Compression-décompression active à l'aide d'un dispositif portable pour le massage cardiaque d'urgence

Pendant la réanimation cardio-respiratoire standard (massage cardiaque) pour un arrêt cardiaque (arrêt du cœur), on comprime manuellement la poitrine et de manière répétée avec la main. Ceci est une méthode ponctuelle qui permet de faire circuler le sang et l'oxygène vers le cerveau via le cœur. Pendant la réanimation cardio-respiratoire standard, la poitrine n'est pas, manuellement décompressée. La Compression-décompression active de la poitrine est une méthode alternative de massage cardiaque qui utilise un dispositif d'aspiration portable pour comprimer la poitrine, puis la décomprimer après chaque compression. La comparaison de ces techniques a montré que la compression-décompression active n'avait aucun avantage et avait certains inconvénients par rapport à la réanimation cardio-respiratoire standard.

Conclusions des auteurs : 

La Compression-décompression active de la poitrine chez les personnes atteintes d'un arrêt cardiaque n'est associée à aucun bénéfice évident.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La réanimation cardio-respiratoire par compression-décompression active (RCR-CDA) utilise un dispositif d'aspiration portable appliqué au milieu du sternum pour comprimer la poitrine puis la décomprimer activement après chaque compression. Les essais contrôlés randomisés testant ce dispositif rapportaient des résultats contradictoires.

Objectifs : 

Déterminer l'effet de la compression-décompression active de la RCR par rapport à la compression thoracique standard RCR sur la mortalité et la fonction neurologique chez les adultes atteints d'un arrêt cardiaque traités soit à l'hôpital soit en dehors de l'hôpital.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons mis à jour les recherches de CENTRAL dans La Bibliothèque Cochrane (numéro 12 sur 12, 2012), MEDLINE (OVID, de 1946 à la semaine 1 de janvier 2013) et EMBASE (OVID, de 1980 à la semaine 1 2013) le 14 janvier 2013. Nous avons vérifié les références bibliographiques des articles identifiés, contacté des experts dans le domaine et consulté ClinicalTrials.gov.

Critères de sélection : 

Toutes les études randomisées ou quasi-randomisées comparant une compression-décompression active à une compression thoracique manuelle standard chez des adultes atteints d'un arrêt cardiaque qui recevaient une réanimation cardio-respiratoire par une équipe médicale ou paramédicale formée à cet effet.

Recueil et analyse des données : 

Nous avons indépendamment extrait les données en intention de traiter. En cas de besoin, nous avons contacté les auteurs des études primaires. Si cela était approprié, nous avons regroupé les études et combiné les estimations du risque relatif (RR). Nous avions prédéfinis, les analyses en sous-groupes en fonction de l'environnement (soit à l'hôpital soit en dehors de l'hôpital) et la composition de l'équipe soignante (avec un médecin ou uniquement un auxilliaire médical).

Résultats principaux : 

Dans cette mise à jour, 27 nouvelles publications pertinentes ont été identifiées, mais elles n'ont pas toutes rempli les critères d'inclusion ou portaient sur des participants déjà mentionnés dans les précédentes publications. Finalement, nous avons inclus 10 essais dans cette revue : Huit étaient dans un environnement non hospitalier ; un dans un environnement hospitalier uniquement ; et un avait à la fois des composants hospitaliers et non hospitaliers. L'Allocation assignation secrète était adéquate dans quatre études. Les deux études en milieu hospitalier présentaient des variations en termes de qualité et de taille (773 et 53 participants). Aucune ne rapportait de différence entre la RCR-CDA et la RCR-ST pour aucun critère de jugement.

Les essais en extra-hospitalier cumulaient 4162 participants. Il N'y avait aucune différence entre la RCR-CDA et la RCR-ST pour la mortalité, soit immédiatement (RR 0,98, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,94 à 1,03) ou à la sortie d'hôpital (RR 0,99, IC à 95 % 0,98 à 1,01). Le RR combiné de troubles neurologiques de n'importe quelle gravité était de 1,71 (IC à 95 % 0,90 à 3,25), avec une tendance non signicative à une plus grande fréquence des dommages neurologiques graves chez les survivants de la RCR-CDA (RR de 3,11, IC à 95%, entre 0,98 et 9,83). Cependant, l'évaluation du critère de jugement neurologique était limitée, et peu de participants présentaient des dommages neurologiques.

Il n'y a aucune différence entre la RCR-CDA et la RCR-ST en ce qui concerne les complications telles que des fractures des côtes ou du sternum, un pneumothorax, ou un hémothorax (RR 1,09, IC à 95 % 0,86 à 1,38). Les Traumatismes cutanés et les ecchymoses étaient plus fréquents avec la RCR-CDA.

Notes de traduction : 

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.