Phénobarbitone contre phénytoïne en monothérapie (traitement par un seul médicament) pour l'épilepsie

Il s'agit d'une version mise à jour de la Revue Cochrane publiée en 2013, numéro 1 de la Base de données Cochrane sur les revues systématiques.

Contexte

L’épilepsie est un trouble neurologique fréquent dans lequel des décharges électriques anormales dans le cerveau provoquent des crises récurrentes. Dans cette revue, nous avons étudié deux types de crises épileptiques : les crises d’épilepsie généralisées, pour lesquelles les décharges électriques commencent dans une partie du cerveau et se propagent à l’ensemble du cerveau, et les crises d’épilepsie partielles(aussi appelé focales), lors desquelles la crise se produit et affecte une partie du cerveau (un hémisphère entier du cerveau ou une partie d’un lobe du cerveau). Les crises partielles peuvent se généraliser (généralisation secondaire) et se déplacer d'une partie du cerveau à l'autre. Pour environ 70 % des personnes atteintes d’épilepsie, un seul médicament antiépileptique peut contrôler les crises d’épilepsie partielles ou généralisées.

Cette revue s’applique aux personnes atteintes de crises partielles (avec ou sans généralisation secondaire) et aux personnes atteintes de crises généralisées tonico-cloniques, un type spécifique de crises généralisées. Cette revue ne s’applique pas aux personnes atteintes d’autres types de crises généralisées comme les crises d’absence épileptique ou les crises myocloniques, étant donné que les traitements recommandés pour ces types de crises sont différents.

Dans le monde entier, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud, le phénobarbitone et la phénytoïne sont couramment utilisés comme antiépileptiques en raison du faible coût de ces médicaments.

Objectif

L’objectif de cette revue était de comparer l’efficacité de ces médicaments pour contrôler les crises, de déterminer s’ils sont associés à des effets secondaires pouvant amener les personnes à arrêter le traitement, et d’informer le choix entre ces médicaments.

Méthodes

La dernière recherche d’essais a eu lieu en août 2018. Nous avons évalué les données probantes de sept essais cliniques au cours desquels des personnes ont reçu soit de la phénobarbitone, soit de la phénytoïne, et leur traitement a été décidé de façon aléatoire. Nous avons été en mesure de combiner les données de 635 personnes provenant de cinq des sept essais cliniques ; pour les 163 personnes restantes provenant de deux essais cliniques, les données n'étaient pas disponibles pour cet revue

Résultats principaux

Cette revue n'a trouvé aucune preuve suggérant une différence entre la phénobarbitone et la phénytoïne en ce qui concerne le délai de récurrence des crises et le délai de rémission des crises (période sans crise de six ou 12 mois). Le traitement par phénobarbitone était plus susceptible d'être interrompu que le traitement à la phénytoïne, mais cela peut avoir été influencé par le conception des études incluses (si les personnes et les cliniciens qui les traitaient savaient quel traitement recevait la personne).

Qualité des données probantes

Certains des essais qui ont fourni des données pour la revue présentaient des problèmes méthodologiques, ce qui a pu introduire des biais et une inconsistance des résultats de cette revue. De plus, nous croyons que la différence dans le conception de l'étude quant à la question de savoir si le traitement a été dissimulé aux patients et aux cliniciens (p. ex. avec un comprimé placebo) a eu un impact sur les taux d'abandon des traitements à l'étude, ce qui a probablement aussi eu un impact sur les critères de jugement liés au contrôle des convulsions.

Ces problèmes peuvent avoir influé sur les résultats de cette revue et nous avons jugé que la qualité des données probantes fournies par cette revue était de modérée à faible. Nous ne suggérons pas d'utiliser uniquement les résultats de cette revue pour faire un choix entre la phénytoïne et le phénobarbitone dans le traitement de l'épilepsie. Les essais futurs comparant ces médicaments ou tout autre antiépileptique devraient être conçus à l'aide de méthodes de haute qualité pour s'assurer que les résultats sont également de haute qualité.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes de faible certitude issues de cette revue suggèrent que la phénytoïne pourrait être un médicament plus efficace que la phénobarbitone en termes de de la rétention du traitement (échec du traitement en raison d'un manque d'efficacité ou d'effets indésirables ou des deux). De plus, les données probantes de certitude modérée de cette revue n'indiquent aucune différence entre les médicaments en ce qui concerne le délai de récurrence et de rémission des crises épileptiques.

Toutefois, les essais ayant contribué aux analyses présentaient des insuffisances méthodologiques et des différences de conception méthodologiques qui ont pu influer les résultats de la revue. Par conséquent, nous ne suggérons pas que les résultats de cet revue à eux seuls constituent la base d'un choix de traitement pour un patient qui vient d'avoir des crises ( newly onset seizures). Nous recommandons que les futurs essais soient conçus pour permettre la meilleure qualité possible en ce qui concerne la mise en aveugle, le choix de la population, la catégorisation du type de crises, la durée du suivi, le choix des critères de jugement, et l’analyse et la présentation des résultats.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il s'agit d'une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2001 et mise à jour pour la dernière fois en 2013. Cette étude fait partie d'une série d'études Cochrane portant sur des comparaisons de monothérapies par paires.

L'épilepsie est une affection neurologique courante dans laquelle des décharges électriques anormales du cerveau causent des crises récurrentes et non provoquées . On pense qu'avec un traitement médicamenteux efficace, jusqu'à 70 % des personnes souffrant d'épilepsie active n’auraient potentiellement plus de crises convulsives et atteindraient une rémission à long terme peu de temps après le début de la pharmacothérapie avec un seul médicament antiépileptique en monothérapie.

Dans le monde entier, et en particulier dans les pays en développement, la phénytoïne et la phénobarbitone sont des antiépileptiques couramment utilisés, principalement en raison de leur faible coût. L'objectif de cette revue est de résumer les données des essais existants comparant la phénytoïne et le phénobarbital.

Objectifs: 

Examiner le délai avant l'échec du traitement, la rémission et la première crise avec la phénobarbitone comparativement à la phénytoïne lorsqu'elle est utilisée en monothérapie chez les personnes ayant des crises partielles (simples ou complexes et secondairement généralisées) ou des crises tonico-cloniques généralisées (avec ou sans autres types de crises généralisées).

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour la dernière mise à jour, nous avons consulté les bases de données suivantes le 21 août 2018 : le Registre d'études Cochrane (CRS Web), qui comprend le Registre spécialisé sur l'épilepsie Cochrane et CENTRAL ; MEDLINE ; le Registre des essais en cours des National Institutes of Health (ClinicalTrials.gov) des États-Unis ; et la Plateforme internationale de l'OMS pour les essais cliniques (ICTRP). Nous avons fait une recherche manuelle des revues pertinentes et avons contacté des entreprises pharmaceutiques, des investigateurs d'essais cliniques et des experts dans le domaine.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant la monothérapie avec la phénobarbitone ou la phénytoïne chez l'enfant ou l'adulte avec des crises d'épilepsie partielles ou des crises tonico-cloniques généralisées.

Recueil et analyse des données: 

Il s'agissait d'une revue sur des données individuelles de participants (DIP). Notre critère de jugement principal était le délai jusqu'à échec du traitement. Nos critères de jugement secondaires étaient le délai avant la première crise post-randomisation, le délai avant la rémission de six mois et le délai avant la rémission de 12 mois. Nous avons utilisé des modèles de régression à risque proportionnel de Cox pour obtenir des estimations des rapports de risques instantanés (HR) spécifiques à l'essai, avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %, en utilisant la méthode de la variance inverse pour obtenir le HR global regroupé et l'IC à 95 %.

Résultats principaux: 

Les données individuelles sur les participants ont été obtenues pour cinq études, qui ont recruté un total de 635 participants, ce qui représente 80 % des 798 participants des sept essais éligibles identifiés. Pour les critères de jugement sur la rémission, un HR inférieur à 1 indique un avantage pour la phénytoïne et pour les résultats sur la première crise et sur l'échec du traitement, un HR inférieur à 1 indique un avantage pour le phénobarbitone.

Les résultats pour le critère de jugement principal de la revue étaient les suivants : délai avant l'échec du traitement pour quelque raison que ce soit liée au traitement (HR regroupés ajustés en fonction du type de crise pour 499 participants) : 1.61, IC à 95 %, 1,22 à 2,12, données probantes de faible certitude), délai avant l'échec du traitement en raison d'événements indésirables (HR regroupés ajustés pour le type de crise pour 499 participants : 1.99, IC à 95 % de 1,37 à 2,87, données probantes de faible certitude), délai avant l'échec du traitement en raison d'un manque d'efficacité (HR regroupés ajustés pour le type de crise pour 499 participants : 1.87, IC à 95 %, 1,32 à 2,66, données probantes de certitude modérée), montrant un avantage statistiquement significatif pour la phénytoïne comparativement à la phénobarbitone.

Pour nos critères de jugement secondaires, nous n'avons trouvé aucune différence statistiquement significative entre la phénytoïne et la phénobarbitone : délai avant la première crise post-randomisation (HR regroupés ajustés pour le type de crise pour 624 participants : 0.85, IC à 95 % : 0,69 à 1,06, données probantes de certitude modérée), délai de rémission de 12 mois (HR regroupés ajustés pour le type de crise pour 588 participants : 0.90, IC à 95 % de 0,69 à 1,19, données probantes de certitude modérée), et délai de rémission de six mois (RH regroupés ajustés en fonction du type de crise pour 588 participants) : 0.91, IC à 95 % : 0,71 à 1,15, données probantes de certitude modérée).

Chez les personnes ayant subi des crises d'épilepsie à déclenchement partielle (73 % des personnes ayant participé à l'analyse), les résultats numériques étaient semblables et les conclusions étaient les mêmes que pour les analyses sur l'ensemble des personnes et chez les personnes ayant subi des crises d'épilepsie généralisée (27 % des personnes ayant participé à l'analyse), les résultats étaient imprécis et aucune différence claire entre les médicaments n'a été observée.

Plusieurs facteurs de confusion, plus particulièrement les différences dans le design des essais cliniques en ce qui concerne le respect de la mise en aveugle, étaient susceptibles d'avoir eu un impact sur les résultats du critère de jugement principal " délai avant l'échec du traitement " et, en retour, les taux d'échec du traitement peuvent avoir eu un impact sur les critères de jugement secondaires, à savoir le délai avant la première crise et le délai avant rémission de 12 mois et de six mois.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.