Vaccins acellulaires pour la prévention de la coqueluche chez l'enfant

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La coqueluche (pertussis) peut être une infection respiratoire grave. Des vaccins élaborés à partir de la bactérie Bordetella pertussis (B. pertussis) entière tuée ont été développés, mais pouvaient causer des troubles neurologiques graves comme des convulsions, une encéphalopathie et des épisodes hypotoniques-hyporéactifs, ainsi que des événements indésirables mineurs tels que l'anorexie, des somnolences, de la fièvre, de l'irritabilité et de l'anxiété, des pleurs prolongés, des vomissements et des douleurs/rougeurs/gonflements/indurations sur le site de l'injection. Ces différents troubles ont provoqué une chute des taux d'immunisation, ce qui a entraîné une augmentation de l'incidence de la coqueluche. Les vaccins anticoquelucheux acellulaires (aP pour « acellular pertussis ») (contenant des antigènes B. pertussis purifiés ou recombinants) ont été développés dans l'espoir d'être aussi efficaces, mais moins réactogéniques, que les vaccins anticoquelucheux à germes entiers (wP pour « whole-cell pertussis »).

Cette revue mise à jour incluait six essais d'efficacité totalisant 46 283 participants et 52 essais de tolérance totalisant 136 541 participants. L'efficacité des vaccins acellulaires multicomposants (≥ trois) variait de 84 % à 85 % pour la prévention de la coqueluche typique (qui se caractérise par 21 jours consécutifs, ou plus, de toux paroxysmale avec confirmation de l'infection B. pertussis par culture, une sérologie appropriée ou un contact avec un membre de la famille atteint d'une coqueluche confirmée par culture) et de 71 % à 78 % pour la prévention des formes bénignes de la coqueluche (qui se caractérise par sept jours consécutifs, ou plus, de toux avec confirmation de l'infection B. pertussis par culture ou une sérologie appropriée). Les vaccins acellulaires à un ou deux composants étaient moins efficaces. La majorité des événements indésirables systémiques et locaux étaient nettement moins fréquents avec les vaccins aP qu'avec les vaccins wP de la première série, ainsi que la dose de rappel. Cette revue a trouvé que les vaccins multicomposants contenant trois composants aP, ou plus, sont efficaces et présentent moins d'effets indésirables que les vaccins wP.

Conclusions des auteurs: 

Les vaccins aP multicomposants (≥ trois) sont efficaces et montrent moins d'effets indésirables que les vaccins wP de la première série, ainsi que les doses de rappel.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'utilisation systématique des vaccins anticoquelucheux à germes entiers (wP) a été suspendue dans certains pays au cours des années 70 et 80 en raison d'inquiétudes concernant leurs effets indésirables. Cette suspension a entraîné une résurgence des cas de coqueluche. Les vaccins anticoquelucheux acellulaires (aP), contenant des antigènes Bordetella pertussis (B. pertussis) purifiés ou recombinants, ont été développés dans l'espoir d'être aussi efficaces, mais moins réactogéniques, que les vaccins anticoquelucheux à germes entiers (wP).

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérance des vaccins anticoquelucheux acellulaires chez l'enfant.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 4), qui contient le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, MEDLINE (de 1950 à la semaine 4 de décembre 2011), EMBASE (de 1974 à janvier 2012), Biosis Previews (de 2009 à janvier 2012) et CINAHL (de 2009 à janvier 2012).

Critères de sélection: 

Nous avons sélectionné des essais d'efficacité et de tolérance randomisés en double aveugle de vaccins aP administrés à des enfants âgés de six ans au maximum, avec un suivi actif et une vérification en laboratoire des cas de coqueluche.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de cette revue ont indépendamment extrait des données et évalué les risques de biais dans les études. Des différences de conception des essais empêchaient la réalisation d'une méta-analyse des données d'efficacité. Nous avons combiné les données de tolérance issues d'essais individuels en utilisant un modèle de méta-analyse à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus six essais d'efficacité totalisant 46 283 participants et 52 essais de tolérance totalisant 136 541 participants. La majorité des essais de tolérance n'indiquaient pas les méthodes de génération de séquences aléatoires, d'assignation secrète et de mise en aveugle, ce qui rendait plus difficile l'évaluation des risques de biais dans les études. L'efficacité des vaccins multicomposants (≥ trois) variait de 84 % à 85 % pour la prévention de la coqueluche typique (qui se caractérise par 21 jours consécutifs, ou plus, de toux paroxysmale avec confirmation de l'infection B. pertussis par culture, une sérologie appropriée ou un contact avec un membre de la famille atteint d'une coqueluche confirmée par culture) et de 71 % à 78 % pour la prévention des formes bénignes de la coqueluche (qui se caractérise par sept jours consécutifs, ou plus, de toux avec confirmation de l'infection B. pertussis par culture ou une sérologie appropriée). En revanche, l'efficacité des vaccins à un ou deux composants variait de 59 % à 75 % contre la coqueluche typique et de 13 % à 54 % contre les formes bénignes de la coqueluche. Les vaccins acellulaires multicomposants sont plus efficaces que les vaccins à germes entiers à faible efficacité, mais peuvent être moins efficaces que les vaccins à germes entiers dont l'efficacité est plus élevée. La majorité des événements indésirables systémiques et locaux étaient nettement moins fréquents avec les vaccins aP qu'avec les vaccins wP de la première série, ainsi que la dose de rappel.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.