Test d'augmentation des céphalées par rotation de la tête pour le diagnostic de la méningite aiguë en contexte d'urgence

Pourquoi le diagnostic de la méningite aiguë par examen physique est-il important ?

La méningite est une inflammation du tissu qui protège le cerveau et la moelle épinière (les méninges). La méningite aiguë, en particulier la méningite bactérienne et tuberculeuse, est potentiellement mortelle et nécessite un diagnostic rapide et un traitement précoce.

Le diagnostic nécessite généralement une analyse du liquide céphalo-rachidien prélevé par ponction lombaire. La ponction lombaire consiste à insérer une aiguille entre les os de la colonne lombaire. Elle est un test invasif pouvant provoquer des maux de tête.

Si l'examen physique permettait d'exclure avec précision la possibilité d'une méningite aiguë, les patients pourraient éviter de subir une ponction lombaire. Cependant, les examens physiques traditionnels des personnes suspectées de méningite, comme l'incapacité à fléchir le cou vers l'avant (rigidité nucale), n'excluent pas la méningite aiguë.

Quel est l’objectif de la revue ?

Nous avons cherché à estimer la précision du test d’augmentation des céphalées par rotation de la tête pour le diagnostic de la méningite aiguë en contexte d'urgence. Ce test d’augmentation des céphalées est un examen physique plus récent (1991) et moins reconnu que les autres tests. Il consiste à augmenter le mal de tête en la faisant tourner horizontalement deux ou trois fois par seconde.

Qu’a-t-il été étudié dans cette revue ?

Nous avons étudié le test d’augmentation des céphalées chez des personnes présentant une méningite aiguë potentielle en situation d'urgence.

Quels sont les principaux résultats de cette revue ?

Nous avons inclus neuf études impliquant 1161 participants présentant une méningite aiguë potentielle. Cinq études ne portaient que sur des adultes, et quatre sur des adultes et des enfants. En raison du manque de données, nous n'avons pas pu effectuer des analyses séparées pour les adultes et les enfants.

Quelle est notre niveau de confiance dans les résultats de la revue ?

Il semble que l'augmentation brutale des céphalées ne soit pas suffisamment sensible pour exclure un diagnostic de méningite aiguë.

À qui s'appliquent les résultats de la revue ?

Les personnes présentant une potentielle méningite aiguë. La plupart des études ont ciblé les milieux d'urgence, il n'est donc pas certain que le test fonctionnerait dans les milieux de soins primaires. La plupart des études ont porté sur des adultes ou des adolescents ; le plus jeune participant était âgé de 13 ans. Rien ne prouve que ce test est applicable aux enfants.

Quelles sont les implications de cette revue ?

Même lorsque le test d'augmentation des céphalées par rotation est négatif, une méningite aiguë reste possible.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Nous avons recherché les études publiées jusqu'au 27 avril 2020.

Conclusions des auteurs: 

test d'augmentation des céphalées par rotation de la tête pourrait exclure les diagnostics de méningite dans les situations d'urgence, mais des données probantes de grande qualité manquent pour étayer l'utilisation de ce test. Même lorsque le test d'augmentation des céphalées par rotation est négatif, une méningite aiguë reste possible. Cette revue a mis en évidence la possibilité d'une hétérogénéité. Cependant, les facteurs contribuant à l'hétérogénéité sont incomplètement compris et devraient être pris en compte dans les recherches futures.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La méningite est une inflammation des méninges, les couches protégeant le cerveau et la moelle épinière. La méningite aiguë est une maladie émergente qui se développe sur une période allant de quelques heures à plusieurs jours. Un retard dans le traitement peut entraîner des conséquences graves.

L'inflammation des méninges est évaluée par l'analyse du liquide céphalorachidien. L'identification de l'agent pathogène dans le liquide céphalorachidien est une autre façon de diagnostiquer la méningite. Le liquide céphalorachidien est prélevé par ponction lombaire, un test invasif, et peut être évité si un examen physique exclut le diagnostic de méningite. Cependant, la plupart des examens physiques, tels que la rigidité nucale, le test de Kernig et le test de Brudzinski, ne sont pas suffisamment sensibles pour exclure complètement la méningite.

test d'augmentation des céphalées par rotation de la tête est un nouvel examen physique moins reconnu, évaluant l'irritation méningée. Il est jugé positif si la céphalée est exacerbée par une rotation horizontale de la tête deux ou trois fois par seconde. Une étude observationnelle réalisée en 1991 a initialement rapporté une grande sensibilité de cet examen pour prédire la pléocytose. La pléocytose, un taux anormalement élevé de globules blancs dans le liquide céphalorachidien, est un indicateur accepté d'infection ou d'inflammation du système nerveux. Le test d'augmentation des céphalées par rotation de la tête pourrait donc exclure avec précision la méningite sans avoir recours à la ponction lombaire. Cependant, des études transversales plus récentes ont fait état d'une précision diagnostique variable.

Objectifs: 

Estimer la précision diagnostique du test d'augmentation des céphalées par rotation de la tête pour la détection de méningite aiguë en situation d'urgence. Objectifs secondaires : étudier les sources d'hétérogénéité, y compris la population étudiée, l'état des patients et les types de méningite.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE (Ovid) et Embase (Elsevier) jusqu'au 27 avril 2020. Nous avons effectué des recherches sur ClinicalTrials.gov, la plateforme internationale pour les registres d'essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé, et sur Ichushi-Web, version 5.0 au 28 avril 2020.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des études transversales ayant évalué la précision du diagnostic du test d'augmentation des céphalées par rotation de la tête pour les personnes suspectées de méningite dans les situations d'urgence. Nous avons inclus des participants de tout âge et de toute gravité de maladie. La méningite devait être diagnostiquée à l'aide de tout étalon de référence, comme la pléiocytose du liquide céphalorachidien, la preuve d’agents causaux ou l'autopsie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont indépendamment rassemblé les données de l'étude. Nous avons évalué la qualité méthodologique des études à l'aide des critères QUADAS-2. Nous avons utilisé un modèle à deux variables et à effets aléatoires pour déterminer des estimations sommaires de sensibilité et de spécificité lorsque la méta-analyse était possible. Nous avons effectué des analyses de sensibilité pour valider la robustesse des résultats. Nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes en utilisant la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus neuf études (1161 participants). Cinq études n'ont porté que sur des adultes. Quatre études ont porté à la fois sur des adultes et des enfants ; cependant, la proportion n'a pas été rapportée dans trois de ces études. Le plus jeune enfant rapporté dans les études était âgé de 13 ans. Il n'y a pas eu d'étude incluant uniquement des enfants.

La norme de référence était la pléiocytose dans huit études, et l’association de la pléiocytose et de l'augmentation des protéines dans le liquide céphalorachidien dans une étude. Deux études ont également utilisé le frottis ou la culture positive du liquide céphalorachidien.

Le risque de biais et les préoccupations concernant l'applicabilité étaient élevés dans le domaine de la sélection des participants pour toutes les études incluses et pour le sous-groupe de connaissance.

Dans l'ensemble, la sensibilité mise en commun était de 65,3 % (intervalle de confiance (IC) à 95 % 37,3 à 85,6), et la spécificité mise en commun était de 70,4 % (IC à 95 % 47,7 à 86,1) (données probantes d’un niveau de confiance faible). Nous avons établi la possibilité d'une hétérogénéité à partir de l'inspection visuelle des graphiques en forêt. Cependant, nous n'avons pas été en mesure de mener une analyse plus approfondie de la population étudiée, des types de méningite et de l'état des participants, à l'exception des troubles de la conscience (un critère de jugement secondaire).

Parmi les participants dont la conscience n'était pas perturbée (8 études, 921 participants), la sensibilité et la spécificité mises en commun étaient respectivement de 75,2 % (IC à 95 % 54,3 à 88,6) et de 60,8 % (IC à 95 % 43,4 à 75,9) (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.