Les mesures de contrôle relatives aux voyages internationaux peuvent-elles contenir la propagation de la pandémie de la COVID-19 ?

Quelles sont les mesures de contrôle relatives aux voyages internationaux ?

Les mesures de contrôle des voyages internationaux sont des méthodes de gestion des voyages internationaux visant à contenir la propagation de la COVID-19. Les mesures comprennent :

- la fermeture des frontières internationales pour empêcher les voyageurs de passer d'un pays à l'autre ;

- la restriction des voyages à destination et en provenance de certains pays, en particulier ceux où les niveaux d'infection sont élevés ;

- dépister ou tester les voyageurs entrant ou quittant un pays s'ils présentent des symptômes ou ont été en contact avec une personne infectée ;

- la mise en quarantaine des voyageurs nouvellement arrivés d'un autre pays, c'est-à-dire l'obligation pour les voyageurs de rester chez eux ou dans un lieu spécifique pendant un certain temps.

Qu’avons-nous cherché à découvrir ?

Nous voulions déterminer l’efficacité des mesures de contrôle relatives aux voyages internationaux pour contenir la pandémie de la COVID-19.

Ce que nous avons fait

Nous avons recherché des études sur les effets de ces mesures sur la propagation de la COVID-19. Les études devaient indiquer combien de cas ces mesures avaient permis d'éviter ou de détecter, ou si elles avaient modifié le cours de la pandémie. Les études pouvaient porter sur des personnes de tout âge et en tout lieu. Tous les schémas d’études ont été pris en compte, y compris ceux utilisant des données « de vie réelle » (études d'observation) ou des données hypothétiques provenant de simulations informatiques (études de modélisation).

Il s'agit de la première mise à jour de notre revue. Cette mise à jour inclut uniquement les études sur la COVID-19, publiées jusqu'au 13 novembre 2020.

Ce que nous avons trouvé

Nous avons trouvé 62 études. La plupart (49 études) étaient des études de modélisation ; seules 13 études ont utilisé des données de vie réelle (études d'observation). Des études ont été menées dans le monde entier et à différents moments de la pandémie. Les niveaux de la COVID-19 au sein des pays variés.

La plupart des études ont comparé les mesures de contrôle actuelles relatives aux voyages à l’absence de mesures de contrôle sur les voyages. Toutefois, certaines études de modélisation ont également comparé les mesures actuelles à des mesures possibles, par exemple pour voir ce qui pourrait se passer si les contrôles étaient plus ou moins assouplis ou s'ils étaient combinés à d'autres mesures.

Principaux résultats

Nous résumons ci-dessous les conclusions de certains critères de jugement.

Restrictions de voyage réduisant ou interrompant les déplacements transfrontaliers (31 études de modélisation)

La plupart des études ont montré que les restrictions de voyage réduisant ou interrompant les déplacements transfrontaliers étaient bénéfiques, mais ce bénéfice allait de faible à important. En outre, certaines études n'ont pas trouvé d’effet. Les études prévoyaient également que ces restrictions retarderaient l'épidémie, mais ce retard allait d'un jour à 85 jours selon les études.

Dépistage aux frontières (13 études de modélisation et 13 études d'observation)

Ces études ont évalué le dépistage aux frontières, y compris le dépistage des personnes présentant des symptômes ou ayant potentiellement été exposées à la COVID-19, ou le dépistage des personnes, avant ou après leur voyage.

Pour le dépistage basé sur les symptômes ou l'exposition potentielle à la COVID-19, les études de modélisation ont montré que le dépistage réduisait les cas importés ou exportés et retardait les épidémies. Les études de modélisation prévoyaient que 1 % à 53 % des cas seraient détectés. Les études d'observation ont rapporté un large éventail de cas détectés, de 0 à 100 %, la majorité des études rapportant moins de 54 % des cas détectés.

Pour le dépistage basé sur le test, les études ont rapporté que tester les voyageurs réduisaient les cas importés ou exportés, et les cas détectés. Des études d'observation ont rapporté que la proportion de cas détectés variait de 58 % à 90 %. Cette variation pourrait être due au moment où les tests sont effectués.

Quarantaine (12 études de modélisation)

Toutes les études suggèrent que la quarantaine pourrait être bénéfique, mais l'ampleur de cet effet varie de faible à important selon les études. Des études de modélisation, par exemple, ont prédit que la quarantaine pourrait entraîner une diminution allant de 450 à plus de 64 000 cas dans la communauté. Les différences dans les effets pourraient dépendre de la durée de la quarantaine et du respect des règles par les personnes concernées.

Quarantaine et dépistage aux frontières (7 études de modélisation et 4 études d'observation)

En ce qui concerne la quarantaine et le dépistage aux frontières, la plupart des études suggèrent un certain bénéfice, mais l'ampleur de cet effet varie selon les études. Par exemple, des études d'observation ont indiqué qu'entre 68 % et 92 % des cas seraient détectés. Les différences dans les effets pourraient dépendre de la durée de la quarantaine et de la fréquence des tests effectués pendant la quarantaine.

Les résultats sont-ils fiables ?

Notre confiance dans ces résultats est limitée. La plupart des études étaient basées sur des prédictions mathématiques (modélisation), nous manquons donc de données probantes en vie réelle. En outre, nous ne sommes pas sûrs que les modèles ont utilisé des hypothèses correctes, ainsi le niveau de confiance des données probantes sur les restrictions de voyage et la quarantaine, en particulier, est très faible. Certaines études ont été publiées rapidement en ligne sous forme de « prépublications ». Les prépublications ne sont pas soumises aux contrôles rigoureux habituels des études publiées, de sorte que nous ne sommes pas certains de leur fiabilité. En outre, les études étaient très différentes les unes des autres et leurs résultats variaient en fonction de la spécification de chaque mesure relative aux déplacements (par exemple, le type d'approche de dépistage), de la manière dont elle était mise en pratique et appliquée, de l'importance des déplacements transfrontaliers, des niveaux de transmission communautaire et des autres types de mesures nationales visant à contrôler la pandémie.

Ce que cela signifie

Globalement, les mesures de contrôle relatives aux voyages internationaux pourraient contribuer à limiter la propagation de la COVID-19 au-delà des frontières nationales. La restriction des déplacements transfrontaliers peut être une mesure utile. Le dépistage des voyageurs uniquement en fonction des symptômes aux frontières risque de manquer de nombreux cas ; le test de dépistage pourrait être plus efficace, mais pourrait aussi manquer des cas s'il n'est effectué qu'à l'arrivée. Une quarantaine d'au moins 10 jours peut empêcher les voyageurs de propager la COVID-19 et pourrait être plus efficace si elle est associée à une autre mesure comme la réalisation des tests, surtout si les gens respectent les règles.

Les recherches futures doivent être mieux rapportées. Davantage études devraient se concentrer sur les données en vie réelle et évaluer les bénéfices et les risques potentiels des mesures de contrôle relatives aux voyages pour les individus et la société dans son ensemble.

Conclusions des auteurs: 

La plupart des données proviennent d'études de modélisation, notamment en ce qui concerne la réduction ou l'interruption des déplacements transfrontaliers et la mise en quarantaine des voyageurs, mais il y a un manque de données probantes en vie réelle. Le niveau de confiance des données probantes pour la plupart des mesures de contrôle des voyages et leurs critères de jugement est très faible et les effets réels sont susceptibles d'être sensiblement différents de ceux rapportés ici. D'une manière générale, les restrictions de voyage pourraient limiter la propagation des maladies au-delà des frontières nationales. Les mesures de dépistage aux frontières fondées sur les symptômes et/ou l'exposition à la COVID-19 ne sont probablement pas efficaces en soi ; le test PCR aux frontières en tant que mesure de dépistage détecte probablement plus de cas que le dépistage aux frontières fondé sur les symptômes et/ou l'exposition à la COVID-19, bien que si effectué uniquement à l'arrivée, il manquera probablement une proportion significative de cas. La mise en quarantaine, fondée sur une période de quarantaine suffisamment longue et un respect rigoureux des règles, devrait permettre d'éviter dans une large mesure toute nouvelle transmission à partir des voyageurs. La combinaison de la quarantaine et du test PCR aux frontières améliorera probablement l'efficacité. De nombreuses études suggèrent que les effets dépendent de facteurs tels que les niveaux de transmission communautaire, le volume et la durée des déplacements, les autres mesures de santé publique en place, ainsi que la spécification et le moment exacts de la mesure. Les recherches futures devraient être mieux rapportées, utiliser un éventail de schéma d’études allant au-delà de la modélisation et évaluer les bénéfices et les risques potentiels des mesures de contrôle relatives aux voyages dans une perspective sociétale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Fin 2019, les premiers cas de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) ont été signalés à Wuhan, en Chine, suivis d'une propagation mondiale. De nombreux pays ont mis en place des mesures de contrôle relatives aux voyages internationaux, notamment la fermeture des frontières, des restrictions de voyage, des contrôles aux frontières et la mise en quarantaine des voyageurs.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des mesures de contrôle relatives aux voyages internationaux pendant la pandémie de la COVID-19 sur les critères de jugement liés à la transmission des maladies infectieuses et au dépistage.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans MEDLINE, Embase et les bases de données spécifiques à la COVID-19, y compris le registre Cochrane des études sur la COVID-19 et la base de données mondiale de l'OMS sur la recherche sur la COVID-19 jusqu'au 13 novembre 2020.

Critères de sélection: 

Nous avons examiné les études expérimentales, quasi-expérimentales, d'observation et de modélisation évaluant les effets des mesures de contrôle des voyages, sur les déplacements humains à travers les frontières internationales, pendant la pandémie de la COVID-19. Dans la revue initiale, nous avons également pris en compte les données probantes relatives au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et au syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). Dans cette version, nous avons décidé de nous concentrer uniquement sur les données probantes relatives à la COVID-19. Les catégories des critères de jugement principaux étaient (i) les cas évités, (ii) les cas détectés, et (iii) un changement dans le développement de l'épidémie. Les critères de jugement secondaires étaient d’autres critères de jugement sur la transmission des maladies infectieuses, l'utilisation des soins de santé, les besoins en ressources et les effets indésirables s'ils étaient identifiés dans les études évaluant au moins un critère de jugement principal.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les titres et les résumés, puis les textes complets. Pour les études incluses dans l'analyse, un auteur de la revue a extrait les données et évalué l'étude. Au moins un auteur supplémentaire de la revue a vérifié l'exactitude des données. Pour évaluer le risque de biais et la qualité des études incluses, nous avons utilisé l'outil QUADAS-2 (Quality Assessment of Diagnostic Accuracy Studies) pour les études d'observation portant sur le dépistage, et un outil sur mesure pour les études de modélisation. Nous avons synthétisé les résultats de manière narrative. Un auteur de la revue a évalué le niveau de confiance des données probantes avec GRADE, et plusieurs auteurs de la revue ont discuté ces jugements.

Résultats principaux: 

Au total, nous avons inclus 62 études uniques dans l'analyse ; 49 étaient des études de modélisation et 13 des études d'observation. Les études ont couvert une variété de contextes et de niveaux de transmission communautaire.

La plupart des études ont comparé les mesures de contrôle relatives aux voyages à un scénario contrefactuel dans lequel la mesure n'était pas appliquée. Toutefois, certaines études de modélisation ont décrit des scénarios de comparaison supplémentaires, tels que différents niveaux de rigueur des mesures (y compris l'assouplissement des restrictions), ou une combinaison de mesures.

Il existe des préoccupations concernant la qualité des études de modélisation relatives à des hypothèses potentiellement inappropriées concernant la structure et les paramètres d'entrée, et à une évaluation inadéquate de l'incertitude du modèle. Il existe des préoccupations concernant le risque de biais dans les études d'observation relatives à la sélection des voyageurs et du test de référence, et à un manque de clarté sur certains aspects méthodologiques.

Nous présentons ci-dessous les résultats de chaque catégorie d'intervention en illustrant les conclusions sur les critères de jugement sélectionnés.

Restrictions de voyage réduisant ou interrompant les déplacements transfrontaliers (31 études de modélisation)

Les études ont évalué les cas évités et les changements dans l'évolution de l'épidémie. Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance très faible indiquant une réduction des cas de COVID-19 dans la communauté (13 études) et des cas exportés ou importés (9 études). La plupart des études ont rapporté des effets positifs, avec des tailles d'effet très variables ; seules quelques études n'ont pas montré d’effet.

Il existe des données probantes d’un niveau de confiance très faible indiquant que les contrôles des déplacements transfrontaliers peuvent ralentir la propagation de la COVID-19. La plupart des études prévoient des effets positifs, mais les résultats des études individuelles varient d'un retard de moins d'un jour à un retard de 85 jours ; très peu d'études ne prévoient pas d’effet de la mesure.

Dépistage aux frontières (13 études de modélisation ; 13 études d'observation)

Les mesures de dépistage couvraient soit le dépistage basé sur les symptômes et/ou l’exposition à la COVID-19 soit le dépistage basé sur les tests (spécifiant généralement le test de réaction en chaîne par polymérase (PCR)), ou les deux, avant le départ ou à l'arrivée ou dans les quelques jours qui suivent. Les études ont évalué les cas évités, les changements dans l’évolution de l'épidémie et les cas détectés. Les études ont généralement prédit ou observé un certain bénéfice du dépistage aux frontières, mais ces bénéfices variaient considérablement.

En ce qui concerne le dépistage basé sur les symptômes et/ou l’exposition à la COVID-19, une étude de modélisation a indiqué que la mise en œuvre de mesures de dépistage à l'échelle mondiale réduirait de 82 % le nombre de cas exportés par jour depuis un autre pays (intervalle de confiance (IC) à 95 % de 72 % à 95 %) (données probantes d’un niveau de confiance modéré). Quatre études de modélisation ont prédit des retards dans le développement de l'épidémie, bien que les résultats variaient considérablement d'une étude à l'autre (données probantes d’un niveau de confiance très faible). Quatre études de modélisation ont prédit que la proportion de cas détectés serait comprise entre 1 % et 53 % (données probantes d’un niveau de confiance très faible). Neuf études d'observation ont observé que la proportion détectée allait de 0 à 100 % (données probantes d’un niveau de confiance très faible), bien que toutes les études sauf une aient observé que cette proportion était inférieure à 54 %.

Pour le dépistage basé sur les tests, une étude de modélisation a fourni des données probantes d’un niveau de confiance très faible quant au nombre de cas évités. Elle a indiqué que la réalisation des tests sur les voyageurs a permis de réduire les cas importés ou exportés ainsi que les cas secondaires. Cinq études d'observation ont observé que la proportion de cas détectés variait de 58 % à 90 % (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Quarantaine (12 études de modélisation)

Les études ont évalué les cas évités, les changements dans l'évolution de l'épidémie et les cas détectés. Toutes les études suggèrent un certain bénéfice de la quarantaine, mais l'ampleur de l'effet varie de faible à important pour les différents critères de jugement (données probantes d’un niveau de confiance allant de très faible à faible). Trois études de modélisation ont prédit que la réduction du nombre de cas dans la communauté allait de 450 à plus de 64 000 cas en moins (données probantes d’un niveau de confiance très faible). La variation de l'effet était probablement liée à la durée de la quarantaine et à son respect.

Quarantaine et dépistage aux frontières (7 études de modélisation ; 4 études d'observation)

Les études ont évalué les changements dans l'évolution de l'épidémie et les cas détectés. La plupart des études ont prédit des effets positifs pour les mesures combinées avec des amplitudes variables (données probantes d’un niveau de confiance allant de très faible à faible). Quatre études d'observation ont observé que la proportion de cas détectés dans le cadre de la mise en quarantaine et du dépistage aux frontières variait de 68 % à 92 % (données probantes d’un niveau de confiance faible). La variation pourrait dépendre de la façon dont les mesures ont été combinées, notamment de la durée de la période de quarantaine et des jours où le test a été effectué en quarantaine.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.