Immunothérapie sublinguale pour la rhinite allergique (y compris le rhume des foins)

La rhinite allergique se caractérise par des yeux rouges qui démangent, un écoulement et une obstruction du nez, ainsi que des éternuements. Les causes de rhinite allergique les plus fréquentes sont différents pollens (graminées et arbres), les acariens dermatophagoïdes, la moisissure et les phanères des animaux.La rhinite allergique peut être intermittente (comme le rhume des foins) ou persistante (tout au long de l'année). Le traitement de la rhinite allergique dépend de la gravité et de la durée de l'infection. Il est généralement fondé sur l'utilisation d'antihistaminiques et de corticostéroïdes par voie nasale.Si les symptômes ne peuvent être contrôlés au moyen de ces médicaments, l'immunothérapie est recommandée. L'immunothérapie consiste en l'administration de doses d'allergène, progressivement augmentées, durant un certain temps afin de désensibiliser le patient. Il s'agit du seul traitement connu qui modifie la réponse immunitaire et qui traite la cause plutôt que les symptômes.

Lors de la revue de 60 essais, nous avons observé une réduction significative des scores de symptômes et de médicaments chez les patients traités par immunothérapie sublinguale par rapport à un placebo. Aucune réaction indésirable grave n'a été rapportée dans les études incluses et aucun patient n'a eu besoin d'adrénaline. Cette revue systématique Cochrane mise à jour consolide donc les conclusions de la revue précédente en confirmant l'efficacité et l'innocuité de l'immunothérapie sublinguale.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue mise à jour consolide les conclusions de la revue systématique Cochrane originale de 2003 indiquant que l'immunothérapie sublinguale est efficace pour la rhinite allergique et qu'elle constitue une voie d'administration sans danger avérée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Ceci est la mise à jour d'une revue systématique Cochrane publiée pour la première fois dans The Cochrane Library Numéro 2, 2003.

La rhinite allergique est une inflammation fréquente pouvant diminuer significativement la qualité de vie. L'immunothérapie par injection peut significativement réduire les symptômes et le besoin de médicaments, mais son utilisation est limitée par la possibilité de réactions indésirables graves et systémiques. L'immunothérapie par voie sublinguale revêt donc un intérêt considérable.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de l'immunothérapie sublinguale pour la rhinite allergique chez les adultes et les enfants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie, CENTRAL (2010, numéro 3) ; PubMed ; EMBASE ; CINAHL ; Web of Science ; BIOSIS Previews ; Cambridge Scientific Abstracts ; mRCT et autres sources afin de recenser des essais publiés ou non. La recherche la plus récente a été effectuée le 14 août 2009.

Critères de sélection: 

Les essais contre placebo, randomisés et à double insu, portant sur l'immunothérapie sublinguale chez des adultes et des enfants. Les principaux critères d'évaluation étaient les scores de symptômes et de médicaments. Les données relatives aux événements indésirables ont également été recueillies.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs indépendants ont sélectionné les études et évalué le risque de biais. Un auteur a extrait les données qui ont ensuite fait l'objet d'une nouvelle vérification par deux autres auteurs. Pour le regroupement des données, la différence moyenne standardisée (DMS), avec un modèle à effets aléatoires, a été utilisée.

Résultats principaux: 

Au total, 60 essais contrôlés randomisés ont été inclus dans cette revue. Quarante-neuf pouvaient être regroupés dans des méta-analyses (2 333 participants sous immunothérapie sublinguale, 2 256 sous placebo). Globalement, nous avons observé une réduction significative des symptômes (DMS -0,49 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % entre -0,64 et -0,34, P < 0,00001) et du besoin de médicaments (DMS -0,32 ; IC à 95 % entre -0,43 et -0,21, P < 0,00001) chez les participants sous immunothérapie sublinguale par rapport à ceux recevant le placebo. Aucun des essais inclus dans cette revue ne signalait de réactions systémiques graves ou d'anaphylaxie, et aucune des réactions systémiques signalées n'exigeait l'utilisation d'adrénaline.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.