtes montrent que la plupart des patients atteints de troubles mentaux sévères souhaitent travailler, le taux de chômage est élevé chez ce collectif. Des services de réadaptation professionnelle ont été développés pour aider ces patients à trouver un emploi. Traditionnellement, ces services proposent une période de préparation (formation préprofessionnelle) avant d'essayer de placer les patients dans un environnement compétitif (ouvert). Plus récemment, certains services ont commencé à placer immédiatement les patients dans un environnement compétitif tout en leur apportant un soutien en milieu de travail (emploi assisté). On ignore quelle approche est la plus efficace.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la formation préprofessionnelle et de l'emploi assisté (chez les patients atteints de troubles mentaux sévères) l'un par rapport à l'autre, et par rapport aux soins standard (en milieu hospitalier ou communautaire). Évaluer également les effets : (a) des variantes spécifiques de formation préprofessionnelle (modèle Foyer) et d'emploi assisté (modèle de placement et de soutien individuel) ; et (b) des techniques visant à améliorer l'une ou l'autre des approches, par exemple la rémunération ou l'intervention psychologique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches ont été effectuées dans CINAHL (1982-1998), la Bibliothèque Cochrane (numéro 2, 1999), EMBASE (1980-1998), MEDLINE (1966-1998) et PsycLIT (1887-1998). Les références bibliographiques des études et revues éligibles ont été examinées, et des chercheurs de ce domaine ont été contactés afin d'identifier des études non publiées.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés portant sur des approches de réadaptation professionnelle chez des patients atteints de troubles mentaux sévères.

Recueil et analyse des données: 

Les essais inclus ont été sélectionnés de manière fiable par une équipe de deux évaluateurs. Les données ont été extraites séparément par deux évaluateurs et contre-vérifiées. Les auteurs des essais ont été contactés afin d'obtenir des informations supplémentaires. Les risques relatifs (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été calculés pour les données dichotomiques homogènes. Un modèle à effets aléatoires a été utilisé pour les données dichotomiques hétérogènes. Les données continues ont été présentées dans des tableaux (elles étaient insuffisantes pour effectuer une méta-analyse formelle). Une analyse de sensibilité a été effectuée en excluant les essais de moins bonne qualité.

Résultats principaux: 

Dix-huit essais contrôlés randomisés de qualité acceptable ont été identifiés. La conclusion la plus importante était que l'emploi assisté était significativement plus efficace que la formation préprofessionnelle concernant le critère de jugement principal (nombre de patients dans l'emploi compétitif) ; par exemple, à 18 mois, 34 % des patients du groupe de l'emploi assisté étaient employés, contre 12 % du groupe de la formation préprofessionnelle (RR à effets aléatoires (chômage) de 0,76, IC à 95 %, entre 0,64 et 0,89, NST de 4,5). En outre, les patients du groupe de l'emploi assisté gagnaient un salaire supérieur et travaillaient plus d'heures par mois que ceux de la formation préprofessionnelle. Aucune preuve n'indiquait que la formation préprofessionnelle était plus efficace que les soins de proximité standard pour aider les patients à entrer dans l'emploi compétitif.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.