Est-ce que les documents imprimés d'auto-assistance aident les gens à cesser de fumer ?

Contexte

Nous avons examiné les données probantes démontrant l'efficacité des documents d'auto-assistance imprimés pour aider les gens à cesser de fumer. Nous avons cherché des études sur n'importe quel type d'auto-assistance imprimée qui offrait un soutien structuré et des conseils sur l'abandon du tabac. Il peut s'agir de brochures, de dépliants ou de feuillets d'information qui décrivent une sorte de programme structuré que quelqu'un pourrait suivre pour l'aider à cesser de fumer. Nous avons également inclus l'auto-assistance en format audio ou vidéo, mais nous n'avons pas inclus les programmes Internet ou d'autres formats. Nous nous sommes intéressés au nombre de personnes qui n'ont pas fumé pendant au moins six mois à partir du moment où elles ont reçu les documents d'auto-assistance. Les études devaient inclure des personnes qui fumaient, mais il n'était pas nécessaire que ces personnes essaient actuellement d'arrêter de fumer.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons fait des recherches dans les bases de données électroniques à la recherche d'études qui portaient sur l'auto-assistance imprimée. Nous avons effectué notre recherche la plus récente en mars 2018 et, jusqu'à présent, nous avons trouvé 75 études. La plupart des études ont eu lieu en Amérique du Nord ou en Europe et ont été menées auprès d'adultes, bien qu'elles n'exigeaient pas que les gens veuillent arrêter de fumer pour y participer. Les études ont fourni du matériel d'auto-assistance en personne ou par la poste, certains à la fois, et d'autres s'étalent sur toute la durée de l'étude. Dans la plupart des études, l'auto-assistance était le seul soutien offert, mais certaines études ont testé l'auto-assistance donnée avec d'autres types de soutien pour vérifier si l'auto-assistance écrite présentait un avantage supplémentaire. Certaines études ont recueilli de l'information sur des fumeurs individuels, afin qu'ils puissent adapter l'auto-assistance pour mieux les aider.

Résultats principaux

Onze études portant sur plus de 13 000 personnes ont fourni la preuve d'un léger avantage des documents d'auto-assistance imprimés lorsqu'ils sont fournis seuls. Notre confiance dans ces données n'était que modérée, car ces études ont été menées dans des pays à revenu élevé, ce qui les rend moins pertinentes pour les personnes originaires de pays à faible revenu, qui pourraient en bénéficier différemment. Lorsque les gens utilisaient l'auto-assistance et recevaient des conseils en personne sur la façon d'arrêter de fumer (11 études), il n'y avait aucun avantage supplémentaire par rapport à l'effet de ces conseils sans l'auto-assistance écrite.

Trente-deux études ont fourni une auto-assistance écrite qui a été adaptée individuellement, en la comparant soit à une auto-assistance non adaptée, soit à rien. Des données fondées sur dix études menées auprès de près de 15 000 personnes ont montré que l'auto-assistance sur mesure était plus utile que rien. Notre confiance dans ces données est modérée, car certaines de ces études pourraient avoir eu des problèmes dans la façon dont elles ont été menées, ce qui aurait pu avoir une incidence sur les résultats.

Conclusions

Lorsqu'il n'y a pas d'autre soutien disponible, les documents d'entraide écrits aident plus de personnes à arrêter de fumer que l'absence d'aide du tout. Les gens étaient plus susceptibles de faire des tentatives de renoncement réussies lorsqu'on leur offrait aussi un soutien en personne ou une thérapie de remplacement de la nicotine, mais l'auto-assistance imprimée ne rendait pas ces personnes plus susceptibles de renoncer au tabac.

Le matériel d'auto-assistance qui a été conçu pour aider les personnes individuelles est plus efficace que l'absence totale d'aide. Cependant, l'adaptation de ces documents nécessite souvent plus de contacts avec l'équipe de recherche, et lorsque nous avons comparé l'auto-assistance sur mesure à l'auto-assistance régulière qui implique le même nombre de contacts, nous n'avons pas constaté de différence dans les taux d'abandon.

Les études que nous avons trouvées portaient sur l'auto-assistance fournie aux personnes dans les pays à revenu élevé, où un soutien plus intensif est souvent disponible. Davantage de recherches sont nécessaires pour déterminer dans quelle mesure l'auto-assistance fonctionne bien pour les populations des pays à revenu faible et intermédiaire, où un soutien plus intensif est moins disponible.

Conclusions des auteurs: 

Des données modérément fiables montrent que lorsqu'aucun autre soutien n'est disponible, le matériel d'auto-assistance écrit aide plus de personnes à arrêter de fumer que l'absence d'intervention. Lorsque les gens reçoivent des conseils d'un professionnel de la santé ou ont recours à une thérapie de remplacement de la nicotine, rien ne prouve que le matériel d'auto-assistance augmente leur effet. Toutefois, de petits avantages ne peuvent être exclus. Les données de certitude modérée montrent que le matériel d'auto-assistance qui utilise les données des participants pour adapter la nature des conseils ou du soutien donnés est plus efficace que l'absence d'intervention. Toutefois, lorsqu'on a comparé du matériel d'auto-assistance sur mesure, qui comprend habituellement des évaluations et des envois postaux répétés, avec du matériel non adapté livré de la même façon, on n'a trouvé aucune preuve d'avantage.

Les données probantes ont testé les interventions d'auto-assistance dans des pays à revenu élevé, où un soutien plus intensif est souvent disponible. D'autres recherches sont nécessaires pour étudier les effets de ces interventions dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, où un soutien plus intensif peut ne pas être disponible.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

De nombreux fumeurs cessent de fumer par eux-mêmes, mais le matériel qui fournit un programme structuré à l'intention des fumeurs peut augmenter le nombre de ceux qui réussissent à cesser de fumer.

Objectifs: 

Les objectifs de cette revue étaient de déterminer l'efficacité de différentes formes de matériel d'auto-assistance imprimé qui fournissent un programme structuré que les fumeurs peuvent suivre, comparativement à l'absence de traitement et à d'autres stratégies de contact minimal, et de déterminer l'efficacité comparative de différentes composantes et caractéristiques de l'auto-assistance imprimé, comme le retour d’information produit par un ordinateur, le matériel supplémentaire, l'adaptation du matériel aux personnes et l'orientation du matériel sur certains groupes particuliers.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Cochrane Tobacco Addiction Group Trials Register, ClinicalTrials.gov et l'International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP). La recherche la plus récente a été effectuée en août 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais randomisés d'abandon du tabac avec un suivi d'au moins six mois, au cours desquels au moins un bras a testé du matériel imprimé fournissant de l'auto-assistance par rapport à un minimum d'auto-assistance sur papier (tel qu'un dépliant court) ou à un contrôle de moindre intensité. Nous avons défini l'auto-assistance comme un programme structuré pour fumeurs essayant de se sevrer sans contact intensif avec un thérapeute.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons extrait les données conformément aux procédures méthodologiques standard établies par Cochrane. Le principal critère de jugement était l'arrêt du tabac après un suivi d'au moins six mois chez des personnes qui fumaient au départ. Nous avons utilisé la définition la plus rigoureuse de l'abstinence dans chaque essai et les taux validés biochimiquement lorsqu'ils étaient disponibles. Lorsque c'était approprié, nous avons effectué une méta-analyse au moyen d'un modèle à effets fixes.

Résultats principaux: 

Nous avons recensé 75 études qui répondaient à nos critères d'inclusion. De nombreux rapports d'étude ne contenaient pas suffisamment de détails pour permettre de porter un jugement sur le risque de biais dans certains domaines. Nous avons jugé que 30 études (40 %) présentaient un risque élevé de biais pour un ou plusieurs domaines.

Trente-cinq études ont évalué les effets de matériels d'auto-assistance standard et non adaptés. Onze études ont comparé du matériel d'auto-assistance seul sans intervention et ont constaté un faible effet en faveur de l'intervention (n = 13 241 ; rapport de risque (RR) 1,19, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,03 à 1,37 ; I² = 0%). Nous avons jugé que les données probantes étaient d'une certitude modérée, conformément à la classification GRADE, déclassées en fonction de leur pertinence indirecte pour les populations des pays à revenu faible et moyen, parce que les données probantes pour cette comparaison provenaient d'études menées uniquement dans les pays à revenu élevé et qu'il y a lieu de croire que l'intervention pourrait fonctionner différemment dans les pays à revenu faible et moyen. Cette analyse a exclu deux études menées par la même équipe d'auteurs, dont les résultats étaient fortement positifs, avec des valeurs aberrantes évidentes et une grande hétérogénéité. Six autres études sur l'auto-assistance structurée comparée à de brefs dépliants n'ont pas démontré l'effet des documents d'auto-assistance sur l'abandon du tabac (n = 7023 ; RR 0,87, IC à 95 % : 0,71 à 1,07 ; I² = 21 %). Nous avons trouvé des preuves de l'avantage des documents d'auto-assistance standard lorsqu'il y a eu un bref contact qui ne comprenait pas de conseils sur l'abandon du tabac (4 études ; n = 2822 ; RR 1,39, IC à 95 % 1,03 à 1,88 ; I² = 0 %), mais pas lorsque l'auto-assistance était fournie en complément des conseils d'aide directe pour tous les participants (11 études ; n = 5365 ; RR 0,99, IC à 95 % 0,76 à 1,28 ; I² = 32 %).

Trente-deux études ont testé des matériaux adaptés aux caractéristiques des fumeurs individuels, les témoins ne recevant aucun matériau, ou des matériaux adaptés ou non adaptés. La plupart de ces études ont utilisé plus d'un envoi postal. Les études mises en commun qui comparaient l'auto-assistance sur mesure à l'absence d'auto-assistance, seule ou comparée à des conseils, ou en complément de conseils, ont montré l'avantage de fournir des interventions d'auto-assistance sur mesure (12 études ; n = 19 190 ; RR 1,34, IC à 95% : 1,20 à 1,49 ; I² = 0%) avec peu de différence entre les sous-groupes (10 études ont comparé des matériaux sur mesure versus aucun matériau, n = 14 359 ; RR 1,34, IC à 95 % 1,19 à 1,51 ; I² = 0 % ; deux études ont comparé des matériaux sur mesure à de brefs conseils, n = 2992 ; RR 1,13, IC à 95 % 0,86 à 1,49 ; I² = 0 % et deux études ont évalué des matériaux sur mesure comme complément à de brefs conseils, n = 1839 ; RR 1,72, IC à 95 % 1,17-2,53 ; I² = 10). Lorsque les études comparaient l'auto-assistance sur mesure à l'auto-assistance non adaptée, les résultats ont favorisé les interventions sur mesure lorsque les interventions sur mesure comportaient plus d'envois postaux que les interventions non adaptées (9 études ; n = 14 166 ; RR 1,42, IC à 95 % 1,20-1,68 ; I² = 0 %), mais pas lorsque les deux conditions étaient appariées par contact (10 études ; n = 11 024 ; RR 1,07, IC à 95 % 0,89-1,30 ; I² = 50 %). Nous avons jugé que les éléments probants étaient d'une certitude modérée, conformément à la norme GRADE, déclassés en fonction du risque de biais.

Cinq études ont évalué le matériel d'auto-assistance en tant qu'adjuvant à la thérapie de remplacement de la nicotine ; la mise en commun de trois d'entre elles n'a fourni aucune preuve d'avantage additionnel (n = 1769 ; RR 1,05, IC à 95% : 0,86 à 1,30 ; I² = 0%). Quatre études évaluant des documents écrits supplémentaires ont favorisé l'intervention, mais l'intervalle de confiance le plus faible a franchi la limite de l'effet nul (RR 1,20, IC à 95 % : 0,91 à 1,58 ; I² = 73 %). Un petit nombre d'autres études n'ont pas décelé d’avantages suite à l'utilisation de matériels ciblés, ni les différences entre les différents programmes d'auto-assistance.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.