Inhibiteurs de l'anhydrase carbonique pour le traitement de l'insuffisance ventilatoire hypercapnique dans la bronchopneumopathie chronique obstructive

Certaines personnes atteintes d'une maladie pulmonaire chronique avancée (BPCO - bronchite chronique ou emphysème) peuvent présenter une insuffisance respiratoire. Cette insuffisance entraîne des changements chimiques qui peuvent à leur tour limiter l'impulsion respiratoire. L'acétazolamide, qui est utilisé dans le traitement du mal des montagnes, peut stimuler la respiration dans certaines circonstances. La revue des essais indique qu'un traitement de quelques jours à l'acétazolamide peut améliorer le niveau d'oxygène dans le sang chez les personnes atteintes de BPCO. On ignore cependant si cela entraîne de meilleurs résultats et des recherches supplémentaires sont nécessaires. Les données rapportées concernant l'innocuité du médicament étaient insuffisantes.

Conclusions des auteurs: 

L'acétazolamide peut produire une petite augmentation de la PO2 artérielle et une diminution de la PCO2. Ces conclusions proviennent d'un petit nombre d'études à petite échelle et de courte durée qui n'étaient pas toutes de haute qualité. On ignore si cette amélioration physiologique est associée à un bénéfice clinique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les inhibiteurs de l'anhydrase carbonique tels que l'acétazolamide entraînent une légère acidose métabolique et peuvent stimuler la respiration. Certains patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) sévère développent une insuffisance ventilatoire hypercapnique chronique. En théorie, ces médicaments pourraient leur apporter des bénéfices en réduisant le niveau de gaz carbonique dans le sang artériel (PCO2) et en augmentant l'oxygène dans le sang (PO2).

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et l'innocuité de l'acétazolamide dans le traitement de l'insuffisance ventilatoire hypercapnique due à la BPCO.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires a été consulté en utilisant des termes de recherche prédéfinis. Les recherches étaient à jour en octobre 2010.

Critères de sélection: 

Pour être inclus dans la revue, les essais devaient être contrôlés par placebo et porter sur des patients atteints d'insuffisance ventilatoire chronique stable due à une BPCO.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites et analysées par deux évaluateurs (PJ et MG) et les divergences ont été résolues par consensus. Lorsque les données pouvaient être combinées, elles ont été analysées à l'aide d'un modèle à effets fixes et rapportées sous forme de différence moyenne pondérée (DMP) avec un intervalle de confiance à 95 % (IC à 95 %).

Résultats principaux: 

Quatre essais ont été inclus dans la revue. Il s'agissait de deux études randomisées en parallèle, d'une étude croisée et d'une étude présentant un plan séquentiel. Au total, 84 patients étaient recrutés. La qualité était variable et les études étaient de courte durée (généralement deux semaines). Toutes les études présentaient une direction et une taille d'effet similaires. Dans les études randomisées en parallèle, l'acétazolamide entraînait une acidose métabolique et produisait une diminution non significative de la PCO2 (DM de -0,41 kPa ; IC à 95 %, entre -0,91 et 0,09 ; N = 2) et une augmentation significative de la PO2 (DM de 1,54 kPa ; IC à 95 %, entre 0,97 et 2,11 ; N = 2). Une étude rapportait une amélioration du sommeil mais aucune donnée concernant des critères de jugement tels que l'état de santé, les symptômes, le taux d'exacerbation, les hospitalisations ou les décès. Les effets secondaires étaient peu fréquents. Une mise à jour effectuée en octobre 2005 n'a pas permis d'identifier d'autres études.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.