Des types particuliers de solution colloïdale sont-ils plus sûrs que d'autres pour le remplacement des liquides sanguins ?

Quand une personne saigne abondamment, la perte de volume de liquide dans ses veines peut conduire à un choc, elle a donc besoin d'une réanimation liquidienne. Les colloïdes et les cristalloïdes sont deux types de solutions utilisés pour remplacer le liquide sanguin (plasma) perdu. Ils comprennent des produits sanguins et des produits de synthèse. Les colloïdes comme les cristalloïdes semblent être tout aussi efficaces lors d'une réanimation. Il existe différents types de colloïdes et ceux-ci peuvent avoir des effets différents. Cependant, la revue des essais a constaté qu'il n'y a pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'un colloïde particulier est plus sûr que n'importe quel autre.

Conclusions des auteurs: 

D'après cette revue, il n'existe aucune preuve qu'une solution colloïdale soit plus efficace ou sûre que n'importe quelle autre, bien que les intervalles de confiance soient larges et qu'ils n'excluent pas de différences cliniquement significatives entre les colloïdes. Des essais à plus grande échelle portant sur la thérapie liquidienne sont nécessaires si des différences cliniquement significatives de la mortalité doivent être détectées ou exclues.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les colloïdes sont largement utilisés dans le remplacement du volume de liquide. Cependant, des doutes subsistent quant à savoir quel colloïde est meilleur. Les différents colloïdes varient en terme de poids moléculaire et donc de durée de séjour dans le système circulatoire. Pour cette raison et du fait de leurs autres caractéristiques, ils peuvent différer en ce qui concerne leur innocuité et leur efficacité.

Objectifs: 

Comparer les effets de différentes solutions colloïdales chez des patients supposés avoir besoin d'un volume de remplacement.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures (recherche du 1er décembre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) 2011, numéro 4 (The Cochrane Library), MEDLINE (Ovid) (de 1948 à la semaine 3 de novembre 2011) ; EMBASE (Ovid) (de 1974 à la semaine 47 de l'année 2011) ; Web of Science de l'ISI : Science Citation Index Expanded (de 1970 au 1er décembre 2011) ; Web of Science de l'ISI : Conference Proceedings Citation Index-Science (de 1990 au 1er décembre 2011) ; CINAHL (EBSCO) (de 1982 au 1er décembre 2011) ; National Research Register (2007, numéro 1) et PubMed (recherche du 1er décembre 2011). Nous avons effectué des recherches dans les bibliographies des essais extraits et, pour la version initiale de la revue, nous avons contacté les laboratoires pharmaceutiques qui fabriquent les colloïdes afin d'obtenir des informations (1999).

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés comparant des solutions colloïdales chez des patients en phase critique et faisant l'objet d'une intervention chirurgicale supposés avoir besoin d'un volume de remplacement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données et évalué la qualité des essais de façon indépendante. Les critères analysés étaient les décès, la quantité de sang total transfusé, et l'incidence des réactions indésirables.

Résultats principaux: 

Quatre-vingt dix essais, totalisant 5 678 participants, répondaient aux critères d'inclusion. La qualité de l'assignation secrète a été considérée comme adéquate dans 35 essais et comme médiocre ou incertaine dans le reste des essais.

Des décès ont été constatés dans 61 essais. Pour la comparaison de l'albumine ou de la FPP à l'hydroxyéthyl-amidon (HES), 32 essais (n = 1 769) ont rendu compte de la mortalité. Le risque relatif (RR) combiné était de 1,07 (IC à 95 % 0,87 à 1,32). Lorsque les essais réalisés par Boldt ont été éliminés de l'analyse, le RR combiné était de 0,90 (IC à 95 % 0,68 à 1,20). Pour la comparaison de l'albumine ou de la FPP à la gélatine, neuf essais (n = 824) ont rendu compte de la mortalité. Le RR était de 0,89 (IC à 95 %e 0,65 à 1,21). L'élimination de l'étude réalisée par Boldt dans l'analyse n'a pas changé le RR ni les intervalles de confiance. Pour la comparaison de l'albumine ou de la FPP au dextrane, quatre essais (n = 360) ont rendu compte de la mortalité. Le RR était de 3,75 (IC à 95 % 0,42 à 33,09). Pour la comparaison de la gélatine à l'HES, 25 essais (n = 1 756) ont rendu compte de la mortalité et le RR était de 1,03 (IC à 95 % 0,84 à 1,26). Lorsque les essais réalisés par Boldt ont été éliminés de l'analyse, le RR combiné était de 1,04 (IC à 95 % 0,85 à 1,27). Le RR ne pouvait pas être estimé dans les groupes de la gélatine comparée au dextrane et de l'HES comparé au dextrane.

Quarante-cinq essais ont enregistré la quantité de sang transfusé, cependant l'analyse quantitative n'a pas été possible en raison de l'asymétrie et des comptes-rendus variables. Vingt-quatre essais ont enregistré des réactions indésirables, deux études ayant signalé des réactions indésirables possibles à la gélatine et une à l'HES.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.