Dispositifs de fixation posés sur la fracture et placés directement ou par voie externe pour traiter les fractures de la hanche situées à l'extérieur de l'articulation de la hanche.

Les fractures de la hanche situées à l'extérieur de l'articulation de la hanche (fractures extracapsulaires de la hanche) peuvent être réparées par la chirurgie à l'aide d'implants métalliques. Il s'agit souvent de dispositifs extramédullaires, constitués d'une vis ou d'une tige, qui sont insérés dans la partie supérieure de l'os de la cuisse (fémur) pour englober (fixer) la fracture et sont reliés à une plaque fixée au fémur. Parfois, des fixateurs externes sont utilisés. Dans ces dispositifs, le composant stabilisateur est maintenu à l'extérieur de la cuisse par des broches ou des vis insérées dans l'os de chaque côté de la fracture.

Les 18 essais contrôlés randomisés inclus dans cette revue ont testé sept comparaisons chez 2 615 participants au total, principalement des femmes d'un âge avancé. Tous les essais étaient entachés de défauts méthodologiques qui pouvaient affecter la validité de leurs résultats et on a constaté un manque général de preuves concernant les effets à long terme et la récupération fonctionnelle. Certains implants extramédullaires ont semblé être associés à un risque accru de complications de fixation et de réintervention. En particulier, trois essais comparant une plaque à clous fixes (Jewett ou McLaughlin) à la vis coulissante de hanche (le dispositif extramédullaire « standard » pour ces fractures) ont découvert un risque accru d'échec de la fixation pour les plaques à clous fixes. Des implants moins invasifs, tels que le fixateur externe, qui nécessitent des incisions plus petites, ont entraîné de moindres pertes de sang et des opérations souvent plus rapides que la vis coulissante de hanche.

Nous avons conclu que la vis coulissante de hanche semblait préférable à des types de plaques à clous fixes plus anciens en raison de leur taux élevé de rejet des implants et d'échec de la fixation. Cependant, les preuves n'ont pas été suffisantes pour établir des conclusions pour d'autres comparaisons d'implants extramédullaires ou concernant l'utilisation de fixateurs externes.

Conclusions des auteurs: 

Le taux d'échec de la fixation sensiblement accru pour les plaques à clous fixes comparé à la VCH est un élément important à prendre en compte et l'utilisation de la VCH semble donc préférable.

Les preuves tirées d'autres comparaisons d'implants extramédullaires ou de l'utilisation de fixateurs externes ont été insuffisantes pour établir des conclusions formelles.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La fixation extramédullaire des fractures de hanche implique l'application d'une plaque et de vis sur la face latérale du fémur proximal. Dans les fixateurs externes, le composant stabilisateur est maintenu à l'extérieur de la cuisse par des broches ou des vis insérées dans l'os. Cette revue est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 1998 et mise à jour pour la dernière fois en 2005.

Objectifs: 

Evaluer les effets relatifs de différents types d'implant à fixation extramédullaire, ainsi que de fixateurs externes, pour traiter les fractures fémorales (de hanche) proximales extracapsulaires chez l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (juillet 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library 2011 numéro 2), MEDLINE (de 1966 à la 4e semaine du mois de juin 2011), EMBASE (de 1988 à la 25e semaine de 2011), diverses autres bases de données, des actes de conférence et des bibliographies d'articles.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant des implants extramédullaires ou des fixateurs externes pour fixer un fracture extracapsulaire de hanche chez l'adulte ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont sélectionné les essais, évalué leurs risques de biais et extrait les données de façon indépendante. Les données ont été combinées lorsque cela était approprié.

Résultats principaux: 

Les 18 essais inclus ont testé sept comparaisons chez 2 615 participants au total, principalement des femmes d'un âge avancé, avec un total de 2 619 fractures. Tous les essais étaient entachés de défauts méthodologiques qui pouvaient affecter la validité de leurs résultats.

Trois essais portant sur 355 participants et comparant une plaque à clous fixes (Jewett ou McLaughlin) à la vis coulissante de hanche (VCH) ont découvert un risque accru d'échec de la fixation pour les plaques à clous fixes.

Les deux essais portant sur 433 participants et comparant la plaque Resistance Augmented Bateaux (RAB) à la VCH ont donné des résultats contrastés, notamment en termes de complications postopératoires, d'échec de la fixation et de restauration anatomique.

Un essai portant sur 100 participants et comparant le clou Pugh et la VCH n'a trouvé aucune différence significative entre les implants.

Trois essais portant sur 458 participants ont comparé la plaque Medoff à la VCH. On a observé une tendance à l'augmentation des pertes de sang et à l'augmentation de la durée des interventions pour la plaque Medoff, ainsi qu'une tendance à la diminution du risque d'échec de la fixation avec la plaque Medoff pour les fractures trochantériennes instables.

Deux essais, portant sur 676 participants ont comparé la plaque Medoff à trois systèmes différents de plaque à vis. Il n'y a eu aucune différence statistiquement significative en termes de résultat pour les fractures trochantériennes. Pour les fractures sous-trochantériennes, on a constaté un taux d'échec de la fixation plus faible pour la plaque Medoff, mais il n'y a eu aucune preuve de différences concernant les résultats à plus long terme.

Quatre essais portant sur 396 participants et comparant la plaque de compression percutanée (PCPC) Gotfried à une VCH ont découvert une tendance à la diminution des pertes de sang et de la nécessité de transfusion pour la PCPC, mais n'ont révélé aucune différence confirmée entre les implants concernant les résultats. Trois des essais ont rapporté des problèmes peropératoires avec la PCPC, dont certains ont empêché son utilisation.

Trois essais portant sur 200 participants et comparant la fixation externe à une VCH ont découvert un moins grand nombre de traumatismes opératoires pour la fixation externe. Le résultat final a semblé être identique.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.