Antibiotiques pour prévenir les complications chez les enfants souffrant de la rougeole

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La rougeole est une maladie infectieuse causée par un virus. Il existe un vaccin efficace qui peut prévenir la rougeole, mais 30 à 40 millions de personnes dans le monde continuent de développer cette maladie chaque année. Tous les ans, la rougeole cause plus de 500 000 morts et est responsable d'environ 44 % des 1,7 million de décès d'enfants évitables par la vaccination. La rougeole est associée à des complications. Il s'agit notamment de la pneumonie, d'infections de l'oreille et de la gorge, ainsi que de la diarrhée et de la conjonctivite.

À l'heure actuelle, l'administration de deux doses de vitamine A est recommandée pour prévenir ces complications chez les enfants de moins de deux ans. Placer les enfants sous antibiotiques constitue une autre méthode de prévention des complications post-rougeole. L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets des antibiotiques administrés aux enfants souffrant de la rougeole pour réduire la pneumonie, d'autres maladies et la mortalité. Une revue de sept essais cliniques contrôlés portant sur 1263 enfants a montré que les enfants atteints de rougeole placés sous antibiotiques présentaient une incidence plus faible de pneumonie, d'infections de l'oreille et d'amygdalite. Il n'y avait cependant aucun effet bénéfique sur la conjonctivite ou la gastroentérite. Aucun effet secondaire important attribuable à l'administration des médicaments étudiés n'était observé. Étant donné que bon nombre des études ont été réalisées il y a cinquante ans selon une méthodologie médiocre, des essais contrôlés randomisés utilisant des antibiotiques plus récents sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Les études examinées étaient de faible qualité et elles utilisaient d'anciens antibiotiques. Cette revue indique un effet bénéfique des antibiotiques pour la prévention des complications telles que la pneumonie, l'otite moyenne purulente et l'amygdalite chez les enfants souffrant de la rougeole. Sur la base de cette revue, il n'est pas possible de faire des recommandations définitives quant au type d'antibiotique, la durée ou le jour de commencement. L'utilisation de pénicilline ou de cotrimoxazole peut être envisagée. Davantage de preuves provenant d'ECR de haute qualité sont nécessaires pour répondre à ces questions.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La rougeole est la principale cause de mortalité parmi les maladies évitables par la vaccination ; Elle est responsable d'environ 44 % des 1,7 million de décès d'enfants évitables par la vaccination.

Objectifs: 

Évaluer les effets des antibiotiques administrés aux enfants souffrant de la rougeole pour prévenir les complications et réduire la pneumonie, ainsi que d'autres maladies et la mortalité.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour 2011, nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane 2011, numéro 1) qui contient le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, ainsi que dans MEDLINE (1966 à la 4ème semaine de mars 2011) et EMBASE (1980 à avril 2011).

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR comparant des antibiotiques à un placebo ou à l'absence de traitement, pour prévenir les complications chez des enfants souffrant de la rougeole.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont extrait les données et évalué la qualité des essais de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Sept essais portant sur 1263 enfants ont été inclus. Les données des études combinées révélaient que l'incidence de la pneumonie était plus faible dans le groupe de traitement par rapport au groupe témoin. Cependant, la différence n'était statistiquement pas significative. Sur les 654 enfants ayant reçu des antibiotiques, 27 (4,1 %) ont développé une pneumonie ; tandis que sur les 609 enfants du groupe témoin, 59 (9,6 %) ont développé une pneumonie (DR -6 % ; IC à 95% entre -13% et 1%). Le seul essai montrant une augmentation du taux de pneumonie avec les antibiotiques a été réalisé en 1942. Il comparaît le sulfathiazol par voie orale avec le traitement symptomatique.Si les résultats de cet essai sont retirés de la méta-analyse, il existe une diminution statistiquement significative de l'incidence de la pneumonie chez les enfants recevant les antibiotiques (RC 0,26 ; IC à 95%, entre 0,12 et 0,60). Le nombre de sujets à traiter pour prévenir un épisode de pneumonie est de dix-huit. L'incidence des autres complications était significativement plus faible chez les enfants sous antibiotiques : otite moyenne purulente (RC 0,34 ; IC à 95 % entre 0,16 et 0,73) et amygdalite (RC 0,08 ; IC à 95%, entre 0,01 et 0,72). Il n'y avait aucune différence pour ce qui est de l'incidence de la conjonctivite (RC 0,39 ; IC à 95 % entre 0,15 et 1,0), de la diarrhée (RC 0,53 ; IC à 95 % entre 0,23 et 1,22) ou de la laryngite (RC 0,16 ; IC à 95%, entre 0,01 et 4,06). Aucun effet indésirable important attribuable aux antibiotiques n'était consigné.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.