Les corticoïdes inhalés pour le traitement de la mucoviscidose

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes concernant l'effet des corticoïdes inhalés chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Contexte

Les infections respiratoires répétées chez les personnes atteintes de fibrose kystique causent de l'inflammation et des dommages aux poumons, ce qui, à long terme, est la cause la plus courante de décès. Les corticostéroïdes inhalés sont souvent utilisés pour traiter l'inflammation, mais peuvent provoquer des effets indésirables. Certains de ces effets secondaires sont moins graves, comme le muguet buccal, mais d'autres sont plus graves, comme le ralentissement de la croissance chez les enfants. Il s'agit d'une mise à jour d'une revue déjà publiée et en raison d'un manque de recherche dans ce domaine, nous ne prévoyons pas d'autres mises à jour.

Date de recherche

La dernière recherche des données probantes a eu lieu le 19 novembre 2018.

Caractéristiques des études

Dans cette revue mise à jour, 13 essais ont rapporté l'utilisation de corticostéroïdes en inhalation chez 525 personnes atteintes de fibrose kystique. Dans la plupart des essais, les participants ont commencé à prendre des stéroïdes ou un placebo (traitement qui semblait identique aux stéroïdes, mais qui ne contenait aucun médicament actif) au début de l'essai, mais un essai était un essai de retrait (171 participants), où tous prenaient déjà des stéroïdes et pendant que la moitié poursuivaient leur traitement, les autres prenaient un placebo, entrainant de fait un arrêt du traitement. Les participants étaient âgés de 6 à 55 ans ; trois des essais étaient réservés aux enfants, quatre aux adultes et quatre étaient d'âges mixtes ; deux essais ne décrivaient pas l'âge des participants. La fonction pulmonaire et la gravité de la maladie des participants variaient d'un essai à l'autre et seulement deux essais ont fourni des renseignements sur leurs mutations génétiques. Tous les essais se sont déroulés en Europe. Dans 10 des essais, tous les participants sont restés dans le même groupe jusqu'à la fin de l'essai (soit un groupe de traitement, soit un groupe ne recevant pas le traitement ou un placebo), mais dans trois essais, ils ont changé de groupe au milieu de l'essai. La durée des essais allait de trois semaines à deux ans.

Principaux résultats

Les essais cliniques n'ont pas permis de prouver que les corticostéroïdes inhalés réduisaient l'inflammation dans les poumons des personnes atteintes de mucoviscidose. Nous n'avons constaté aucune différence dans les mesures de la fonction pulmonaire, de la tolérance à l'effort, de la réaction des voies respiratoires à l'irritation ou du nombre d'exacerbations (poussée des symptômes). En général, il n'était pas clair si les corticostéroïdes inhalés augmentaient le risque d'effets indésirables, mais un essai a montré que ces médicaments peuvent ralentir la croissance des enfants lorsqu'ils sont utilisés à fortes doses. De plus, les résultats de l'essai de retrait ont montré que, sous la supervision étroite de l'équipe de recherche sur la fibrose kystique, que les personnes prenant des corticostéroïdes inhalés depuis un certain temps peuvent les arrêter sans danger.

Qualité des données probantes

Nous pensions que la qualité des données probantes était faible à très faible. En raison d'un manque d'information, nous n'avons souvent pas été en mesure de juger si la façon dont les essais étaient conçus ou réalisés aurait pu affecter notre confiance dans les résultats. Seulement trois essais ont donné des détails sur la façon dont ils s'assuraient que les participants avaient des chances égales de participer au traitement ou au groupe placebo, et seulement cinq ont décrit comment ils s'assuraient que les personnes qui recrutaient les participants ne savaient pas dans quels groupes ils allaient participer. Dans la plupart des cas, nous ne pensions pas qu'une fois les essais commencés, les participants ou leurs médecins savaient s'ils prenaient des stéroïdes ou un placebo. Cependant, nous craignions que quatre des essais n'aient pas été publiés dans des revues spécialisées, qui auraient envoyé les rapports à des experts pour en vérifier l'exactitude, et nous ne savions pas comment cela pourrait affecter notre confiance dans les résultats.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes de ces essais sont de faible à très faible qualité et insuffisants pour établir si les corticostéroïdes inhalés sont bénéfiques dans la fibrose kystique, mais le retrait chez ceux qui les prennent déjà s'est révélé sûr. Il existe des données probantes indiquant qu'ils pourraient entraîner des méfaits en termes de croissance. Il n'a pas été déterminé si l'utilisation à long terme était bénéfique pour réduire l'inflammation pulmonaire, ce qui devrait améliorer la survie, mais il est peu probable que cela puisse être prouvé de façon concluante dans un essai contrôlé randomisé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La réduction de l'inflammation pulmonaire est l'un des objectifs du traitement de la fibrose kystique. Les corticostéroïdes inhalés sont souvent utilisés à cet égard pour traiter les enfants et les adultes atteints de fibrose kystique. Cela s'explique par leur capacité à réduire les lésions pulmonaires survenant en raison de l'inflammation, ainsi que par leur effet sur la respiration sifflante symptomatique. Il est important d'établir le niveau actuel de données probantes concernant les risques et les bienfaits des corticostéroïdes inhalés, en particulier à la lumière de leurs effets indésirables connus sur la croissance. Il s'agit d'une mise à jour d'une revue déjà publiée ; cependant, en raison du manque de recherche dans ce domaine, nous n'envisageons pas d'entreprendre d'autres mises à jour.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de la prise régulière de corticostéroïdes inhalés par rapport à la non-prise de corticostéroïdes chez les enfants et les adultes atteints de fibrose kystique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques, constitué de références identifiées lors de recherches exhaustives dans les bases de données électroniques et de recherches manuelles de revues pertinentes et de résumés d’actes de conférence. Nous avons demandé des informations auprès de sociétés pharmaceutiques fabriquant des corticostéroïdes inhalés et des auteurs des essais identifiés.

Date de la recherche la plus récente effectuée dans le registre des essais cliniques du groupe (Group's Trials Register) : 19 novembre 2018.

Critères de sélection: 

Essais randomisés ou quasi randomisés, publiés et non publiés, comparant les corticostéroïdes inhalés à un placebo ou à un traitement standard chez des individus atteints de mucoviscidose.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs indépendants ont évalué la qualité méthodologique des essais en utilisant des critères établis et ont extrait les données au moyen de formulaires standard. La qualité des données probantes a été évaluée à l'aide des critères GRADE.

Résultats principaux: 

Les recherches ont permis de trouver 35 citations, dont 27 (représentant 13 essais) étaient admissibles. Ces 13 essais ont rapporté l'utilisation de corticostéroïdes en inhalation chez 525 personnes atteintes de fibrose kystique âgées de 6 à 55 ans. L'un était un essai de retrait chez 171 personnes qui prenaient déjà des corticostéroïdes en inhalation. La qualité méthodologique et le risque de biais ont été difficiles à évaluer d'après les informations publiées.

Des mesures objectives de la fonction des voies respiratoires ont été signalées dans la plupart des essais, mais elles étaient souvent incomplètes et rapportées à différents moments. Nous n'avons trouvé aucune différence dans le volume expiratoire forcé en une seconde (VEF1) ou le pourcentage de capacité vitale forcée (CVF) prévu dans aucun des essais, bien que la qualité des données probantes était faible en raison des risques de biais dans les essais inclus et du faible nombre de participants. Nous sommes incertains si les corticostéroïdes inhalés améliorent la tolérance à l'effort, l'hyperréactivité bronchique ou les exacerbations, car la qualité des données probantes était très faible. Les données d'un essai indiquent que les corticostéroïdes en inhalation peuvent avoir peu ou pas d'impact sur la qualité de vie (données probantes de faible qualité).

Trois essais ont signalé des effets indésirables, mais la qualité des données probantes est faible et donc nous sommes incertains si les corticostéroïdes inhalés augmentent le risque d'effets indésirables. Toutefois, une étude a montré que la croissance était affectée par des doses élevées de corticostéroïdes inhalés.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée Sylvain JUCHET et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.