Les techniques efficaces de stérilisation tubaire (occlusion des trompes de Fallope) incluent la section, la ligature, les clips, les anneaux tubaires et l'électrocoagulation. Leur efficacité comparative n'est cependant pas clairement établie.

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La stérilisation tubaire évite la grossesse en empêchant l’ovule non fécondé de passer dans les trompes de Fallope, où il peut être fécondé par un spermatozoïde. Les techniques d'occlusion des trompes comprennent la coupe et la ligature, l'occlusion mécanique par le biais de clips ou d'anneaux tubaires, l'occlusion par électrocoagulation et l'occlusion par l'utilisation de produits chimiques ou de micro-implants qui entraînent une fibrose tubaire. La revue des essais a mis en évidence que toutes ces techniques étaient efficaces pour empêcher la grossesse et présentaient peu d'effets secondaires. Les preuves sont toutefois insuffisantes pour déterminer laquelle de ces techniques est la plus efficace. Le risque de grossesse survenant après une stérilisation tubaire est moins grand si l’intervention a été réalisée par un praticien expérimenté.

Conclusions des auteurs: 

Comparée à la méthode Pomeroy et aux anneaux tubaires, l'électrocoagulation a été associée à une morbidité moindre, notamment en termes de douleur postopératoire, malgré le risque de brûlures de l'intestin grêle. La petite taille de l'échantillon et la période de suivi relativement courte de ces études n’ont pas permis de mettre en évidence des différences cliniques ou statistiques pour les résultats rares tels que les taux d'échec. Certains aspects tels que la formation des praticiens, les coûts et l’entretien de l'équipement peuvent être des facteurs importants dans le choix de la méthode à adopter.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La stérilisation féminine est la méthode de contraception la plus répandue au monde. Plusieurs techniques sont décrites dans la littérature, mais peu d'entre elles sont couramment utilisées et correctement évaluées.

Objectifs: 

Comparer les différentes techniques d'occlusion tubaire en termes de morbidité mineure et majeure, de taux d'échec (grossesses), d'échecs techniques et de difficultés, en incluant le point de vue des femmes et des chirurgiens.

Stratégie de recherche documentaire: 

À l'origine, MEDLINE et le registre Cochrane des essais contrôlés ont été consultés. Pour la mise à jour 2010, des recherches ont été effectuées dans Popline, Lilacs, Pubmed et le registre Cochrane des essais contrôlés. Les références bibliographiques des essais identifiés ont fait l'objet d'une recherche.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés comparant les différentes techniques de stérilisation tubaire, que ce soit avec un accès par voie hystéroscopique ou sous anesthésie.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons évalué la qualité méthodologique et l'éligibilité à l'inclusion des essais considérés. Neuf études pertinentes ont été incluses et les résultats ont été répartis en cinq groupes : anneau tubaire contre clip, méthode de Pomeroy modifiée contre électrocoagulation, anneau contre électrocoagulation, méthode de Pomeroy contre clips de Filshie et clips de Filshie contre clips de Hulka. Les résultats sont présentés sous forme de rapport de cotes pour les résultats dichotomiques et de différences moyennes pondérées pour les résultats continus.

Résultats principaux: 

Anneau tubaire contre clip : la morbidité mineure était plus élevée dans le groupe des anneaux (RC Peto 2,15 ; IC à 95 % entre 1,22 et 3,78). Les difficultés techniques étaient moins fréquentes dans le groupe des clips (RC Peto 3,87 ; IC à 95 % entre 1,90 et 7,89). Il n'y avait pas de différence dans les taux d'échec entre les deux groupes (RC Peto 0,70 ; IC à 95 % entre 0,28 et 1,76).
Méthode Pomeroy contre électrocoagulation : les femmes ayant recours à la technique de Pomeroy modifiée présentaient une morbidité majeure plus élevée que celles ayant choisi l'électrocoagulation (RC Peto 2,87 ; IC à 95 % entre 1,13 et 7,25). La douleur postopératoire était plus fréquente dans le groupe de la méthode Pomeroy (RC Peto 3,85 ; IC à 95 % entre 2,91 et 5,10).
Anneau tubaire contre électrocoagulation : la douleur postopératoire était plus fréquente dans le groupe des anneaux tubaires. Aucune grossesse n'a été signalée.
Méthode Pomeroy contre clip de Filshie : dans le seul essai comparant ces deux interventions, une seule grossesse a été rapportée dans le groupe de la méthode Pomeroy avec un recul de 24 mois.
Aucune différence n'a été relevée par rapport aux clips de Hulka et aux clips de Filshie dans la seule étude comparant ces deux dispositifs.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.