Administration prophylactique de surfactant synthétique sans protéines pour prévenir la morbidité et la mortalité chez les nouveau-nés prématurés

Le surfactant pulmonaire est une substance qui prévient l'affaissement des alvéoles des poumons en diminuant la tension de surface. Le surfactant est essentiel à la fonction pulmonaire normale des nouveau-nés. Il est parfois absent des poumons immatures, ce qui peut entraîner le développement d'un syndrome de détresse respiratoire (SDR). Des surfactants synthétiques sans protéines ont été développés et peuvent être utilisés chez les bébés nés prématurément (avant 34 semaines) qui risquent de développer un SDR. La revue des essais a identifié des preuves indiquant que le surfactant synthétique réduisait le risque de SDR chez les bébés considérés à risque. Les bébés recevant un surfactant synthétique prophylactique présentent un risque inférieur de SDR, de pneumothorax (air dans la cavité pulmonaire) et de décès. Néanmoins, les bébés recevant un surfactant synthétique prophylactique présentent un risque accru d'hémorragie pulmonaire et de persistance du canal artériel, un vaisseau ouvert qui fait passer le sang des poumons vers le reste de l'organisme. Bien que cela puisse entraîner des complications engageant potentiellement le pronostic vital, les bénéfices globaux de l'administration de surfactant l'emportent sur les risques.

Conclusions des auteurs: 

Il a été démontré que l'administration prophylactique de surfactant synthétique sans protéines par voie endotrachéale chez les nourrissons à risque de syndrome de détresse respiratoire améliorait les résultats cliniques. Les nourrissons recevant du SS sans protéines prophylactique présentaient une réduction du risque de pneumothorax, d'emphysème pulmonaire interstitiel et de mortalité néonatale. Les nourrissons recevant du SS sans protéines prophylactique présentaient un risque accru de persistance du canal artériel et d'hémorragie pulmonaire.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le syndrome de détresse respiratoire (SDR) est dû à une déficience ou à un dysfonctionnement du surfactant pulmonaire. Plusieurs produits surfactants, y compris un surfactant synthétique sans protéines, ont été développés et testés dans la prévention et le traitement du SDR.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'administration prophylactique de surfactant synthétique (SS) sans protéines sur la mortalité, la maladie pulmonaire chronique et d'autres morbidités associées à la prématurité chez les nouveau-nés prématurés à risque de SDR. Des analyses en sous-groupe ont été réalisées en fonction du degré de prématurité, du produit surfactant utilisé et du calendrier posologique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches ont été effectuées dans la Bibliothèque Cochrane, MEDLINE, OVID, EMBASE et CINAHL de 1966 à 2009. Les précédentes revues, y compris les références croisées et les résumés de la Society for Pediatric Research, ont également été consultées. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant les effets du SS sans protéines administré à des nouveau-nés prématurés à haut risque au moment de la naissance ou peu de temps après pour prévenir le SDR, la mortalité et les complications de la prématurité.

Recueil et analyse des données: 

Les données des résultats cliniques ont été extraites des essais cliniques par les évaluateurs. Les données ont été analysées conformément aux normes du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie.

Résultats principaux: 

Les études portant sur une administration prophylactique de SS sans protéines rapportaient une amélioration variable du statut respiratoire et une réduction du syndrome de détresse respiratoire chez les nourrissons recevant du SS prophylactique sans protéines. La méta-analyse suggérait une réduction du risque de pneumothorax (risque relatif typique de 0,67, IC à 95 %, entre 0,50 et 0,90), d'emphysème pulmonaire interstitiel (risque relatif typique de 0,68, IC à 95 %, entre 0,50 et 0,93) et de mortalité néonatale (risque relatif typique de 0,70, IC à 95 %, entre 0,58 et 0,85). Aucune différence n'était observée en termes de risque d'hémorragie intraventriculaire, d'entérocolite nécrosante, de dysplasie broncho-pulmonaire, de rétinopathie du prématuré et de paralysie cérébrale. La méta-analyse suggérait un risque accru de persistance du canal artériel associé à l'administration prophylactique de SS (risque relatif typique de 1,11, IC à 95 %, entre 1,00 et 1,22) et un risque accru d'hémorragie pulmonaire (risque relatif typique de 3,28, IC à 95 %, entre 1,50 et 7,16).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.