Traitements oraux à base de plantes pour le traitement de l'arthrose

Contexte : Qu'est-ce que l'arthrose et qu'est-ce que la phytothérapie ?

L'ostéoarthrite (OA) est une maladie des articulations (couramment les genoux, les hanches, les mains). Lorsque les articulations perdent du cartilage, l'os se développe pour essayer de réparer le dommage. Au lieu d'améliorer les choses, l'os se développe anormalement et empire les choses. Par exemple, l'os peut adopter une forme anormale et rendre l'articulation douloureuse et limiter les mouvements. L'arthrose peut affecter la fonction physique, en particulier la capacité à utiliser ses articulations.

Les médicaments phytothérapeutiques sont définis comme des produits médicinaux finis et étiquetés qui contiennent comme ingrédients actifs des parties de plantes aériennes ou souterraines ou d'autres matières végétales, ou des combinaisons de celles-ci, à l'état brut ou sous forme de préparations végétales (par exemple des extraits, huiles, teintures).

Les caractéristiques de l'étude

Ce résumé d'une mise à jour d'une revue Cochrane présente les connaissances actuelles issues de nos recherches concernant les effets des traitements à base de plantes consommés par voie orale par les personnes souffrant d'arthrose. Après avoir recherché toutes les études pertinentes jusqu’en août 2013, nous avons inclus 45 nouvelles études depuis la dernière revue, soit un total de 49 études (sur 33 interventions à base de plantes) qui incluaient 5 980 participants, la plupart avec de l'arthrose du genou ou de la hanche dont les symptômes étaient légers à modérés. Trente-trois différents produits à base de plantes médicinales ont été comparés à des groupes témoin traités par placebo ou une intervention active et de nombreuses comparaisons avaient été effectuées dans le cadre d’études isolées ; par conséquent, nous avons limité la documentation des résultats ici aux études multiples des produits à base de Boswellia serrata (une seule plante) et d’insaponifiables d'avocat/soja (IAS) (association de deux plantes).

Résultats principaux

Boswellia serrata

La douleur sur une échelle de 0 à 100 points (des scores plus faibles signifient une diminution de la douleur) :

- les personnes ayant utilisé 100 mg d’extrait enrichi de Boswellia serrata ont qualifié leur douleur de 17 points plus faible (plage de 8 à 26 points plus faible) (amélioration absolue de 17 %) à 90 jours par rapport à un placebo ;

- les personnes ayant utilisé 100 mg d’extrait enrichi de Boswellia serrata ont qualifié leur douleur comme étant de 23 points ;

- les personnes ayant utilisé un placebo de préparation ont qualifié leur douleur comme étant de 40 points.

Fonction physique sur une échelle de 0 à 100 points (des scores plus faibles signifient une meilleure fonction physique) :

- les personnes ayant utilisé 100 mg d’extrait enrichi de Boswellia serrata ont évalué leur fonction physique à 8 points de mieux (de 2 à 14 points de mieux) sur une échelle de 100 points (amélioration absolue de 8 %) à 90 jours par rapport à un placebo ;

- les personnes ayant utilisé 100 mg d’extrait enrichi de Boswellia serrata ont évalué leur fonction physique comme étant de 25 points ;

- les personnes ayant utilisé un placebo ont qualifié leur fonction physique de 33 points.

Insaponifiables d’avocat/soja (IAS) Piascledine®

La douleur sur une échelle de 0 à 100 points (des scores plus faibles signifient une douleur moindre) :

- les personnes ayant utilisé 300 mg d’IAS ont qualifié leur douleur de 8 points plus faible (1 à 16 points plus faible) sur une échelle de 100 points (amélioration absolue de 8 %) au bout de 3 à 12 mois par rapport à un placebo ;

- les personnes ayant utilisé 300 mg d’IAS ont qualifié leur douleur comme étant de 33 points ;

- les personnes ayant utilisé un placebo ont qualifié leur douleur comme étant de 41 points.

Fonction physique sur une échelle de 0 à 100 mm (des scores plus faibles signifient une meilleure fonction physique) :

- les personnes ayant utilisé 300 mg d’IAS ont évalué leur fonction physique meilleure de 7 mm (2 à 12 mm meilleur) sur une échelle de 100 mm (amélioration absolue de 7 %) au bout de 3 à 12 mois par rapport à un placebo ;

- les personnes ayant utilisé 300 mg d’IAS ont évalué leur fonction physique comme étant de 40 mm ;

- les personnes ayant utilisé un placebo ont qualifié leur fonction physique comme étant de 47 mm.

Qualité des preuves

Il existe des preuves de qualité élevée que chez les personnes atteintes d'ostéoarthrite, Boswellia serrata améliore légèrement la douleur et la fonction. D'autres recherches sont peu susceptibles de modifier les estimations.

Il existe des preuves de qualité modérée que les insaponifiables d’avocat/soja (IAS) améliorent probablement légèrement la douleur et la fonction, mais pourraient ne pas préserver l’espace articulaire. Des recherches supplémentaires sont susceptibles de modifier les estimations.

Nous ne sommes pas sûrs que d'autres produits oraux à base de plantes dans l'arthrose améliorent la douleur ou la fonction, ou ralentissent la progression des lésions de l'articulation car les preuves disponibles sont limitées à des études isolées ou à des études qui ne peuvent pas être combinées, et certaines de ces études sont de qualité faible à très faible. La qualité de vie n'était pas mesurée.

Les phytothérapies peuvent provoquer des effets secondaires, mais nous ne savons pas s'il existe un risque accru de ces effets.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves portant sur le produit IAS de marque déposée Piasclidine® dans le traitement des symptômes de l'arthrose semblent modérées à élevées pour une utilisation à court terme, mais les études à plus long terme et par rapport à une un contrôle apparemment actif sont moins convaincantes. Plusieurs autres produits à base de plantes médicinales, y compris des extraits de Boswellia serrata, ont montré des tendances d'effets bénéfiques qui justifient d'autres recherches puisque le risque d'événements indésirables semble faible.

Il n'existe aucune preuve que Piasclidine® améliore significativement la structure des articulations, et des preuves limitées qu'elle prévient la réduction de l'espace articulaire. Les changements structurels n'ont été testés avec aucune autre intervention à base de plantes.

Des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les doses quotidiennes produisant des bénéfices cliniques sans événements indésirables.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Des produits à base de plantes médicinales sont utilisés par voie orale pour le traitement de l'arthrose. Bien que les détails de leurs mécanismes d'action n'aient pas encore été intégralement explicités, des interactions avec les médiateurs inflammatoires courants pourraient justifier leur utilisation pour traiter les affections liées à l'arthrose.

Objectifs: 

Mettre à jour une précédente revue Cochrane pour évaluer les bénéfices et inconvénients des produits oraux à base de plantes médicinales dans le traitement de l'arthrose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans des bases de données électroniques (CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, AMED, CINAHL, ISI Web of Science, World Health Organization Clinical Trials Registry Platform) jusqu’au 29 août 2013, sans restriction de langue, et les références bibliographiques des essais trouvés.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés des interventions à base de plantes par voie orale comparées à un placebo ou à des témoins actifs chez les personnes souffrant d'arthrose ont été inclus. Les interventions de phytothérapie incluaient toute préparation à base de plantes, mais excluaient les produits de l'homéopathie ou l'aromathérapie, ou toute préparation d’origine synthétique.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont utilisé des méthodes standard pour la sélection des essais et l'extraction des données et évalué la qualité de l'ensemble des preuves en utilisant l'approche GRADE pour les principaux critères de jugement (la douleur, la fonction, les changements radiographiques de l'articulation, la qualité de vie, les arrêts prématurés en raison d'événements indésirables, le nombre total d'événements indésirables, et les événements indésirables graves).

Résultats principaux: 

Quarante-neuf études contrôlées randomisées (33 interventions, 5 980 participants) ont été incluses. Dix-sept études de confirmation (taille des échantillons et ampleur de l'effet prédéfinis) présentaient principalement un risque modéré de biais. Les 32 études exploratoires restantes étaient à risque plus élevé de biais. En raison de la nature différente des interventions, les méta-analyses ont été restreintes aux produits à base de Boswellia serrata (une seule plante) et d’insaponifiables d’avocat/soja (IAS) (association de deux plantes).

Cinq études sur trois extraits différents de Boswellia serrataont été incluses. Des preuves de qualité élevée issues de deux études (85 participants) indiquaient que 90 jours de traitement avec 100 mg d’extrait enrichi de Boswellia serrata améliorait les symptômes par rapport à un placebo. La douleur moyenne était de 40 points sur une échelle EVA de 0 à 100 points (0 correspondant à une absence de douleur) avec un placebo, l’extrait enrichi de Boswellia serrataréduisait en moyenne la douleur de 17 points (intervalle de confiance (IC) à 95 % 8 à 26) ; le nombre de sujets à traiter pour obtenir un résultat bénéfique supplémentaire (NSTB) était de 2 ; l’IC à 95 % n'a pas exclu une réduction cliniquement significative de 15 points de la douleur. La fonction physique était de 33 points sur l’échelle Western Ontario and McMaster Universities Osteoarthritis Index (WOMAC) allant de 0 à 100 points (0 correspond à une absence de perte de fonction) sous placebo, l’extrait enrichi de Boswellia serrata a amélioré la fonction de 8 points (IC à 95 % 2 à 14) ; le NST était de 4. Si l’on suppose une différence minimum cliniquement importante de 10 points, nous ne pouvons pas exclure un bénéfice cliniquement important chez certaines personnes. Des preuves de qualité modérée (une étude, 96 participants) ont indiqué que les événements indésirables ont été probablement réduits avec l’extrait enrichi de Boswellia serrata (18 / 48 événements versus 30 / 48 événements avec le placebo ; risque relatif (RR) 0,60, IC à 95 % 0,39 à 0,92). Les bénéfices potentiels des autres extraits de Boswellia serrata par rapport au placebo ont été confirmés dans des preuves de qualité moyenne issues de deux études (97 participants) sur 100 mg de Boswellia serrata (enrichi) + huile non volatile, et des preuves de faible qualité issues d’études uniques de petite taille portant sur une dose de 999 mg par jour d'extrait de Boswellia serrata et une dose quotidienne de 250 mg de Boswellia serrata enrichi. Il n'était pas clair si une dose de 99 mg par jour de Boswellia serrata permettait des bénéfices par rapport au valdécoxib en raison des preuves de très faible qualité issues d'une petite étude unique. Il n'était pas clair s’il y avait un risque accru d'événements indésirables ou d’arrêts prématurés avec l'extrait de Boswellia serrata en raison de compte-rendu variable des résultats entre les études. Les études n’ont signalé aucun événement indésirable grave. La qualité de vie ou les changements radiographiques de l'articulation n'étaient pas mesurés.

Six études examinaient le produit IAS Piasclidine®. Des preuves de qualité modérée issues de quatre études (651 participants) indiquaient que 300 mg d’IAS produisait une amélioration limitée et cliniquement discutable des symptômes, et probablement aucune augmentation des événements indésirables par rapport à un placebo après trois à 12 mois de traitement. La douleur moyenne sous placebo était de 40,5 points sur une échelle EVA de 0 à 100 (0 est une absence de douleur), 300 mg d’IAS réduisait la douleur de 8,5 points en moyenne (IC à 95 % 1 à 16 points) ; NST de 8. 300 mg d’IAS amélioraient la fonction (différence moyenne standardisée (DMS) -0,42, IC à 95 % -0,73 à -0,11). La fonction était estimée à 47 mm (échelle de 0 à 100 mm, où 0 représente une absence de perte de fonction) sous placebo, 300 mg d’IAS amélioraient la fonction de 7 mm en moyenne (IC à 95 % 2 à 12 mm) ; NST de 5 (3 à 19). Il n'y avait aucune différence dans les événements indésirables (5 études, 1 050 participants) entre l’IAS (53 %) et le placebo (51 %) (RR 1,04, IC à 95 % 0,97 à 1,12) ; les arrêts prématurés en raison d'événements indésirables (1 étude, 398 participants) entre IAS (17 %) et le placebo (15 %) (RR 1,14, IC à 95 % 0,73 à 1,80) ; ou les événements indésirables graves (1 étude, 398 participants) entre IAS (40 %) et placebo (33 %) (RR 1,22, IC à 95 % 0,94 à 1,59). Les changements radiographiques de l'articulation, mesurés par le changement de la taille de l’espace articulaire (joint space width, JSW) dans deux études (453 participants) ne différaient pas entre un traitement par 300 mg d’IAS (-0,53 mm) et le placebo (-0,65 mm) ; différence moyenne de -0,12 (IC à 95 % -0,43 à 0,19). Des preuves de qualité moyenne issues d'une étude unique (156 participants) confirmaient les bénéfices potentiels des IAS à 600 mg par rapport au placebo, sans augmentation des événements indésirables. Des preuves de qualité médiocre (1 étude, 357 participants) ont indiqué qu'il pourrait n’y avoir aucune différence en termes de symptômes ou d'événements indésirables entre 300 mg d’IAS et la chondroïtine-sulfate. La qualité de vie n'était pas mesurée.

Toutes les autres interventions à base de plantes ont été étudiées dans des études uniques, ce qui limite les conclusions. Aucun effet secondaire grave lié à un produit à base de plantes n’a été rapporté.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.