Les différents contextes et techniques de mesure de la pression artérielle pendant la grossesse contribuent-ils à améliorer les résultats pour les femmes et les bébés ?

Quelle est la problématique ?

La mesure régulière de la pression artérielle (PA) est cruciale pendant la grossesse pour le diagnostic et la gestion d'une PA élevée. La pression artérielle peut être mesurée dans différents contextes (par exemple, automesure à domicile ou en consultation) et à l'aide de différentes techniques (par exemple, mesure basée sur différents sons de flux sanguin). Ils pourraient avoir des effets différents sur le diagnostic et la surveillance d'une pression artérielle élevée, et sur la réduction du risque de maladie grave ou de décès chez la femme et le bébé.

Pourquoi est-ce important ?

Si une pression artérielle élevée pendant la grossesse n'est pas détectée et prise en charge à temps, de graves complications peuvent se développer. Cette revue est nécessaire pour déterminer les bénéfices et les risques de ces paramètres et techniques pour les femmes et leurs bébés.

Quelles données probantes avons-nous trouvées ?

Nous avons recherché des données probantes issues d'essais contrôlés randomisés en avril 2020, et avons identifié trois études (impliquant 536 607 femmes). Dans l'ensemble, les études ont été menées de telle manière que nous ne sommes pas certains des résultats, principalement en raison de la petite taille de deux des études et de la conception de l'autre.

Une étude (154 femmes) a comparé les paramètres de prise de la pression artérielle au Royaume-Uni : autosurveillance à domicile par rapport à une mesure habituelle en consultation. Les deux autres études ont comparé les techniques de prise de PA : l'une (220 femmes) a comparé deux sons de flux sanguin différents pour déterminer la PA diastolique (le chiffre le plus bas) en Australie, et l'autre (536 233 accouchements) a étudié l'introduction d'un moniteur de PA semi-automatisé et d'un ensemble de mesures éducatives (intervention CRADLE) par rapport aux soins habituels en Afrique, en Inde et en Haïti.

Aucune de ces études n'a mesuré de niveau élevé de pression artérielle, le nombre de femmes admises à l'hôpital avant la naissance, la durée du séjour des bébés dans l'unité néonatale ou l'aide supplémentaire que les bébés recevaient pour leur respiration.

Automesure de la pression artérielle à domicile par rapport à la mesure habituelle de la pression artérielle en consultation

L'autosurveillance de la pression artérielle pourrait permettre de diagnostiquer une pré-éclampsie chez plus de femmes que les soins habituels, mais les données probantes sont incertaines.

Nous ne savons pas si l'autosurveillance de la pression artérielle augmente la probabilité de mortinatalité, de décès de bébés (après la naissance), de femmes qui accouchent prématurément ou de femmes admises aux soins intensifs.

L'autosurveillance de la tension artérielle pourrait n'avoir que peu ou pas d'effet sur la probabilité que les femmes aient leur travail déclenché par rapport aux soins habituels.

L'autosurveillance de la tension artérielle pourrait entraîner une légère augmentation du nombre de nouveau-nés admis dans une unité néonatale par rapport aux soins habituels.

Cet essai n'a pas connu de décès maternels et n'a pas fait état du nombre de décès de bébés, avant ou peu après la naissance.

Mesure de la pression artérielle à l'aide de différents sons de flux sanguin - phase IV de Korotkoff (K4, son plus doux et étouffé) par rapport à la phase V de Korotkoff (K5, lorsque le son disparaît) pour mesurer la pression artérielle diastolique

Il n'y a peut-être que peu ou pas de différence entre l'utilisation du K4 ou du K5 pour diagnostiquer une pré-éclampsie ; les données probantes sont incertaines.

Nous ne savons pas s'il y a un effet sur la mortalité infantile, avant ou peu après la naissance.

Cet essai n'a révélé aucun décès maternel et n'a pas indiqué le nombre de femmes admises aux soins intensifs, de femmes qui ont eu besoin d'un déclenchement de travail, de femmes qui ont accouché prématurément, de mortinaissances, de décès de bébés (après la naissance) ou de bébés admis dans une unité néonatale.

Intervention CRADLE (moniteur semi-automatique de la pression artérielle et un kit d'éducation) par rapport aux soins habituels

Le moniteur de pression artériel CRADLE pourrait ne faire que peu ou pas de différence sur le risque de décès maternel.

L'essai n'a pas rapporté le nombre de femmes souffrant de pré-éclampsie, de femmes dont le travail a dû être déclenché, de femmes ayant accouché prématurément, de décès de bébés (avant et après la naissance), ni du nombre de bébés admis en unité néonatale. Le nombre de femmes admises aux soins intensifs, les mortinaissances et les décès de bébés (après la naissance) n'ont été signalés que pour un sous-groupe de femmes dans cet essai, nous n'avons donc pas inclus ces résultats.

Qu’est-ce que cela signifie?

Il faut davantage de données probantes pour savoir si l'autosurveillance de la pression artérielle chez les femmes enceintes ayant une pression artérielle élevée est bénéfique, car l'étude explorant ce point était de petite envergure.

La pratique actuelle qui consiste à utiliser le K5 (pas de son de flux sanguin) pour mesurer la tension diastolique est appuyée par les données chez les femmes enceintes ayant une tension élevée.

La conception de l'essai utilisant l'appareil CRADLE pour surveiller la tension artérielle pendant la grossesse avait des limites, et nous ne sommes pas certains de ses avantages.

Conclusions des auteurs: 

Le bénéfice, s'il existe, de l'autosurveillance de la tension artérielle dans les grossesses hypertendues reste incertain, car les données probantes se limitent à une seule étude de faisabilité. La pratique actuelle qui consiste à utiliser la K5 pour mesurer la pression artérielle diastolique est appuyée par les données pour les femmes souffrant d'hypertension pendant la grossesse. Les bénéfices éventuels de l'utilisation du dispositif CRADLE pour mesurer la pression artérielle pendant la grossesse restent incertains, en raison des limites et de la variabilité de la conception de l'étude.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La mesure régulière de la pression artérielle (PA) est cruciale pour le diagnostic et la gestion des troubles hypertensifs pendant la grossesse, tels que la pré-éclampsie. La pression artérielle peut être mesurée dans différents contextes, comme de manière conventionnelle en consultation ou l'automesure à domicile, et avec différentes techniques, comme l'utilisation d'appareils auscultatoires ou automatisés de mesure de la pression artérielle. Il est important de comprendre l'impact des différents contextes et techniques de mesure de la pression artérielle sur les critères de jugement importants pour les femmes enceintes.

Objectifs: 

Évaluer les effets du contexte et de la technique de mesure de la tension artérielle pour le diagnostic des troubles hypertensifs pendant la grossesse sur les conséquences maternelles et périnatales ultérieurs, la qualité de vie des femmes ou l'utilisation des ressources des services de santé.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du gropue Cochrane sur la grossesse et l'accouchement, sur le site ClinicalTrials.gov, sur le système d'enregistrement international des essais cliniques ICTRP de l'OMS du 22 avril 2020, et sur les listes de référence des études extraites.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) impliquant des femmes enceintes, utilisant des dispositifs de mesure de la PA validés dans différents contextes ou utilisant différentes techniques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment extrait les données, évalué le risque de biais et utilisé l'approche GRADE pour évaluer le niveau de confiance des données probantes.

Résultats principaux: 

Sur les 21 études identifiées, nous en avons inclus trois et en avons exclu 11 ; sept étaient en cours. Parmi les trois ECRs inclus (536 607 femmes), l'un d'entre eux était un essai clinique randomisé en grappes, avec un nombre de participants nettement plus élevé (536 233 accouchements) que les deux autres, mais n'a pas fourni de données pour la plupart de nos critères de jugement. Nous avons estimé que la plupart des études incluses présentaient un faible risque de biais, mais le niveau de confiance des données probantes était faible, en raison de leur caractère indirect et de son imprécision. La méta-analyse n'a pas été possible parce que chaque étude portait sur une comparaison différente.

Aucune des études incluses n'a rapporté notre critère de jugement principal de pression systolique supérieure ou égale à 150 mmHg. Aucune des études n'a rapporté ces critères de jugement secondaires importants : admissions à l'hôpital en unité prénatale, durée du séjour en unité néonatale, ou intubation endotrachéale néonatale et utilisation de la ventilation mécanique.

Contexte de la mesure de la tension artérielle : automesure par rapport à la mesure conventionnelle en consultation (une étude, 154 femmes)

Il n'y a eu aucun décès maternel, ni dans le groupe d'autosurveillance ni dans le groupe de soins habituels. L'étude n'a pas rapporté la mortalité périnatale.

L'autosurveillance peut conduire à un nombre légèrement plus élevé de diagnostics de pré-éclampsie par rapport aux soins habituels (risque relatif (RR) 1,49, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,87 à 2,54 ; 154 femmes ; 1 étude ; données de faible valeur probante) mais l'IC étendu de 95 % est cohérent avec les avantages et les inconvénients possibles.

L'autosurveillance pourrait avoir peu ou pas d'effet sur la probabilité de déclenchement du travail par rapport aux soins habituels (RR 1,09, IC à 95 % 0,82 à 1,45 ; 154 femmes ; 1 étude ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Nous ne savons pas si l'autosurveillance de la PA a un effet sur l'admission de la mère aux soins intensifs (RR 1,54, IC à 95 % 0,06 à 37,25 ; 154 femmes ; 1 étude ; données probantes d’un niveau de confiance faible), la mortinaissance (RR 2,57, IC à 95 % 0,13 à 52,63 ; 154 femmes ; 1 étude ; données d’un niveau de confiance faible), le décès néonatal (RR 1,54, IC à 95 % 0.06 à 37,25 ; 154 femmes ; 1 étude ; données probantes d’un niveau de confiance faible) ou naissance prématurée (RR 1,15, IC à 95 % 0,37 à 3,55 ; 154 femmes ; 1 étude ; données probantes d’un niveau de confiance faible), par rapport aux soins habituels car les données probantes sont d’un niveau de confiance faible et que l'IC à 95 % est cohérent avec des effets bénéfiques et néfastes appréciables.

L'autosurveillance pourrait entraîner une légère augmentation des admissions en unité néonatale par rapport aux soins habituels (RR 1,53, IC à 95 % 0,65 à 3,62 ; 154 femmes ; 1 étude ; données probantes d’un niveau de confiance faible) mais l'IC à 95 % étendu inclut la possibilité d'un nombre légèrement inférieur d'admissions avec autosurveillance.

Technique de mesure de la pression artérielle : Korotkoff phase IV (K4, étouffement du son) par rapport à Korotkoff phase V (K5, disparition du son) pour représenter la tension diastolique (une étude, 220 femmes)

Il n'y a eu aucun décès maternel dans le groupe K4 ou K5.

Il pourrait y avoir peu ou pas de différence dans le diagnostic de la pré-éclampsie entre l'utilisation de la K4 ou de la K5 pour la tension diastolique (RR 1,16 ; IC à 95 % 0,89 à 1,49 ; 1 étude ; 220 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible), puisque l’IC large à 95 % inclut la possibilité d'un plus grand nombre de diagnostics avec la K4.

Nous ne savons pas avec certitude s'il existe une différence de mortalité périnatale entre les groupes car la qualité des données probantes est faible et l'IC à 95 % correspond à un effet néfaste et bénéfique appréciables (RR 1,14, IC à 95 % 0,16 à 7,92 ; 1 étude, 220 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

L'essai n'a pas rapporté de données sur l'admission des mères aux soins intensifs, le déclenchement du travail, la mortinaissance, la mort néonatale, la naissance prématurée ou les admissions en unité néonatale.

Technique de mesure de la pression artérielle : Intervention CRADLE (dispositif CRADLE, un moniteur de pression artérielle semi-automatisé avec des fonctions supplémentaires, et un ensemble de formation) par rapport aux soins habituels (une étude, 536 233 accouchements)

Il pourrait y avoir peu ou pas de différence entre l'utilisation du dispositif CRADLE et les soins habituels en ce qui concerne le nombre de décès maternels (RR ajusté de 0,80, IC à 95% de 0,30 à 2,11 ; 536 233 femmes ; 1 étude ; données probantes d’un niveau de confiance faible), mais l'IC à 95% est cohérent avec des effets bénéfiques et néfastes appréciables.

L'essai n'a pas rapporté de pré-éclampsie, de déclenchement de travail, de mortalité périnatale, de naissance prématurée ou d'admission dans une unité néonatale. Les critères de jugement admissions maternelles aux soins intensifs et les critères périnataux (mortinaissances et décès néonataux) n'ont été recueillis que pour une petite proportion des femmes, identifiées à partir d’un résultat et non par des caractéristiques de base, ce qui a permis de rompre la répartition aléatoire. Par conséquent, les différences entre les groupes ne pouvaient pas être attribuées à l'intervention, et nous n'avons pas extrait de données pour ces critères de jugement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Gabriel Perraud et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.