Comparaison entre la monothérapie au phénobarbital et à la phénytoïne pour traiter les crises d'épilepsie partielle et les crises toniques-cloniques généralisées

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'épilepsie est un trouble qui se caractérise par des convulsions récurrentes causées par des décharges électriques anormales dans le cerveau. Dans le monde entier, le phénobarbital et la phénytoïne sont des antiépileptiques couramment utilisés. Cette revue n’a mis en évidence aucune preuve permettant de suggérer une différence entre le phénobarbital et la phénytoïne dans le contrôle des types de crises examinés. Le phénobarbital était plus susceptible d'être retiré que la phénytoïne, probablement en raison des effets indésirables. Cependant d'autres facteurs peuvent avoir influencé le taux de retrait du phénobarbital dans cette revue.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats de cette revue indiquent que le phénobarbital était significativement plus susceptible d'être retiré que la phénytoïne. Étant donné qu'aucune différence significative n'a été observée en termes de résultats sur les crises, le taux de retrait supérieur associé au phénobarbital peut être dû aux effets indésirables. Plusieurs facteurs peuvent avoir faussé les résultats de cette revue.  

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Cette revue est une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans The Cochrane Library 2001, numéro 4.

Dans le monde entier, et en particulier dans les pays en développement, la phénytoïne et le phénobarbital sont des antiépileptiques couramment utilisés, principalement en raison de leur faible coût. L'objectif de cette revue est de résumer les données des essais existants comparant la phénytoïne et le phénobarbital.

Objectifs: 

Évaluer les meilleures données comparant le phénobarbital et la phénytoïne lorsqu'ils sont utilisés en tant que monothérapie chez les participants souffrant de crises d'épilepsie partielle ou de crises toniques-cloniques généralisées, avec ou sans autres types de crises généralisées.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur l'épilepsie (31 mai 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, numéro 5 sur 12, The Cochrane Library 2012) et MEDLINE (de 1946 à la 4ème semaine de mai 2012). Nous avons effectué des recherches manuelles dans des journaux pertinents, contacté des compagnies pharmaceutiques, les chercheurs des essais originaux et des experts dans le domaine.  

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés chez les enfants ou les adultes souffrant de crises d'épilepsie partielle ou de crises toniques-cloniques généralisées avec une comparaison entre la monothérapie au phénobarbital et la monothérapie à la phénytoïne.

Recueil et analyse des données: 

Il s'agissait d'une revue portant sur des données individuelles des participants (DIP). Les critères étaient le temps jusqu'à (a) l'arrêt du traitement (b) une rémission de 12 mois (c) une rémission de six mois et (d) la première crise après la randomisation. Des modèles de régression à risques proportionnels de Cox ont été utilisés pour obtenir les estimations spécifiques aux études des hazard ratios (HR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %, la méthode générique de l'inverse de la variance étant utilisée pour obtenir l'estimation regroupée globale des HR et des IC à 95 %.

Résultats principaux: 

Des données ont été obtenues pour quatre études sur huit remplissant les critères d’inclusion, portant sur un total de 599 individus, ou approximativement 63 % des données potentielles.

Les principaux résultats globaux (HR regroupé, IC à 95 %) étaient (a) le temps jusqu'à l'arrêt du traitement 1,62 (1,23 à 2,14) ; (b) le temps jusqu'à l'obtention d'une rémission à 12 mois 0,90 (0,69 à 1,18) (c) le temps jusqu'à l'obtention d'une rémission à six mois 0,92 (0,73 à 1,16) et (d) le temps jusqu'à la première crise 0,85 (0,68 à 1,05). Ces résultats indiquent un avantage clinique statistiquement significatif en faveur de la phénytoïne en termes d'arrêt du traitement. Cependant, ce résultat peut avoir été faussé par plusieurs facteurs, notamment l'hétérogénéité statistique importante entre les études et le manque de masquage dans deux études.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.