Traitement anticholinergique dans la dyskinésie tardive induite par les neuroleptiques

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Synopsis en attente.

Conclusions des auteurs: 

En se basant sur les informations actuellement disponibles, aucune affirmation ne peut être émise concernant l'efficacité des anticholinergiques pour traiter les personnes atteintes de la dyskinésie tardive induite par les neuroleptiques. Cela s'applique également à l'arrêt de ces médicaments. Si l'arrêt des anticholinergiques chez les patients atteints de DT induite par les neuroleptiques est bénéfique, devrait être évalué dans le cadre d'un essai randomisé en groupes parallèles, contrôlés par placebo, avec une taille d'échantillon adéquate et un suivi d'au moins 6 semaines.

Note : Les huit références dans la section de classification en attente de la revue pourraient modifier les conclusions de la revue après avoir été évaluées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les neuroleptiques sont largement utilisés pour traiter les patients atteints de troubles mentaux chroniques. Cependant, elle est associée à un large éventail d'effets indésirables, y compris des troubles du mouvement. En raison de cet effet indésirable, en phase aigüe, de nombreux patients psychotiques traités avec des médicaments neuroleptiques reçoivent également des anticholinergiques afin de réduire certains effets secondaires moteurs associés au traitement.

Objectifs: 

Déterminer si l'utilisation ou l'arrêt des anticholinergiques (benzhexol, benzatropine, bipéridène ou biperiden ou d'orphénadrine ou procyclidine ou la scopolamine ou trihexylphenidyl) étaient cliniquement efficaces pour le traitement des patients atteints à la fois de DT induite par les neuroleptiques et de schizophrénie ou d'autres troubles mentaux chroniques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches électroniques dans Biological Abstracts (1982-2000), le registre des essais du groupe Cochrane de Schizophrénie (2000), EMBASE (1980-2000), LILACS (1982-1996), MEDLINE (1966-2000), PsycLIT (1974-2000) et SCISEARCH (1995) ont été effectuées. Les références de toutes les études identifiées ont été examinées afin didentifier dautres essais. Les principaux auteurs des essais ont été contactés.

Nous avons mis à jour cette recherche août 2012 et ajouté huit de nouveaux essais à la section de classification en attente.

Critères de sélection: 

Les cas identifiés dans les recherches ont été inclus s'ils étaient des essais contrôlés portant sur des patients atteints de DT induite par les neuroleptiques et de schizophrénie ou d'autres troubles mentaux chroniques qui avaient été assignées de manière aléatoire à un agent anticholinergique ou à un placebo (ou l'absence d'intervention).

Recueil et analyse des données: 

Aucune donnée n'a pu être extraite des sept essais contrôlés randomisés identifiés.

Résultats principaux: 

Aucune donnée n'a été synthétisée. Les auteurs ont été contactés afin d'obtenir les informations pertinentes. Deux études ont été exclues car aucune donnée n'était disponible et six autres sont en attente d'obtenir des informations supplémentaires auprès des auteurs.

Notes de traduction: 

Évaluation interne par les pairs du groupe Cochrane sur la schizophrénie finalisée (voir Module).
Evaluation externe par les pairs programmée.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.