Les probiotiques aident-ils à traiter la diarrhée aiguë infectieuse ?

Quel est l’objectif de cette revue ?

La diarrhée aiguë infectieuse est une maladie mondiale majeure qui touche particulièrement les populations des pays à revenu faible et intermédiaire. Nous voulions savoir si la prise de probiotiques permettait de réduire le temps nécessaire à la résolution des symptômes. Nous avons recherché des études portant sur l'utilisation des probiotiques chez les personnes souffrant de diarrhée aiguë. Nous avons recherché des études dans lesquelles les traitements que les personnes recevaient étaient décidés de façon randomisée ; ces études fournissent généralement des données probantes fiables.

Principaux messages

Les probiotiques pourraient ne pas modifier la durée de la diarrhée aiguë. Nous ne savons pas s'ils peuvent réduire le temps de guérison de la diarrhée. Nous avons besoin de données probantes fiables provenant d'études complémentaires pour déterminer si les probiotiques aident à traiter la diarrhée aiguë infectieuse.

Qu'est-ce qui a été étudié dans cette revue ?

La « diarrhée » est le nom donné aux selles fréquentes ou à l'évacuation de matières fécales exceptionnellement molles ou aqueuses. Les infections intestinales par des bactéries, des virus ou des parasites provoquent des diarrhées aiguës et se propagent le plus souvent par l'eau contaminée par des matières fécales. La diarrhée aiguë s'améliore généralement en quelques jours. Cependant, en cas de diarrhée aiguë sévère, l'eau, les sels et les nutriments qui pourraient être perdus par l'organisme sont importants, entraînant une déshydratation et même la mort. Les traitements contre la diarrhée aiguë visent à prévenir ou à inverser la déshydratation, à accélérer le temps de récupération et à réduire le temps pendant lequel une personne pourrait transmettre l'infection à d'autres.

Les probiotiques sont des bactéries et des levures vivantes dont on pense qu'elles rétablissent l'équilibre naturel des bactéries dans l'intestin lorsque celui-ci a été perturbé par une maladie ou un traitement. Les probiotiques sont souvent décrits comme des « bonnes » bactéries ou des bactéries «amies» ; ils pourraient être présents dans les yaourts ou pris comme compléments alimentaires. Dans la diarrhée aiguë infectieuse, les probiotiques pourraient agir contre les microbes nocifs qui provoquent la diarrhée, aider l'intestin à les combattre ou réduire l'inflammation et les dommages causés à l'intestin.

Quels sont les principaux résultats de cette revue ?

Nous avons trouvé 82 études portant sur 12 127 personnes (principalement des enfants) souffrant de diarrhée aiguë. Seules 26 études ont été menées dans des pays qui ont un nombre élevé de décès (toutes causes confondues) chez les adultes et les enfants.

Ces études ont comparé les effets de différents types de probiotiques sans traitement supplémentaire ou avec un traitement placebo (factice). Nous étions intéressés par :

- combien de personnes ont eu la diarrhée pendant plus de 48 heures; et
- la durée moyenne des symptômes de la diarrhée.

Il y a eu de nombreuses différences dans la façon dont ces études ont été conçues et réalisées. Les études ont utilisé différentes définitions de la « diarrhée aiguë » et de la « fin des symptômes de la diarrhée », et elles ont testé de nombreux probiotiques différents. C'est pourquoi nous n'avons pas pu inclure les résultats de toutes les études dans notre analyse.

Nous n'avons pas détecté de différence entre la prise d'un probiotique et celle d'un placebo ou l'absence de traitement supplémentaire dans le nombre d'enfants qui ont eu la diarrhée pendant plus de 48 heures (deux études dans des pays à revenus élevés ; 1770 enfants). Nous ne sommes pas sûrs que la prise de probiotiques modifie la durée des symptômes de la diarrhée (six études ; 3058 personnes). Ces résultats n'ont pas été influencés par l'âge, le statut nutritionnel et socio-économique, la région ou l'infection à rotavirus des participants, ni par le fait qu'ils prennent des antibiotiques ou des suppléments de zinc.

La prise de probiotiques n'aurait pas influencé :

- combien de personnes ont eu la diarrhée pendant plus de 14 jours (neuf études ; 2928 personnes) ; ou
- combien de personnes ont été admises à l'hôpital pour cause de diarrhée (six études ; 2283 personnes).

On ne sait pas si la prise de probiotiques a réduit la durée d'hospitalisation par rapport à la prise d’un placebo ou à l'absence de traitement supplémentaire (24 études ; 4056 personnes). Peu d'études ont rapporté d'effets indésirables des probiotiques ; des effets indésirables graves n’ont pas été rapportés chez les personnes ayant pris des probiotiques.

Les résultats sont-ils fiables ?

Les précédentes éditions publiées de cette revue ont tiré les conclusions des nombreuses petites études dans ce domaine et ont indiqué un effet.

Cette nouvelle analyse montre que dans ce domaine, il y a un biais de publication, les petites études démontrant un effet positif ayant plus de chances d'être publiées, ce qui fausse les résultats. Cette nouvelle analyse en tient compte.

Cette revue est-elle à jour ?

Nous avons inclus les données probantes publiées jusqu'au 17 décembre 2019.

Conclusions des auteurs: 

Les probiotiques pourraient faire que peu ou pas de différence dans le nombre de personnes qui ont une diarrhée durant 48 heures ou plus, et nous ne sommes pas certains si les probiotiques réduisent la durée de la diarrhée. Cette analyse est basée sur de grands essais avec un faible risque de biais.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les probiotiques pourraient être efficaces pour réduire la durée de la diarrhée aiguë infectieuse.

Objectifs: 

Évaluer les effets des probiotiques dans la diarrhée aiguë d'origine infectieuse avérée ou présumée.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses, MEDLINE, et Embase depuis sa création jusqu'au 17 décembre 2019, ainsi que le registre des essais contrôlés Cochrane (numéro 12, 2019), dans la bibliothèque Cochrane, et les listes de références des études et des revues. Nous avons inclus des études supplémentaires identifiées lors de la revue externe.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant un agent probiotique spécifique avec un placebo ou aucun probiotique chez des personnes souffrant de diarrhée aiguë dont il est prouvé ou présumé qu'elle soit causée par un agent infectieux.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment appliqué les critères d'inclusion, évalué le risque de biais et extrait les données. Les critères de jugements principaux ont été des mesures de la durée de la diarrhée (durée de la diarrhée ≥ 48 heures ; durée de la diarrhée). Les critères de jugement secondaires étaient le nombre de personnes hospitalisées dans les études communautaires, la durée de l'hospitalisation dans les études sur des patients hospitalisés, la diarrhée qui dure ≥ 14 jours, et les effets indésirables.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 82 études avec un total de 12 127 participants. Ces études ont inclus 11 526 enfants (âge < 18 ans) et 412 adultes (trois études ont recruté 189 adultes et enfants, mais n'ont pas précisé le nombre de personnes dans chaque groupe d'âge). Nous n’avons pas inclus d’essais randomisés en grappes. Les études varient dans les définitions utilisées pour « diarrhée aiguë » et « fin de la diarrhée » et dans le(s) probiotique(s) testé(s). Un total de 53 essais ont été réalisés dans des pays où la mortalité des enfants et des adultes était faible ou très faible, et 26 où la mortalité des enfants ou des adultes était élevée.

Le risque de biais était élevé ou peu clair dans de nombreuses études, et il y avait une hétérogénéité statistique marquée lorsque les résultats des critères jugement principaux ont été mis en commun dans une méta-analyse. La taille de l'effet était similaire dans l'analyse de sensibilité et une forte hétérogénéité persistait. Un biais de publication a été démontré à partir de graphiques en entonnoir pour les critères de jugement principaux.

Dans notre analyse principale des critères de jugement principaux dans les études à faible risque pour tous les indices de risque de biais, nous n’avons pas détecté de différence entre les groupes probiotiques et les groupes témoins pour le risque de diarrhée d'une durée ≥ 48 heures (risque relatif (RR) 1,00, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0.91 à 1,09 ; 2 essais, 1770 participants ; données probantes d’un niveau de confiance modéré) ; ou pour la durée de la diarrhée (différence moyenne (DM) 8,64 heures plus courte, IC à 95 % 29,4 heures plus courte à 12,1 heures plus longue ; 6 essais, 3058 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

La taille de l'effet était similaire et une hétérogénéité marquée a persisté dans les analyses de sous-groupes prédéfinis des critères de jugement principaux qui comprenaient toutes les études. Cela inclut les analyses limités aux probiotiques Lactobacillus rhamnosus GG et Saccharomyces boulardii. Dans six essais (433 participants) de Lactobacillus reuteri, les résultats étaient cohérents (I² = 0%), mais le risque de biais était présent dans toutes les études incluses. L'hétérogénéité ne s'expliquait pas non plus par les types de participants (âge, statut nutritionnel/socioéconomique pris en compte par la strate de mortalité, région du monde où les études ont été menées), la diarrhée chez les enfants causée par le rotavirus, l'exposition aux antibiotiques et les quelques études sur les enfants qui ont également été traités avec du zinc. En plus, il n'y avait pas de différences claires dans la taille de l'effet pour les critères de jugement principaux dans les analyses post hoc selon la décennie de publication des études et selon que les essais ont été enregistrés ou non.

Pour les autres critères de jugement, la durée d'hospitalisation dans les études sur les patients hospitalisés était en moyenne plus courte dans les groupes probiotiques que dans les groupes témoins, mais il y avait une hétérogénéité marquée entre les études (I² = 96 % ; DM -18,03 heures, IC à 95 % de -27,28 à -8,78, modèle à effets aléatoires : 24 essais, 4056 participants). Nous n’avons pas détecté de différences entre le groupe probiotique et le groupe témoin en ce qui concerne le nombre de personnes souffrant de diarrhée durant ≥ 14 jours (RR 0,49, IC à 95 % de 0,16 à 1,53 ; 9 études, 2928 participants) ou le risque d'hospitalisation dans les études communautaires (RR 1,26, IC à 95 % de 0,84 à 1,89 ; 6 études, 2283 participants).

Des événements indésirables graves n’ont pas été attribués aux probiotiques.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Anne-Sophie Odoul et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.