Aucune preuve solide ne permet d'établir la supériorité d'une technique chirurgicale par rapport à une autre dans le traitement des anomalies précancéreuses du col de l'utérus.

Les lésions cervicales précancéreuses (néoplasie cervicale intra-épithéliale) peuvent être traitées de différentes manières selon l'étendue et la nature de la maladie. Des traitements moins invasifs n'exigeant pas d'hospitalisation peuvent être utilisés. Une anesthésie générale est parfois nécessaire, surtout si la maladie s'est propagée localement, qu'une invasion précoce est soupçonnée ou que le traitement ambulatoire précédent a échoué. La chirurgie peut être pratiquée au bistouri, par cryothérapie (congélation des cellules anormales), au laser ou par résection à l'anse diathermique (un câble alimenté en électricité). Cette revue a observé que les preuves étaient insuffisantes pour choisir la technique la plus efficace de manière fiable, et des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves suggèrent qu'aucune technique chirurgicale ne présente une supériorité évidente dans le traitement de la néoplasie cervicale intra-épithéliale en termes d'échec du traitement ou de morbidité opératoire.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La néoplasie cervicale intra-épithéliale (NCIE) est la lésion précancéreuse la plus courante. Des changements épidermoïdes atypiques se produisent dans la zone de remaniement du col de l'utérus. Ces changements légers, modérés ou sévères sont décrits en fonction de leur profondeur (CIN 1, 2 ou 3). La néoplasie cervicale intra-épithéliale est traitée par destruction locale ou à l'aide de techniques d'excision de moindre morbidité. Le choix du traitement dépend du stade et de l'étendue de la maladie.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des traitements chirurgicaux alternatifs dans la NCIE.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur les cancers gynécologiques, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane), MEDLINE et EMBASE (jusqu'en novembre 2012). Nous avons également consulté les registres des essais cliniques, les résumés des réunions scientifiques et les références bibliographiques des études incluses.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des traitements chirurgicaux alternatifs chez des femmes atteintes de néoplasie cervicale intra-épithéliale.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont résumé les données et évalué les risques de biais de manière indépendante. Les risques relatifs permettant de comparer la maladie résiduelle après l'examen de contrôle et les événements indésirables chez des femmes ayant subi une ablation par laser, une conisation par laser, une excision à l'anse large de la zone de remaniement (LLETZ), une conisation au bistouri ou une cryothérapie ont été combinés dans des méta-analyses utilisant un modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Vingt-neuf essais ont été inclus. Sept techniques chirurgicales ont été évaluées sous forme de différentes comparaisons. Aucune différence significative n'était démontrée en termes de maladie persistante après le traitement (échec du traitement). L'excision à l'anse large de la zone de remaniement semblait fournir les spécimens les plus fiables pour l'histologie avec la morbidité la plus faible. La morbidité était inférieure par rapport à la conisation par laser, mais les essais n'apportaient pas de données pour tous les critères de jugement. Les données étaient insuffisantes pour évaluer les effets sur la morbidité par rapport à l'ablation par laser.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.