Équipes de santé mentale communautaire pour les patients atteints de troubles mentaux sévères et de troubles de la personnalité

Depuis les années 1950, la tendance est de fermer les institutions de soins pour patients souffrant de problèmes mentaux. Les politiques gouvernementales cherchent également à réduire le nombre de lits d'hôpitaux disponibles au profit des soins fournis dans un environnement communautaire afin de permettre aux patients de vivre une existence plus indépendante. L'objectif des équipes de santé mentale communautaire (ESMC) est de permettre aux patients de disposer de programmes de soins spécialisés près de chez eux. Nous avons examiné les preuves disponibles concernant les ESMC par rapport aux soins communautaires standard sans équipes. Nous n'avons identifié que trois essais qui rapportaient certains bénéfices en termes d'acceptabilité du traitement mais, dans l'ensemble, les preuves relatives aux ESMC sont inadéquates et d'autres essais sont nécessaires afin de déterminer leur efficacité.

Conclusions des auteurs: 

La prise en charge par des équipes de santé mentale communautaire n'est pas moins efficace que les soins standard sans équipes pour tous les critères importants, et plus efficace pour promouvoir une meilleure acceptation du traitement. Elle pourrait également être plus efficace pour réduire les hospitalisations et éviter les décès par suicide. Les preuves concernant les soins basés sur des ESMC sont insuffisantes compte tenu de l'énorme impact du développement des soins communautaires sur les patients, les soignants, les cliniciens et la société dans son ensemble.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La fermeture des asiles et des institutions pour patients souffrant de maladies mentales, et les politiques gouvernementales axées sur la réduction du nombre de lits d'hôpitaux pour les patients atteints de troubles mentaux sévères au profit de soins fournis dans divers environnements non hospitaliers ont justifié le développement de soins communautaires. La création d'équipes de santé mentale communautaire (ESMC) a donné une impulsion importante aux soins communautaires.

Objectifs: 

Évaluer les effets du traitement administré par des équipes de santé mentale communautaire (ESMC) chez des patients atteints de troubles mentaux sévères par rapport à une prise en charge standard sans équipes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (mars 2006). Nous avons effectué une recherche manuelle dans le Journal of Personality Disorders et contacté des collègues de l'ENMESH, de l'ISSPD et du domaine de la psychiatrie légale.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés portant sur une prise en charge ESMC par rapport à des soins standard sans équipes.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites de manière indépendante. Pour les données dichotomiques, nous avons calculé les risques relatifs (RR) et leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % sur la base de l'intention de traiter à l'aide d'un modèle à effets fixes. Le cas échéant, le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice/effet nuisible du traitement (NST/NNN) a également été calculé. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes pondérées (DMP) sur la base d'un modèle à effets fixes.

Résultats principaux: 

La prise en charge ESMC n'entraînait pas de différence statistiquement significative en termes de décès par suicide ou dans des circonstances suspectes (n = 587, 3 ECR, RR de 0,49, IC entre 0,1 et 2,2) mais, dans l'ensemble, moins de décès se produisaient dans le groupe des ESMC. Nous n'avons observé aucune différence significative concernant le nombre de patients abandonnant les études de manière prématurée (n = 253, 2 ECR, RR de 1,10, IC entre 0,7 et 1,8). Beaucoup plus de patients du groupe ESMC étaient satisfaits des services par rapport au groupe des soins standard (n = 87, RR de 0,37, IC entre 0,2 et 0,8, NST de 4, IC entre 3 et 11). En outre, les taux d'hospitalisation étaient significativement inférieurs dans le groupe des ESMC (n = 587, 3 ECR, RR de 0,81, IC entre 0,7 et 1,0, NST de 17, IC entre 10 et 104) par rapport aux soins standard. L'admission dans des services d'accidents et d'urgences, le contact avec les soins primaires et le contact avec les services sociaux ne présentaient aucune différence statistique entre les groupes.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.