Le topiramate en traitement d'appoint dans l'épilepsie partielle résistante aux médicaments

Le topiramate est efficace en traitement d'appoint dans l'épilepsie partielle résistante aux médicaments.

L'épilepsie est un trouble qui se caractérise par des convulsions récurrentes causées par des décharges électriques anormales dans le cerveau. La plupart des crises épileptiques peuvent être contrôlées par un seul médicament antiépileptique. Malheureusement, certaines personnes ont besoin de plus d'un médicament antiépileptique pour contrôler leurs crises, en particulier si celles-ci ont leur origine dans une région du cerveau (épilepsie partielle), au lieu d'être généralisées.

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données le 18 juin 2013. Onze essais ont été trouvés portant sur 1 401 personnes souffrant d'épilepsie partielle. Tous étaient des essais contrôlés randomisés comparant le médicament antiépileptique topiramate à un placebo pendant une période allant jusqu'à 18 semaines. Prenant en compte toutes les preuves issues des essais, la revue a constaté que le topiramate était trois fois plus efficace que le placebo lorsqu'il était utilisé avec d'autres médicaments pour réduire le nombre de crises dans l'épilepsie partielle résistante aux médicaments. Cependant, l'ajout du topiramate au traitement habituel est associé à une augmentation des effets secondaires tels que les problèmes de coordination (ataxie) ou de concentration, les vertiges, la somnolence, la fatigue, les nausées, les pensées inhabituelles, des chatouillements ou un engourdissement de la peau (paresthésies) et la perte de poids.

Nous avons évalué les essais en termes de biais et de qualité. Dans l'ensemble, nous avons évalué la qualité des preuves comme étant modérée. Les essais inclus dans cette revue n'ont pas examiné les effets à long terme du topiramate en tant que traitement d'appoint et les recherches futures devraient s'intéresser à la dose.

Conclusions des auteurs: 

Le topiramate présente une efficacité en tant que traitement d'appoint dans l'épilepsie partielle résistante aux médicaments en ce qu'il est trois fois plus efficace que le placebo en termes de réduction des crises. Cependant, les essais examinés étaient de durée relativement courte et ne fournissaient pas de preuves pour l'efficacité à long terme du topiramate. À court terme, le topiramate en traitement d'appoint a été associé à plusieurs événements indésirables. Les résultats de cette revue ne peuvent pas être extrapolés à la monothérapie ou au traitement d'autres types d'épilepsie et les recherches futures devraient s'intéresser à l'effet de la dose.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La majorité des personnes atteintes d'épilepsie ont un bon pronostic et leurs crises épileptiques sont soignées par un médicament antiépileptique unique. Cependant, jusqu'à 20 % des patients dans les études basées sur la population et jusqu'à 30 % dans les séries cliniques (non basées sur la population) développent une épilepsie résistante aux médicaments, en particulier ceux présentant des crises épileptiques partielles. Dans cette revue, nous résumons les preuves actuelles concernant le topiramate, un médicament antiépileptique commercialisé pour la première fois en 1996, utilisé en tant que traitement d'appoint dans l'épilepsie partielle résistante aux médicaments. Ceci est une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans le numéro 3, 1999.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité du topiramate lorsqu'il est utilisé comme traitement d'appoint pour les personnes atteintes d'épilepsie partielle réfractaire aux médicaments.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (juin 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 5), MEDLINE (de 1946 à 2013), SCOPUS (de 1823 à 2013), ClinicalTrials.gov et ICTRP. Nous n'avons imposé aucune restriction concernant la langue. Nous avons également contacté les fabricants de topiramate et des chercheurs dans le domaine afin d'identifier des études en cours ou non publiées.

Critères de sélection: 

Essais randomisés contrôlés par placebo ou médicament actif sur le topiramate en tant que traitement d'appoint, portant sur des patients atteints d'épilepsie partielle résistante aux médicaments.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les essais à inclure et extrait les données pertinentes. Nous avons évalué les critères de jugement suivants : (A) réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises ; (b) absence de crises ; (c) arrêt du traitement (pour n'importe quelle raison) ; (d) effets secondaires. Les analyses primaires ont été effectuées en intention de traiter et les risques relatifs (RR) résumés avec intervalles de confiance à 95 % (IC à 95 %) sont présentés. Nous avons évalué la relation dose-réponse dans des modèles de régression. Nous avons effectué une évaluation du risque de biais pour chaque étude incluse en utilisant l'outil Cochrane « Risque de biais » et évalué la qualité globale des preuves en utilisant l'approche GRADE, que nous avons présentée dans un tableau « Résumé des résultats ».

Résultats principaux: 

Onze essais ont été inclus, soit 1 401 participants randomisés. Les phases de référence variaient de 4 à 12 semaines et les phases en double aveugle de 11 à 19 semaines. Le RR pour une réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises par rapport au placebo était de 2,97 (IC à 95 % 2,38 à 3,72). L'analyse de régression de dose montre une augmentation de l'effet avec l'augmentation de la dose, mais n'a trouvé aucun avantage pour des doses au-delà de 300 ou 400 mg par jour. Le RR pour l'absence de crises (IC à 95 %) par rapport au placebo était de 3,41 (IC à 95 % 1,37 à 8,51). Le RR pour l'arrêt prématuré du traitement par rapport au placebo était de 2,44 (IC à 95 % 1,64 à 3,62). Les RR pour les effets indésirables suivants indiquent qu'ils sont significativement associés au topiramate : ataxie 2,29 (IC à 99 % 1,10 à 4,77) ; troubles de la concentration 7,81 (2,08 à 29,29) ; vertiges 1,54 (IC à 99 % 1,07 à 2,22) ; fatigue 2,19 (IC à 99 % 1,42 à 3,40) ; paresthésie 3,91 (1,51 à 10,12) ; somnolence 2,29 (IC à 99 % 1,49 à 3,51) ; pensées inhabituelles 5,70 (IC à 99 % 2,26 à 14,38) et perte de poids 3,47 (1,55 à 7,79). Des preuves d'un biais de publication ont été observées (la valeur P au test d'Egger était P = 0,003). Nous avons évalué toutes les études incluses dans la revue comme présentant un risque de biais faible ou incertain. Globalement, nous avons évalué les preuves comme étant de qualité modérée en raison de la preuve d'un biais de publication.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.