Programmes alternatifs de soins prénataux pour femmes enceintes à faible risque

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Une routine s'est installée, dans le cadre des soins prénataux, d'un certain nombre de visites de consultation, sans qu'il n'y ait de preuves sur la quantité de soins nécessaire pour optimiser la santé de la mère et du bébé et être utile aux femmes. Ces visites peuvent inclure analyses, instruction et autres examens de santé. La revue visait à comparer des études où les femmes recevant des soins standard étaient comparées à des femmes ne consultant qu'à un nombre réduit d'occasions. Nous avons inclus sept essais contrôlés randomisés impliquant au total plus de 60 000 femmes. Les essais avaient été réalisés tant dans des pays à revenu élevé (quatre essais) que dans des pays à faible et moyen revenus (trois essais). Dans les pays à revenu élevé le nombre de visites avait été réduit à environ huit. Dans les pays à plus faible revenu de nombreuses femmes du groupe à visites réduites avaient consulté à moins de cinq reprises, bien que le contenu des visites ait été modifié de façon à se concentrer sur des objectifs précis. Dans cette revue, il n'y avait pas de preuves solides de différences entre les groupes à nombre réduit de visites prénatales et ceux à soins standard, quant au nombre de naissances prématurées ou de bébés de faible poids à la naissance. Cependant, ces essais fournissaient certaines preuves indiquant que dans les pays à faible et moyen revenus la réduction des visites pourrait augmenter la mortalité périnatale. Les nombres d'accouchements provoqués et de césariennes étaient semblables dans les deux groupes. Il existait des preuves montrant que dans tous les contextes les femmes étaient moins satisfaites avec le calendrier réduit de visites, certaines femmes trouvant trop long l'intervalle entre les visites. Les visites réduites pourraient être associées à de moindres coûts.

Conclusions des auteurs: 

Dans les contextes à ressources limitées où le nombre de visites est déjà faible, les programmes à nombre réduit de visites de soins prénataux sont associés à une augmentation de la mortalité périnatale par rapport au traitement standard, bien que l'admission en unités néonatales de soins intensifs ait pu être réduite. Les femmes préfèrent le calendrier standard de visites. Lorsque le nombre standard de visites est bas, les visites ne doivent pas être réduites sans une surveillance étroite de la santé fœtale et néonatale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le nombre de visites pour soins prénataux s'est institué sans aucune donnée sur le nombre de visites nécessaires. Le contenu de chaque visite mérite également d'être évalué.

Objectifs: 

Comparer les effets des programmes de soins prénataux à nombre réduit de visites avec les soins standard chez les femmes à faible risque.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (avril 2010) et dans les références bibliographiques d'articles, et nous avons contacté des chercheurs dans le domaine.

Critères de sélection: 

Des essais randomisés comparant un nombre réduit de visites prénatales, orientées ou non sur objectifs, aux soins standard.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus sept essais (plus de 60 000 femmes au total) : quatre dans des pays à haut revenu avec randomisation individuelle, trois dans des pays à faible et moyen revenus avec randomisation en grappes (la clinique étant l'unité de randomisation). Le nombre standard de visites variait et était plus bas pour les essais dans les pays à faible et moyen revenus. Pour ce qui concerne les études dans des pays à haut revenu, les femmes des groupes à visites réduites avaient consulté en moyenne entre 8,2 et 12 fois. Dans les essais conduits dans des pays à faible et moyen revenus, de nombreuses femmes dans les groupes à visites réduites avaient consulté à moins de cinq reprises, bien que dans ces essais le contenu des visites ait été modifié tout comme leur nombre de manière à être plus « orienté objectif ».

En comparaison avec les soins standard, la mortalité périnatale avait augmenté chez ceux randomisés pour le nombre réduit de visites, et cette différence était à la limite de la signifiance statistique (cinq essais ; risque relatif (RR) 1,14 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,00 à 1,31). Dans l'analyse en sous-groupe, pour les pays à revenu élevé le nombre de décès était faible (32/5108) et il n'y avait pas de différence claire entre les groupes (2 essais ; RR 0,90 ; IC à 95 % 0,45 à 1,80) ; dans les pays à faible et moyen revenus la mortalité périnatale était significativement plus élevée dans le groupe à visites réduites (3 essais ; RR 1,15 ; IC à 95 % 1,01 à 1,32). Les visites réduites étaient associées à une réduction des admissions en unités néonatales de soins intensifs, de signifiance statistique limite (RR = 0,89 ; IC à 95 % 0,79 à 1,02). Nous n'avons constaté aucune différence claire entre les groupes pour les autres résultats cliniques rapportés.

Dans tous les contextes, les femmes étaient moins satisfaites avec le calendrier réduit de visites, trouvant trop long l'intervalle entre les visites. Les visites réduites pourraient être associées à de moindres coûts.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.