Les infrastructures organisationnelles peuvent-elles être efficaces pour promouvoir une pratique des soins infirmiers fondée sur des preuves ?

Les infirmières et les sages-femmes représentent la plus grande part du personnel de santé clinique et jouent un rôle central dans toutes les prestations de services de santé. Il existe un potentiel d'amélioration de la qualité des soins de santé si les infirmières utilisaient de manière systématique les meilleures preuves disponibles dans leur pratique clinique. Du fait qu'un grand nombre des facteurs perçus par les infirmières comme des obstacles à la mise en œuvre d'une pratique fondée sur les preuves (EBP) se situent au niveau organisationnel, il est utile de concevoir des modèles pour changer les organismes de soins de santé et d'en évaluer l'efficacité afin de promouvoir avec succès l'utilisation d'EBP parmi les infirmières.

Nous avons défini les infrastructures organisationnelles comme « le fondement sous-jacent ou le cadre de base à travers lequel les soins cliniques sont apportés et assurés », ce qui comprend, par exemple : les politiques organisationnelles, les unités de développement des infirmières et les autres types de développements organisationnels, tels que les organismes développant et mettant en œuvre des procédures, des normes ou des directives de soins infirmiers fondées sur des preuves pour la pratique clinique.

Nous avons recherché dans la littérature des évaluations solides de l'efficacité des interventions organisationnelles pour promouvoir des EBP dans les soins infirmiers. Nous avons inclus une étude des Etats-Unis qui portait sur un hôpital et pour laquelle le nombre d'infirmières n'était pas indiqué. L'étude évaluait les effets d'une procédure de soins infirmiers normalisée, fondée sur les preuves, sur l'amélioration des soins infirmiers pour les patients présentant un risque de développement d'escarres liés à l'hospitalisation (HAPU), telle que mesurée par le taux d'HAPU. Si le score de Braden d'un patient à l'admission était inférieur ou égal à 18, les infirmières étaient autorisées à démarrer un faisceau de soins pour la prévention des escarres sans l'ordre d'un médecin. L'échelle de Braden est un outil utilisé pour évaluer le risque d'un patient de développer des escarres. Un adulte ayant un score inférieur ou égal à 18 est considéré comme présentant un risque élevé de développement d'un escarre.

La ré-analyse des données d'HAPU, sous la forme de séries temporelles interrompues, suggérait une tendance des taux avant intervention et, si cette tendance était supposée réelle, il n'y avait aucune preuve d'un effet de l'intervention à trois mois (taux moyen par trimestre 0,7 % ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,7 à 3,3 ; P = 0,457). Etant donné les faibles pourcentages après intervention, il n'était pas statistiquement possible d'extrapoler les effets au-delà de trois mois.

Considérant l'importance accordée au changement organisationnel dans la promotion des EBP dans les soins infirmiers, il est étonnant que huit ans après la publication de la précédente revue Cochrane vide, on manque encore d'interventions sur des infrastructures organisationnelles correctement évaluées. Si les responsables et les organismes de soins de santé souhaitent promouvoir avec succès les soins infirmiers fondés sur des preuves à une échelle organisationnelle, ils doivent garantir le financement et la conduite d'études bien conçues pour produire des preuves afin d'orienter la politique.

Conclusions des auteurs: 

Malgré une vaste recherche de travaux publiés et non publiés, nous n'avons identifié qu'une seule étude, de faible qualité ; nous avons exclu de nombreuses études en raison d'un plan d'étude non éligible. Si les responsables et les organismes de soins de santé souhaitent promouvoir avec succès les soins infirmiers fondés sur des preuves à une échelle organisationnelle, ils doivent garantir le financement et la conduite d'études bien conçues pour produire des preuves afin d'orienter la politique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les infirmières et les sages-femmes représentent la plus grande part du personnel de santé clinique et jouent un rôle central dans toutes les prestations de services de santé. Il existe un potentiel d'amélioration de la qualité des soins de santé si les infirmières utilisaient de manière systématique les meilleures preuves disponibles dans leur pratique clinique. Du fait qu'un grand nombre des facteurs perçus par les infirmières comme des obstacles à la mise en œuvre d'une pratique fondée sur les preuves (EBP) se situent au niveau organisationnel, il est utile de concevoir des infrastructures organisationnelles destinées à promouvoir les EBP parmi les infirmières et d'en évaluer l'efficacité.

Objectifs: 

Evaluer l'efficacité d'infrastructures organisationnelles pour promouvoir les soins infirmiers fondés sur des preuves.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'efficacité des pratiques et l'organisation des soins (EPOC), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, LILACS, BIREME, IBECS, la base d'évaluation économique du NHS, Social Science Citation Index, Science Citation Index et Conference Proceedings Citation Indexes jusqu'au 9 mars 2011.

Nous avons développé une nouvelle stratégie de recherche pour cette mise à jour, car la stratégie publiée en 2003 omettait des termes clés. Les méthodes de recherche supplémentaires comprenaient : passer au crible les bibliographies d'études pertinentes, contacter les auteurs d'articles pertinents concernant des travaux supplémentaires publiés ou non publiés, et effectuer une recherche des sites web de certains groupes et organismes de recherche sélectionnés. 

Critères de sélection: 

Nous avons pris en compte les essais contrôlés randomisés, les essais cliniques contrôlés, les séries temporelles interrompues (STI) et les études comparatives avant-après d'une composante entière ou déterminée d'une intervention sur une infrastructure organisationnelle visant à promouvoir les EBP dans les soins infirmiers. Les participants étaient tous des organismes de soins de santé incluant des infirmières, des sages-femmes et des assistantes sociales.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données et évalué le risque de biais de manière indépendante. Pour l'analyse des STI, nous avons rapporté le changement de pente des droites de régression et le changement du niveau d'effet du critère de jugement à 3, 6, 12 et 24 mois de suivi.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus une étude des Etats-Unis (ré-analysée sous la forme d'une STI) impliquant un hôpital et un nombre inconnu d'infirmières et de patients. L'étude évaluait les effets d'une procédure de soins infirmiers normalisée, fondée sur les preuves, sur les soins infirmiers pour les patients présentant un risque de développement d'escarres liés à l'hospitalisation (HAPU). Si le score de Braden d'un patient à l'admission était inférieur ou égal à 18 (c'est-à-dire indiquant un risque élevé de développement d'escarres), les infirmières étaient autorisées à démarrer un faisceau de soins pour la prévention des escarres (c'est-à-dire un ensemble d'interventions cliniques fondées sur des preuves) sans attendre l'ordre d'un médecin. La ré-analyse des données sous la forme d'une série temporelle montrait que, face à une tendance de fond de baisse des taux d'HAPU, si cette tendance était supposée réelle, il n'y avait aucune preuve d'un effet de l'intervention à trois mois (taux moyen par trimestre 0,7 % ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,7 à 3,3 ; P = 0,457). Etant donné les faibles pourcentages après intervention, il n'était pas statistiquement possible d'extrapoler les effets au-delà de trois mois.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.