Bisphosphonates pour le soulagement de la douleur secondaire aux métastases osseuses

Les bisphosphonates permettent de soulager la douleur entraînée par le cancer qui s'est propagé dans les os. Les patients atteints de cancer qui s'est propagé dans les os ressentent fréquemment de la douleur. Le contrôle de la douleur est un aspect essentiel de la prise en charge du cancer. Les bisphosphonates sont des médicaments qui ont une influence sur le développement de l'os ; ils s'avèrent utiles pour traiter les patients atteints de cancer qui s'est propagé dans les os (métastase). Cette revue étudiait l'effet des bisphosphonates sur la douleur due aux métastases osseuses. Les bisphosphonates sont efficaces mais pas aussi utiles que des analgésiques forts (comme la morphine) ou la radiothérapie. Cependant, lorsque d'autres méthodes de soulagement de la douleur sont inadaptées, l'ajout de bisphosphonates peut être bénéfique. Les bisphosphonates peuvent entraîner des nausées et des vomissements.

Conclusions des auteurs: 

Il a été démontré que les bisphosphonates permettent effectivement de soulager la douleur due aux métastases osseuses. Les preuves sont insuffisantes pour recommander les bisphosphonates pour un effet immédiat ; en tant que traitement de première intention ; pour définir les bisphosphonates les plus efficaces ou leur efficacité relative pour différents néoplasies  primaires. Les bisphosphonates doivent être envisagés lorsque les analgésiques et/ou la radiothérapie sont inadaptés pour la prise en charge des métastases osseuses douloureuses.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les bisphosphonates font partie du traitement standard de l'hypercalcémie et de la prévention d'événements squelettiques dans certains cancers. Cependant, le rôle des bisphosphonates sur le soulagement de la douleur pour les métastases osseuses reste incertain.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des bisphosphonates pour le soulagement de la douleur dû aux métastases osseuses.

La stratégie de recherche documentaire: 

MEDLINE (de 1966 à 1999), EMBASE (de 1980 à 1999), CancerLit (de 1966 à 1999), l a bibliothèque C ochrane (numéro 1, 2000) et l'Oxford Pain Database ont été consultées selon la stratégie de recherche mise au point par le groupe Cochrane sur la douleur et les soins palliatifs, avec les termes supplémentaires suivants : « dophosphonate », « bisphosphonate », « myélome multiple » et «  néoplasies  osseux ». (dernière recherche : janvier 2000).

Critères de sélection: 

Essais randomisés comparatifs sur les bisphosphonates, ouverts, en aveugle ou comparant différentes doses ou différents types de bisphosphonates, auprès de patients atteints de cancer, dans lesquels la douleur et/ou la consommation d'analgésiques étaient des critères de jugement. Les études où la douleur n'était rapportée que par des observateurs ont été exclues.

Recueil et analyse des données: 

L'éligibilité des articles, l'évaluation de la qualité et l'extraction des données ont été réalisées par les deux auteurs de la revue. La proportion de patients ressentant un soulagement de la douleur à 4, 8 et 12 semaines ont été évaluées. La proportion de patients ayant diminué la prise d'analgésiques, le score de douleur moyen, la consommation d'analgésiques moyenne, les réactions médicamenteuses indésirables et les données de qualité de vie ont été comparés en tant que critères de jugement secondaires.

Résultats principaux: 

Trente études contrôlées randomisées (21 en aveugle, quatre ouvertes et cinq de contrôle actif) avec un total de 3 682 sujets ont été incluses. Pour chaque critère de jugement le nombre d'études avec des données disponibles était limité. Pour la proportion de patients ressentant un soulagement de la douleur (huit études), les données combinées ont mis en évidence des bénéfices pour le groupe de traitement, avec un NST à 4 semaines de 11 [IC à 95% 6-36] et à 12 semaines, de 7 [IC à 95% 5-12]. En termes de réactions médicamenteuses indésirables, le NNN était de 16 [IC à 95% 12-27] pour l'interruption du traitement. Des nausées et des vomissements ont été rapportés dans 24 études avec une tendance non significative à un risque plus important dans le groupe de traitement. Une étude a mis en évidence une légère amélioration de la qualité de vie pour le groupe de traitement à 4 semaines. Le nombre réduit d'études dans chaque sous-groupe avec des données pertinentes a limité notre possibilité d'explorer les bisphosphonates les plus efficaces et leur efficacité relative pour différents néoplasies  primaires.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.