Traitements antibiotiques prolongés dans la bronchectasie purulente chez l'enfant et l'adulte

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les preuves disponibles concernant l'utilisation d'une antibiothérapie prolongée dans la bronchectasie suggèrent que cette intervention confère un petit avantage. Ces preuves sont issues d'essais divers et peu nombreux et d'autres recherches sont nécessaires pour confirmer cet effet. La résistance aux antibiotiques est un problème préoccupant.

Conclusions des auteurs : 

Les preuves disponibles montrent que l'utilisation prolongée d'antibiotiques dans le traitement de la bronchectasie est associée à un petit bénéfice. La diversité des essais limite les conclusions de cette revue. D'autres essais contrôlés randomisés présentant une puissance statistique adéquate et des critères de jugement standardisés sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Selon l'hypothèse du cercle vicieux dans la bronchectasie, la multiplication bactérienne dans les voies respiratoires perpétue la modification inflammatoire. Cela endommage l'escalateur mucociliaire, empêche l'élimination des bactéries et permet la persistance des médiateurs pro-inflammatoires. Le traitement standard par physiothérapie et antibiothérapie intermittente semble améliorer l'état de santé des patients atteints de bronchectasie, mais aucune donnée concluante n'indique que ces interventions affectent l'évolution naturelle de la maladie. Différentes stratégies ont été mises en œuvre pour interrompre ce cycle d'infection et d'inflammation. On espère notamment qu'une antibiothérapie prolongée pourrait permettre la guérison de la muqueuse des voies respiratoires.

Objectifs : 

Cette revue systématique rassemble des preuves et, dans la mesure du possible, présente une méta-analyse des données disponibles pour répondre à la question « L'antibiothérapie prolongée a-t-elle un impact sur le résultat de la bronchectasie purulente ? ».

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires et les références bibliographiques des articles identifiés. Les recherches étaient à jour en janvier 2011.

Critères de sélection : 

Les essais randomisés étudiant l'utilisation d'une antibiothérapie prolongée dans la bronchectasie par rapport à un placebo ou à des soins habituels.

Recueil et analyse des données : 

La qualité des essais a été évaluée et l'extraction des données a été effectuée par les évaluateurs de manière indépendante. Les auteurs des essais ont été contactés afin d'obtenir des informations manquantes.

Résultats principaux : 

Neuf essais portant sur un total de 378 participants remplissaient les critères d'inclusion. Les antibiotiques étaient administrés au cours d'une période allant de 4 semaines à un an. Seule une méta-analyse limitée a pu être effectuée en raison de la diversité des critères de jugement des essais. Les taux de réponse montraient des effets significatifs favorables à l'antibiothérapie prolongée (rapport des cotes de Peto (IC à 95 %) de 3,37 (1,60 à 7,09)). À l'inverse, aucune différence significative n'était observée entre les antibiotiques prolongés et le placebo concernant les taux d'exacerbation (rapport des cotes de Peto (IC à 95 %) de 0,96 (0,27 à 3,46)). Concernant les arrêts prématurés, aucune différence significative n'était rapportée entre le traitement et le placebo (rapport des cotes de Peto (IC à 95 %) de 1,06 (0,42 à 2,65)). Les données relatives à la fonction pulmonaire ne montraient pas de bénéfice significatif favorable à l'antibiothérapie (différence moyenne pour le pourcentage de la valeur prédite du VEMS de -1,05 % (IC à 95 %, entre -6,93 et 4,83)).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.