Apport d'eau restrictif versus libéral pour prévenir la morbidité et la mortalité chez les nouveau-nés prématurés

La plupart des bébés nés avant la 37ème semaine de grossesse (bébés prématurés) ne sont pas suffisamment développés pour ingérer toute l'eau et les nutriments dont ils ont besoin par voie orale. Par conséquent, ils sont incapables de réguler leur apport d'eau. Un apport d'eau inadéquat peut entraîner la déshydratation du bébé. Un apport d'eau excessif peut entraîner des problèmes cardiaques et pulmonaires ou des lésions intestinales. La revue systématique des essais sur le sujet permet de conclure qu'une restriction attentive de l'eau chez les bébés prématurés, dans des quantités permettant de répondre à leurs besoins physiques sans entraîner de déshydratation, réduit le risque de développer certaines complications. Des recherches supplémentaires sont nécessaires dans ce domaine.

Conclusions des auteurs: 

Sur la base de cette analyse, la recommandation la plus prudente en matière d'apport d'eau chez les nouveau-nés prématurés semble être la restriction attentive permettant de répondre aux besoins physiologiques tout en évitant une déshydratation significative. Cette pratique devrait permettre de réduire le risque de persistance du canal artériel et d'entérocolite nécrosante sans augmenter significativement le risque de conséquences indésirables.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La plupart des nouveau-nés prématurés ne sont pas suffisamment matures physiologiquement pour ingérer toute l'eau et les nutriments dont ils ont besoin par voie orale. Par conséquent, les nouveau-nés prématurés dépendent de leurs soignants pour réguler le volume d'eau ingéré. Le soignant doit donc déterminer la quantité d'eau à administrer quotidiennement à ces nourrissons.

Objectifs: 

Déterminer les effets de l'apport d'eau sur la perte de poids postnatale ainsi que sur les risques de déshydratation, de persistance du canal artériel, d'entérocolite nécrosante, de dysplasie bronchopulmonaire, d'hémorragie intracrânienne et de mortalité chez les nouveau-nés prématurés.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les essais cliniques randomisés (ECR) identifiés dans les précédentes versions de cette revue ont été réexaminés et, dans chaque cas, conservés. Nous avons recherché des essais supplémentaires comparant les critères de jugement pertinents chez des groupes de nouveau-nés prématurés qui recevaient différents apports d'eau selon un protocole expérimental. Ces essais ont été identifiés dans une liste d'essais fournie par le groupe de revue Cochrane sur la néonatalogie, par une recherche dans PubMed et en consultant les fichiers personnels des auteurs.

Ces recherches ont été mises à jour en 2014.

Critères de sélection: 

Seuls les ECR portant sur différents apports d'eau chez des nouveau-nés prématurés ont été inclus. La revue a été circonscrite aux essais portant sur des nourrissons dont l'apport d'eau était majoritairement ou intégralement administré par perfusion intravasculaire.

Recueil et analyse des données: 

Les méthodes standard de la Collaboration Cochrane ont été utilisées. La sélection des études et la synthèse des données ont été effectuées par chaque auteur de la revue de manière indépendante. Les taux d'événements indésirables ont été calculés pour les groupes de l'apport d'eau restrictif et libéral pour chaque résultat dichotomique, et le risque relatif et la différence de risques ont été calculés. Les résultats de la perte de poids maximale ont également été enregistrés et la différence moyenne pondérée a été calculée.

Résultats principaux: 

L'analyse de cinq études combinées indique que la restriction de l'apport d'eau entraîne une augmentation significative de la perte de poids postnatale et une réduction significative du risque de persistance du canal artériel et d'entérocolite nécrosante. Avec un apport d'eau restreint, on observe une tendance à la hausse du risque de déshydratation et à la baisse du risque de dysplasie broncho-pulmonaire, d'hémorragie intracrânienne et de décès, mais ces tendances ne sont pas statistiquement significatives.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.