Éclosion assistée d'ovules fécondés pour améliorer les chances de grossesse dans le cadre de la procréation médicalement assistée (FIV et ICSI)

L'éclosion assistée est une technique parfois utilisée pour la FIV (fécondation in vitro) et les procédures similaires. Elle consiste à amincir la membrane entourant l'ovule fécondé, ou à créer une brèche dans cette dernière (zone pellucide). Il est suggéré que cette technique est susceptible de faciliter la nidation de l'embryon dans l'utérus de manière à obtenir le démarrage d'une grossesse. Dans cette revue d'essais contrôlés randomisés, il n'a été établi aucune preuve d'un effet bénéfique de l'éclosion assistée sur le taux de naissances vivantes malgré une augmentation des taux de grossesses multiples. Il existe quelques preuves attestant que l'éclosion assistée améliore les chances de grossesse chez les femmes ayant connu des échecs répétés de FIV, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Cette mise à jour a démontré que, si l'éclosion assistée (AH) ne semble pas offrir une chance significativement accrue d'obtenir une grossesse clinique, la mesure dans laquelle elle peut le faire atteint tout juste le seuil de signification statistique. Il n'a toujours pas été prouvé que l'éclosion assistée améliore de taux de « bébés ramenés à la maison ». Les essais inclus n'ont pas fourni suffisamment de données pour étudier l'impact de l'éclosion assistée (AH) sur plusieurs critères de jugement importants. La plupart des essais omettaient encore de rapporter les taux de naissances vivantes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'échec de l'implantation et de la conception peut être dû à l'incapacité du blastocyste à se défaire de son enveloppe extérieure, connue sous le nom de zone pellucide. La rupture artificielle de cette couche est dénommée « éclosion assistée » et a été proposée en tant que méthode pour améliorer les chances de réussite de la procréation médicalement assistée en facilitant l'implantation des embryons.

Objectifs: 

Déterminer l'effet de l'éclosion assistée (AH) d'embryons dans le cadre de la procréation médicalement assistée sur les taux de naissances vivantes et de grossesses multiples.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de l'hypofertilité (août 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Août 2012), MEDLINE (de 1966 à août 2012) et EMBASE (de 1980 à août 2012).

Critères de sélection: 

Trois auteurs ont identifié et examiné les essais de manière indépendante. Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR), portant sur l'éclosion assistée (AH) (rupture mécanique, chimique ou au laser de la zone pellucide avant le transfert de l'embryon) versus l'absence d'éclosion assistée (AH), qui rapportaient les naissances vivantes ou les grossesses cliniques.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs ont effectué de manière indépendante les évaluations de la qualité et l'extraction des données.

Résultats principaux: 

Trente-et-un essais ont rapporté des données de grossesses cliniques, portant sur 1 992 grossesses cliniques chez 5728 les femmes. Aucune différence significative n'a été observée quant à la probabilité de naissance vivante dans le groupe avec éclosion assistée (AH) comparativement au groupe témoin (9 ECR ; rapport des cotes (OR) = 1,03, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,85 à 1,26, preuves de qualité moyenne), avec aucune preuve d'hétérogénéité significative (P = 0,38) ou de manque de cohérence (I2 = 6 %). L'analyse des taux de grossesses cliniques à partir des neuf études ayant rapporté des naissances vivantes a mis en évidence un résultat non significatif (Rapport des cotes (OR) = 1,03, IC à 95 % de 0,85 à 1,25).

L'analyse de toutes les études incluses dans cette mise à jour (31 ECR) a montré une légère amélioration du taux de grossesses cliniques chez les femmes ayant subi une éclosion assistée (AH), mais le niveau a tout juste atteint le seuil de signification statistique (OR = 1,13, IC à 95 % de 1,01 à 1,27, preuves de qualité moyenne). Cependant, il est important de noter que l'hétérogénéité pour cette analyse combinée du taux de grossesses cliniques, était statistiquement significative (P = 0,001) et l'I2 était de 49 %. L'analyse du sous-groupe des femmes qui avaient eu précédemment une tentative de FIV ayant échoué, a mis en évidence une amélioration des taux de grossesses cliniques chez les femmes ayant subi une éclosion assistée (AH) comparativement aux femmes du groupe témoin (9 ECR, n = 1365 ; OR = 1,42, IC à 95 % de 1,11 à 1,81) avec I2 = 20 %.

Le taux de fausses couches par femme était similaire dans les deux groupes (14 ECR ; OR = 1,03, IC à 95 % de 0,69 à 1,54, P = 0,90, preuves de qualité moyenne). Le taux de grossesses multiples par femme était significativement plus élevé chez les femmes ayant été randomisées dans le groupe avec éclosion assistée (AH) comparativement aux femmes du groupe témoin (14 ECR, 3447 femmes ; OR = 1,38, IC à 95 % de 1,11 à 1,70, P = 0,004, preuves de mauvaise qualité).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.