Riluzole pour le traitement de la sclérose latérale amyotrophique (SLA)/maladie du motoneurone (MMN)

La sclérose latérale amyotrophique (SLA)/maladie du motoneurone (MMN) est une maladie neurologique mortelle qui entraîne la paralysie d'un membre et des muscles de la déglutition et respiratoires. Il n'existe aucun traitement disponible pour arrêter ou retarder sa progression. Dans cette revue, nous examinons les preuves issues de quatre essais cliniques randomisés impliquant 1 477 personnes atteintes d'une SLA. La qualité méthodologique des essais était acceptable et trois de ces essais étaient facilement comparables (bien que l'un d'entre eux était composé de patients plus âgés atteints d'une SLA plus avancée). Les recherches de cette revue ont été mises à jour pour la dernière fois en 2011, lorsque nous n'avions trouvé aucun nouvel essai contrôlé randomisé. Les résultats indiquent que 100 mg de riluzole prolongent probablement la survie moyenne des personnes atteintes d'une SLA de deux à trois mois et la tolérance du médicament n'est pas source d'inquiétudes. Les preuves issues d'essais contrôlés randomisés indiquent que la survie des participants prenant du riluzole est probablement prolongée par rapport à ceux prenant un placebo. Les effets bénéfiques sont très modestes et ce médicament est coûteux. Il y avait des effets bénéfiques minimes au niveau des fonctions bulbaires et des membres, mais pas de la force musculaire. Les effets indésirables dus au riluzole sont relativement mineurs et réversibles pour la plupart une fois le traitement arrêté.

Conclusions des auteurs: 

Une dose quotidienne de 100 mg de riluzole est raisonnablement inoffensive et prolonge probablement la survie moyenne d'environ deux à trois mois chez les patients atteints d'une sclérose latérale amyotrophique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le riluzole est approuvé pour le traitement de la sclérose latérale amyotrophique dans la plupart des pays. Des questions subsistent sur son utilité clinique en raison de son coût élevé et de son efficacité modeste.

Objectifs: 

Examiner l'efficacité du riluzole au niveau de la prolongation de la survie et du délai d'utilisation de substituts (trachéostomie et ventilation mécanique) pour maintenir la survie et évaluer les effets du riluzole sur la santé fonctionnelle.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (20 avril 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (2011, numéro 2), MEDLINE (de 1966 à avril 2011), EMBASE (de 1980 à mai 2011). Nous avons également interrogé les auteurs des essais, la société Aventis (fabricant du riluzole) et d'autres experts dans le domaine.

Critères de sélection: 

Types d'études : essais contrôlés randomisés
Types de participants : adultes atteints d'une sclérose latérale amyotrophique
Types d'interventions : traitement par riluzole ou placebo
Types de critères de jugement :
Principaux : hazard ratio combiné de la survie sans trachéostomie sur l'ensemble des points temporels avec 100 mg de riluzole.
Secondaires : pourcentage de mortalité avec 50 mg, 100 mg et 200 mg de riluzole ; fonction neurologique, force musculaire et événements indésirables.

Recueil et analyse des données: 

Un auteur a extrait des données et deux autres auteurs les ont vérifiées. Un auteur a vérifié et effectué la saisie informatique des données. Les autres auteurs ont vérifié la saisie des données. Nous avons obtenu les données manquantes auprès des auteurs des essais, quand cela était possible.

Résultats principaux: 

Les quatre essais examinant la survie sans trachéostomie incluaient un total de 974 patients ayant suivi un traitement par riluzole et 503 patients ayant suivi un traitement par placebo. Aucun nouvel essai contrôlé randomisé n'a été trouvé lorsque nous avons effectué la mise jour des recherches pour cette mise à jour en 2011. La qualité méthodologique était acceptable et trois essais étaient facilement comparables, bien qu'un essai (169 participants) ait inclus des patients plus âgés atteints d'une sclérose latérale amyotrophique à des stades plus avancés et qu'un essai (195 participants) ait été composé de plusieurs critères de jugement principaux. Une dose quotidienne de 100 mg de riluzole fournissait des effets bénéfiques pour le groupe de patients homogènes dans les deux premiers essais (hazard ratio (HR) 0,80, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,64 à 0,99, P = 0,042) et il n'y avait aucune preuve d'hétérogénéité (P = 0,33). À l'ajout du troisième essai (qui incluait des patients plus âgés et plus gravement malades), il y avait des preuves d'hétérogénéité (P < 0,0001) et les effets globaux du traitement avaient diminué, mais étaient encore significatifs (HR 0,84, IC à 95 % 0,698 à 0,997, P = 0,046). Ceci représentait une augmentation de 9 % de la probabilité de survie d'un an (49 % dans le groupe placebo et 58 % dans le groupe riluzole) et une augmentation de la survie moyenne de 11,8 à 14,8 mois. Il y avait des effets bénéfiques minimes au niveau des fonctions bulbaires et des membres, mais pas de la force musculaire. Une triple augmentation de l'alanine transférase sérique était plus fréquente chez les patients ayant suivi un traitement par riluzole (différence moyenne 2,62, IC à 95 % 1,59 à 4,31) par rapport au groupe témoin.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.