Antibiotiques pour l'infection de loreille moyenne (otite moyenne aiguë) chez l'enfant

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Une infection aiguë de loreille moyenne (otite moyenne aiguë (OMA)) est l'une des infections infantiles les plus fréquentes, provoquant des douleurs et de la surdité. A l'âge de trois ans, la plupart des enfants ont eu au moins un épisode d'OMA. Alors que lOMA se guérit généralement sans traitement, elle est souvent traitée par antibiotiques. Nous avons évalué l'efficacité des antibiotiques par rapport à un placebo chez les enfants souffrant d'une OMA. Nous avons inclus 12 essais totalisant 3317 enfants et 3854 épisodes d'OMA dans cette revue systématique. Onze essais ont rapporté des données de résultats pertinentes pour le patient. Nous avons trouvé que les antibiotiques nétaient pas très utile pour la plupart des enfants souffrant d'une OMA ; les antibiotiques ne réduisaient pas le nombre d'enfants souffrant de douleur au bout de 24 heures (lorsque la plupart des enfants se sentaient mieux de toute façon), le nombre d'enfants souffrant de douleur dans les quelques jours après et n'a pas réduit le nombre d'enfants souffrant d'une perte daudition (qui peut durer plusieurs semaines). Cependant, un traitement antibiotique réduisait le nombre de perforations tympaniques et dépisodes controlatéraux d'OMA. Les antibiotiques semblent être plus salutaires chez les enfants de moins de deux ans souffrant d'infection dans les deux oreilles et chez les enfants atteints à la fois d'OMA et découlement de l'oreille. Il n'y a pas suffisamment d'informations pour savoir si les antibiotiques réduisaient le risque de complications rares telles que mastoïdite (infection de los autour de l'oreille).

Certaines recommandations préconisent une approche de prise en charge dans lesquels les enfants sont observés et les antibiotiques administrés uniquement si les symptômes persistent ou empirent après quelques jours. Nous avons également déterminé l'efficacité des antibiotiques débutés immédiatement par rapport à l'observation non interventionniste chez les enfants souffrant d'une OMA. Nous avons identifié cinq essais éligibles portant sur 1149 enfants pour cette revue. Quatre essais (incluant 1007 enfants) ont fourni des données pouvant être utilisées. Nous navons trouvé aucune différence entre les antibiotiques débutés immédiatement et lapproche dobservation non interventionniste dans le nombre d'enfants souffrant de douleur trois à sept jours après l'évaluation.

Toutes les études incluses dans cette revue provenaient de pays à revenu élevé. Les données sont insuffisantes en ce qui concerne les populations dans lesquelles lincidence et le risque de progression vers mastoïdite sont plus élevés. Les antibiotiques provoquaient des effets indésirables tels que des diarrhées, des vomissements et des éruptions cutanées et peuvent également augmenter la résistance aux antibiotiques dans la communauté. Il est difficile d'équilibre les faibles bénéfices avec les légers effets délétères des antibiotiques chez les enfants souffrant d'une OMA. Cependant, pour la plupart des enfants atteints de maladie légère, une prise en charge non interventionniste et observationnelle semble justifiée.

Conclusions des auteurs: 

Le traitement antibiotique a conduit à une réduction statistiquement significative des enfants souffrant de douleur en rapport avec une OMA à deux à sept jours, par rapport à un placebo, mais étant donné que la plupart des enfants (82 %) vont mieux spontanément, environ 20 enfants doivent être traités pour prévenir un souffrant de douleurs auriculaires à deux à sept jours. De plus, un traitement antibiotique a conduit à une réduction statistiquement significative du nombre de perforations de membrane tympanique (NSTb 33) et dépisodes d'OMA controlatérale (NSTb =11). Ces effets bénéfiques doivent être pondérés avec les possibles effets délétères : pour 14 enfants traités avec des antibiotiques, un enfant a subi un événement indésirable (tels que les vomissements, la diarrhée et les éruptions cutanées) qui ne se serait pas produit si les antibiotiques navaient pas été prescrits. Les antibiotiques semblent être le plus utile chez les enfants de moins de deux ans souffrant d'une OMA bilatérale, ou à la fois avec une OMA et une otorrhée. Pour la plupart des autres enfants atteints de maladie légère, une prise en charge non interventionniste et observationnelle semble justifiée. Nous navons aucun essai dans les populations présentant des risques plus élevés de complications.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'otite moyenne aiguë (OMA) est l'une des maladies les plus courantes de la petite enfance et de l'enfance. L'utilisation d'antibiotiques pour l'OMA varie de 56 % dans les Pays-Bas à 95 % aux États-Unis, au Canada et en Australie.

Objectifs: 

Évaluer les effets des antibiotiques pour les enfants souffrant d'une OMA.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (2012, numéro 10), MEDLINE (de 1966 à la 4ème semaine d'octobre 2012), OLDMEDLINE (1958 à 1965), EMBASE (de janvier 1990 à novembre 2012), Current Contents (de 1966 à novembre 2012), CINAHL (de 2008 à novembre 2012) et LILACS (de 2008 à novembre 2012).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant 1) des agents antimicrobiens à un placebo et 2) le traitement antibiotique immédiat avec l'observation non interventionniste (y compris la prescription d'antibiotiques différée) chez les enfants souffrant d'une OMA.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Pour la revue d'antibiotiques par rapport à un placebo, 12 ECR (3317 les enfants et 3854 épisodes d'OMA) dans des pays à revenus élevés, étaient éligibles. Cependant, un essai n'avait pas de critère de jugement relatif au devenir des patients, et il restait donc 11 essais présentant généralement un faible risque de biais. Les antibiotiques ne réduisaient pas la douleur au bout de 24 heures (risque relatif (RR) 0,89 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,78 à 1,01) mais près d'un tiers de moins présentait une douleur résiduelle après deux à trois jours (RR 0,70 ; IC à 95 % 0,57 à 0,86 ; nombre de sujets à traiter pour obtenir un résultat bénéfique supplémentaire (NSTb) 20) et moins présentaient des douleurs au bout de quatre à sept jours (RR 0,79 ; IC à 95 % 0,66 à 0,95 ; NST 20). Par rapport à un placebo, les antibiotiques n'ont pas modifié le nombre de résultats anormaux de la tympanométrie à quatre à six semaines (RR 0,92 ; IC à 95 % 0,83 à 1,01) ou au bout de trois mois (RR 0,97 ; IC à 95 % 0,76 à 1,24), ou le nombre de récidives d'OMA (RR 0,93 ; IC à 95 % 0,78 à 1,10). Cependant, un traitement antibiotique a conduit à une réduction statistiquement significative du nombre de perforations de la membrane tympanique (RR 0,37 ; IC à 95 % 0,18 à 0,76 ; NSTB 33) et réduit de moitié les épisodes dOMA controlatérale (RR de 0,49 ; IC à 95 % 0,25 à 0,95 ; NST 11) par rapport à un placebo. Les complications sévères étaient rares et ne différaient pas entre les enfants traités avec des antibiotiques et ceux traités avec un placebo. Les événements indésirables (tels que les vomissements, la diarrhée et les éruptions cutanées) étaient plus fréquents chez les enfants sous antibiotiques (RR 1,34 ; IC à 95 % 1,16 à 1,55 ; nombre nécessaire pour nuire (NNN) 14). Les graphiques type «funnel» ne suggèrent pas de biais de publication. Une méta-analyse des données individuelles des patients d'un sous-ensemble des essais inclus a trouvé les antibiotiques plus bénéfiques chez les enfants âgés de moins de deux ans souffrant d'une OMA bilatérale, ou à la fois avec une OMA et une otorrhée.

Pour la revue de la prescription immédiate d'antibiotiques par rapport à l'observation non interventionniste, cinq essais (1149 enfants) étaient éligibles. Quatre essais (1007 enfants) ont rapporté des données qui pouvaient être utilisées pour cette revue. À partir de ces essais, les données de 959 enfants ont pu être extraites pour la méta-analyse sur la douleur au bout de trois à sept jours. Aucune différence au niveau de la douleur était détectable après trois à sept jours (RR 0,75 ; IC à 95 % 0,50 à 1,12). Aucune complication grave nest survenue dans le groupe d'antibiotiques ou le groupe d'observation non interventionniste. De plus, aucune différence dans les perforations tympaniques et la récidive de l'OMA n'était observée. La prescription d'antibiotiques immédiate a été associée à un risque accru important de vomissements, de diarrhée et déruptions cutanées par rapport à l'observation non interventionniste (RR 1,01 ; IC à 95 % 1,24 à 2,36).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.