Traitement antipsychotique atypique récent versus clozapine dans la schizophrénie

Résumé en attente.

Conclusions des auteurs: 

À ce jour, l'équivalence entre ces nouveaux médicaments atypiques et la clozapine en termes d'efficacité et de tolérabilité n'est pas démontrée. Sachant que la puissance statistique était insuffisante pour déterminer l'efficacité comparative potentielle et réelle de ces médicaments atypiques plus récents, il est difficile d'établir s'ils sont plus efficaces, moins efficaces ou aussi efficaces. Des essais présentant une puissance statistique suffisante, une durée supérieure et mesurant des critères de jugement cliniquement importants sont nécessaires afin d'évaluer l'efficacité clinique, la tolérabilité et la rentabilité comparatives de ces médicaments plus récents par rapport à la clozapine.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La clozapine est un médicament antipsychotique atypique considéré comme plus efficace et associé à moins de troubles du mouvement. La clozapine entraîne cependant un risque significatif de troubles sanguins graves. Des antipsychotiques atypiques plus récents constituent une alternative plus sûre et pourraient conférer les mêmes effets bénéfiques que la clozapine. Il est donc intéressant de comparer l'efficacité de ces antipsychotiques atypiques plus récents à celle de la clozapine.

Objectifs: 

Évaluer les effets cliniques des médicaments antipsychotiques atypiques plus récents par rapport à la clozapine dans la schizophrénie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des publications dans toutes les langues ont été recherchées dans les bases de données suivantes : Biological Abstracts/BIOSIS (1980-1999), le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (1998), le registre CENTRAL de la Bibliothèque Cochrane (numéro 4, 1999), EMBASE (1980-1998), MEDLINE (1966-1999), LILACS/CD-ROM (1998) et PsycLIT/PsycINFO (1974-1999). Des essais ont également été recherchés dans les actes de congrès récents et les références bibliographiques des articles inclus. Les auteurs d'essais récents et les fabricants de clozapine, ilopéridone, olanzapine, quétiapine, rémoxipride, rispéridone, sertindole, ziprasidone et zotépine ont été contactés.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés comparant de la clozapine à des médicaments antipsychotiques atypiques plus récents ont été inclus suite à une évaluation indépendante par deux évaluateurs.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites par deux évaluateurs de manière indépendante. Les risques relatifs (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été calculés pour les données dichotomiques homogènes. Un modèle à effets aléatoires a été utilisé pour les données dichotomiques hétérogènes. Dans la mesure du possible, les statistiques du nombre de sujets à traiter (NST) avec un IC à 95 % ont également été calculées. Les moyennes pondérées ou standardisées ont été calculées pour les données continues. Compte tenu du nombre limité d'études incluses, les analyses de sensibilité et les statistiques du graphique en entonnoir n'ont pas été utilisées dans cette version de la revue.

Résultats principaux: 

La présente revue inclut huit études (22 articles), dont trois études d'une durée de 4 à 6 semaines et une seule étude d'une durée de plus de 12 semaines.

Les médicaments atypiques plus récents semblaient généralement comparables à la clozapine sur un index clinique global ou sur la base de l'amélioration telle que définie par les investigateurs, mais ce résultat était issu d'un nombre d'études relativement limité. Compte tenu du nombre limité d'études et de l'effectif réduit, des intervalles de confiance larges étaient obtenus lorsque leur efficacité, telle que mesurée sur des échelles d'évaluation des symptômes, était comparée. Le fonctionnement social était supérieur chez les patients recevant un médicament atypique plus récent (rispéridone) par rapport aux patients sous clozapine, mais cette conclusion provient d'un seul essai de puissance statistique insuffisante et doit être interprété avec prudence.

La clozapine et les médicaments atypiques plus récents présentent des profils d'effets indésirables différents : la clozapine produisait davantage de fatigue, d'hypersalivation, de nausées et d'étourdissements orthostatiques, tandis que les nouveaux médicaments atypiques, à l'exception de l'olanzapine, produisaient plus de symptômes extrapyramidaux.

L'impact de ces médicaments et leurs effets sur la qualité de vie quotidienne des patients, l'utilisation des services, les hospitalisations et la pharmacoéconomie n'étaient pas mesurés.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.