Vaccins pour la prévention de la grippe chez les personnes asthmatiques

L'asthme est une pathologie qui affecte les voies respiratoires - les petits canaux par lesquels passe l'air entrant et sortant des poumons - et les symptômes sont généralement de la toux, une respiration sifflante, une sensation d'essoufflement et d'oppression thoracique. Les symptômes peuvent être occasionnels ou persistants. Lorsqu’une personne souffrant d'asthme inhale un déclencheur d'asthme (une substance qui leur irrite les voies respiratoires), les muscles autour des parois des voies respiratoires se resserrent, de telle sorte que les voies respiratoires se rétrécissent, et la muqueuse des voies aériennes devient inflammatoire et commence à gonfler. Pour de nombreux asthmatiques, le froid et les virus de la grippe déclenchent leurs symptômes. Par conséquent, contracter un virus de la grippe aggrave leur asthme et être vacciner pourrait protéger les personnes contre certains virus de la grippe avec lesquels ils pourraient être en contact durant l’hiver. Cependant, les effets du vaccin anti grippal ne sont pas entièrement prévisibles puisqu’il est également possible que le vaccin lui même puise entraîner une aggravation de l'asthme. Les protocoles actuellement en vigueur en Grande-Bretagne recommandent que les groupes à haut risque, tels que les patients atteints d'asthme sévère soient vacciner contre la grippe chaque hiver ( NHS Choices ) ; cependant, il existe des preuves limitées pour cette approche.

Dans cette revue, nous avons évalué les preuves issues d'essais randomisés (ECR) en termes de bénéfices potentiels et d’inconvénients de tous les types de vaccination antigrippale chez les adultes et les enfants (âgés de plus de deux ans) atteints d'asthme.

Un essai de 696 enfants a évalué les effets bénéfiques de l'injection d’un vaccin antigrippal inactivé (les vaccins à virus inactivé sont ceux actuellement utilisées aux États-Unis et au Royaume-Uni et ils ne peuvent pas provoquer la grippe). Il n'y a eu aucune différence significative concernant le nombre de personnes en proie à une crise d'asthme (aggravation des symptômes) ; cependant, il a été constaté de meilleurs scores concernant les symptômes (patients rapportant moins de symptômes d’asthme) chez ceux qui avaient été vacciné par rapport à ceux qui ne l’avaient pas été, lorsque des enfants étaient atteints de grippe (test positif pour la grippe).

Deux essais portaient sur 1526 adultes et 712 enfants ayant reçu le vaccin antigrippal inactivé ; ils s’attachaient à observer les effets secondaires apparaissant immédiatement après l'injection. Ces études ont exclu la probabilité que plus de quatre personnes sur 100 fasse une crise d'asthme secondaire au vaccin, dans les deux premières semaines suivant leur vaccination contre la grippe. Il n'y avait pas suffisamment d'informations pour comparer différents types de vaccins.

Conclusions des auteurs: 

Il reste une incertitude sur le degré de protection qu'offre la vaccination contre les exacerbations de l'asthme liées à une infection grippale. Des preuves issues d'essais randomisés publiés plus récemment sur la vaccination antigrippale par vaccins inactivé à virions fragmentés indiquent qu'il n'existe aucune augmentation significative des exacerbations de l'asthme immédiatement après la vaccination chez les adultes ou les enfants de plus de trois ans. Nous ne sommes pas parvenus à répondre aux préoccupations concernant une éventuelle augmentation de la respiration sifflante et des hospitalisations chez les nourrissons recevant un vaccin à virus vivant atténué par voie intranasale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La vaccination antigrippale est recommandée pour les patients asthmatiques dans de nombreux pays car des études observationnelles ont montré que l'infection grippale pouvait être associée à des exacerbations de l'asthme. Cependant, la vaccination antigrippale a le potentiel d'entraîner une respiration sifflante et d’affecter la fonction pulmonaire. Un rapport concluait qu'il n'y avait aucun effet bénéfique notable de la vaccination antigrippale chez les patients asthmatiques, mais cette conclusion n'était pas basée sur une recherche systématique de la littérature.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue était d'évaluer l'efficacité et l'innocuité de la vaccination antigrippale chez les enfants et les adultes asthmatiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur les voies respiratoires et examiné les références bibliographiques des articles. La dernière recherche a été effectuée en novembre 2012.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais randomisés concernant la vaccination antigrippale chez les enfants (de plus de deux ans) et les adultes asthmatiques. Nous avons exclu les études portant sur des patients atteints de maladie pulmonaire chronique obstructive.

Recueil et analyse des données: 

Les critères d’inclusion et l'évaluation de la qualité des essais ont été appliqués par deux auteurs de revue de manière indépendante. L'extraction des données a été effectuée par deux auteurs de revue de manière indépendante. Les auteurs des études ont été contactés pour obtenir les informations manquantes.

Résultats principaux: 

Neuf essais ont été inclus dans la première version publiée de cette revue, et neuf autres essais ont été inclus dans quatre mises à jour. Les études incluses impliquaient un large éventail de patients, d'environnements et de types de vaccins contre la grippe, et nous avons regroupé les données des études qui avaient utilisé des vaccins similaires.

Effets protecteurs du vaccin antigrippal inactivé pendant la saison épidémique

Un seul essai en groupes parallèles, impliquant 696 enfants, a été en mesure d'évaluer les effets protecteurs de la vaccination contre la grippe. Il n'y avait aucune réduction significative du nombre, de la durée ou de la gravité des crises d'asthme dues à la grippe. Il n'y avait aucune différence dans le volume expiratoire maximal en une seconde (FEV 1 ), bien que les enfants qui avaient été vaccinés présentaient de meilleurs scores de symptômes lors des semaines où ils étaient atteints de la grippe ( test positif pour la grippe). Deux essais en groupes parallèles chez l'adulte n'ont pas fourni de données pour ces critères de jugement en raison de très faibles niveaux d’infections grippales confirmées.

Effets indésirables du vaccin antigrippal inactivé dans les deux premières semaines suivant la vaccination

Deux essais croisés portant sur 1526 adultes et 712 enfants (âgés de plus de trois ans) atteints d'asthme ont comparé le vaccin antigrippal inactivé trivalent à virion fragmenté à une injection de placebo. Ces essais ont exclu toute augmentation cliniquement importante du nombre d'exacerbations de l'asthme dans les deux semaines suivant la vaccination contre la grippe (différence de risques 0,014 ; intervalle de confiance à 95 % -0.010 à 0.037). Cependant, il existait une hétérogénéité significative entre les résultats de deux essais portant sur 1 104 adultes en termes de crises d'asthme dans les trois premiers jours suivant la vaccination avec des vaccins inactivés à virions fragmentés ou à antigènes de surface. Il n'y avait aucune différence significative concernant : le recours aux soins de santé, le rapport entre les jours d’absences scolaires et les jours sans symptômes asthmatiques, la fonction pulmonaire moyenne ou l'utilisation de médicaments.

Effets de la vaccination antigrippale à base de virus vivant atténué (intranasal)

Il n'a été constaté aucune différence significative en terme de crises d’asthme ou de mesures de la fonction pulmonaire suite à l’administration d’un vaccin recombinant atténué versus placebo dans deux études de petite taille sur 17 adultes et 48 enfants. Il n'y avait aucune différence significative dans les crises d'asthme observées en comparant le vaccin à virus vivant atténué (intranasal) avec le vaccin trivalent inactivé (intramusculaire) dans une étude sur 2229 enfants (âgés de plus de six ans).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.