L'ultrasonothérapie pour la douleur périnéale et la dyspareunie post-partum

On dispose de trop peu de données issues d'essais cliniques pour établir si l'ultrasonothérapie réduit la douleur périnéale après l'accouchement.

Le périnée de la femme (la zone entre le vagin et l'anus) peut être contusionné, déchiré ou intentionnellement sectionné (épisiotomie) lors de l'accouchement. Cela peut causer une douleur périnéale ou des douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunie), pendant parfois plus d'un an. Dans le traitement par ultrasons, une sonde applique des ondes sonores sur la zone périnéale de la femme. La revue des essais n'a mis en évidence que trop peu de données pour établir si l'ultrasonothérapie réduit la douleur périnéale ou la dyspareunie. Certains résultats d'études semblent indiquer qu'elle serait bénéfique, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas suffisamment de données pour permettre d'évaluer l'utilisation d'ultrasons dans le traitement de la douleur périnéale ou de la dyspareunie consécutives à un accouchement.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les partisans de l'ultrasonothérapie pensent qu'elle peut atténuer la douleur en résorbant les processus inflammatoires et en réduisant la pression qu'hématomes et œdèmes exercent sur les structures sensibles à la douleur.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets de l'ultrasonothérapie dans le traitement de la douleur périnéale aiguë ou persistante et de la dyspareunie consécutives à un accouchement.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (janvier 2008).

Critères de sélection: 

Des essais randomisés et quasi-randomisés comparant l'ultrasonothérapie active à l'absence de traitement, aux ultrasons placebo ou à tout autre traitement 'standard' ou actif pour femmes souffrant de douleurs périnéales aiguës ou persistantes ou de dyspareunie, ou des deux, suite à un accouchement.

Recueil et analyse des données: 

Un auteur a évalué la qualité des essais et extrait les données.

Résultats principaux: 

Quatre essais impliquant au total 659 femmes ont été inclus. Les essais étaient de qualité variable.

D'après deux études contrôlées par placebo, les femmes traitées par ultrasons actifs pour des douleurs périnéales aiguës étaient plus susceptibles de faire état d'un allégement de la douleur avec le traitement (rapport des cotes (RC) 0,37 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,19 à 0,69). Aucun autre résultat n'avait atteint un niveau de signifiance statistique. Dans un essai comparant l'énergie électromagnétique pulsée aux ultrasons pour la douleur périnéale aiguë, les femmes traitées par ultrasons étaient plus susceptibles d'avoir des ecchymoses après le traitement (RC1,64 ; IC à 95 % 1,04 à 2,60). Toutefois, celles traitées avec des ultrasons étaient moins susceptibles d'avoir ressenti, après 10 jours, une douleur périnéale au cours des dernières 24 heures (RC 0,56 ; IC à 95 % 0,34 à 0,92) ainsi que, après trois mois, au cours de la semaine écoulée (RC 0,43 ; IC à 95 % 0,22 à 0,84). Aucun autre résultat n'avait atteint un niveau de signifiance statistique. Dans une étude, les femmes traitées par ultrasons pour douleur périnéale persistante ou dyspareunie, ou les deux, étaient moins susceptibles de faire état de douleur lors des rapports sexuels, en comparaison avec le groupe placebo (RC 0,31 ; IC à 95 % 0,11 à 0,84). Aucun des autres critères de jugement mesurés n'avait atteint un niveau de signifiance statistique.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.