Corticostéroïdes intramusculaires versus corticostéroïdes oraux pour le traitement de l'asthme aigu

Problématique de la revue

Nous avons mesuré l’efficacité d'une injection de corticostéroïdes par rapport à celle d’une administration par voie orale pour améliorer les résultats chez les patients qui se sont présentés aux urgences ou dans un autre établissement de soins actifs pour asthme aigu.

Contexte

Les crises d'asthme sont dues à un rétrécissement des voies respiratoires en direction des poumons à cause d’une inflammation, entraînant un sifflement respiratoire, de la toux et des difficultés respiratoires. Les personnes qui font des crises d'asthme se rendent souvent aux urgences. Les corticostéroïdes, qui sont de puissants agents anti-inflammatoires, sont la pierre angulaire du traitement contre les exacerbations de l'asthme et se sont avérés efficaces pour améliorer la fonction pulmonaire et réduire le nombre d’hospitalisations chez les patients asthmatiques. A leur sortie de l'hôpital, les patients reçoivent généralement des corticostéroïdes afin de réduire les risques de retour aux urgences à cause de l'aggravation des symptômes de l’asthme. Les corticostéroïdes peuvent être administrés grâce à une seule injection sous la peau dans le muscle ("intramusculaire") ou sous forme de comprimés à emporter chez soi, mais nous ne savons pas encore quel régime de corticostéroïdes est le plus efficace pour améliorer l’état des patients après leur sortie de l’hôpital.

Date de recherche

La plus récente de nos recherches a été effectuée en mars 2018.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons inclus neuf études qui comparaient l'efficacité d'une injection intramusculaire à celle de la prise de comprimés de corticostéroïdes chez des patients se présentant aux urgences ou dans un autre établissement de soins actifs pour asthme aigu. Les études ont été réalisées sur un total de 804 participants, enfants et adultes confondus. La plupart des études ont porté sur la dexaméthasone ou la méthylprednisolone en corticostéroïde injectable, comparé à la prednisone ou à la méthylprednisolone en corticostéroïde en comprimés.

Sources de financement des études

La plupart des études n'ont pas indiqué leurs sources de financement (5 études). Deux études ont été financées par des subventions générales de recherche en santé. Une étude a été financée par une société pharmaceutique (Pfizer) ; toutefois, l'entreprise n'a participé à aucun aspect de l'étude ou de la préparation du texte. Une étude a indiqué ne pas avoir été financée.

Résultats-clés

Les injections intramusculaires de corticostéroïdes semblent être aussi efficaces que les comprimés de corticostéroïdes pour prévenir les rechutes. Nous n'avons constaté aucune différence dans le risque de rechute entre les participants recevant des injections intramusculaires et ceux recevant des comprimés de corticostéroïdes. Bien que toutes les études n'aient pas indiqué les effets indésirables survenus dans les groupes d'étude, nous n'avons constaté aucune différence entre les participants recevant des injections intramusculaires et ceux recevant des comprimés de corticostéroïdes. Lors du suivi, nous n'avons constaté aucune différence dans les tests de fonction pulmonaire entre les participants qui avaient reçu une injection intramusculaire et ceux qui avaient reçu des comprimés de corticostéroïdes. Dans les études qui ont indiqué les scores de symptômes et leur durée, nous n'avons relevé aucune différence entre les participants recevant des corticostéroïdes par injection et ceux recevant des corticostéroïdes sous forme de comprimés.

Qualité des preuves

La qualité des données probantes sur l'efficacité des injections intramusculaires de corticostéroïdes pour améliorer l'état de santé varie de faible à modérée. Nous n'avions que moyennement confiance quant aux effets estimés des stéroïdes intramusculaires sur le nombre de personnes hospitalisées, l'amélioration de la fonction respiratoire et les rechutes, en raison du risque de biais parmi les études incluses.

Conclusions des auteurs: 

Les données sont insuffisantes pour déterminer si les corticostéroïdes IM sont plus efficaces pour réduire les rechutes que les corticostéroïdes par voie orale chez les enfants ou les adultes qui quittent un service d'urgence ou un établissement de soins actifs pour l'asthme aigu. Bien que nous n'ayons constaté aucune différence statistique, les patients recevant des corticostéroïdes IM ont signalé moins d'effets indésirables. D'autres études comparant l'efficacité des corticostéroïdes IM et celle des corticostéroïdes par voie orale pourraient fournir des données plus claires. De plus, il est nécessaire de mener des études comparant différents corticostéroïdes IM (par exemple, dexaméthasone IM versus méthylprednisone IM) et différents corticostéroïdes administrés par voie orale (par exemple, dexaméthasone orale versus prednisone orale), en tenant compte des posologies et des propriétés pharmacocinétiques, pour mieux identifier les schémas thérapeutiques optimaux pour l'administration de corticostéroïdes IM ou oraux afin d’améliorer le pronostic patient. D'autres facteurs, comme les préférences du patient et les problèmes potentiels d'observance, peuvent influencer l’ordonnance du praticien.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il est fréquent que les personnes atteintes d'asthme aigu se rendent fréquemment dans des centres de soins actifs comme les urgences, et bien que la majorité des patients en sortent, les rechutes nécessitant des soins médicaux supplémentaires sont courantes. Les corticostéroïdes systémiques jouent un rôle majeur dans le traitement de l'asthme aigu modéré à grave ; cependant, il n'existe aucune preuve évidente quant à la voie d'administration la plus efficace pour améliorer les résultats chez les patients sortis des urgences.

Objectifs: 

Examiner l'efficacité et l'innocuité d'une dose unique de corticostéroïdes intramusculaires (IM) administrée avant la sortie des urgences, comparé à une prise de courte durée de corticostéroïdes oraux dans le traitement des patients souffrant d'asthme aigu qui sortent de l’hôpital ou d’un établissement de soins actifs équivalent.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le groupe Cochrane sur les voies respiratoires a effectué des recherches dans son registre des essais, pour la dernière fois le 14 mars 2018. De plus, en avril 2017, nous avons effectué des recherches approfondies dans neuf bases de données électroniques, dont Medline, Embase, EBM ALL, Global Health, International Pharmaceutical Abstracts, CINAHL, SCOPUS, Proquest Dissertations and Theses Global et LILACS. Par ailleurs, nous avons fait des recherches dans la littérature grise pour trouver d'autres études.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés ou les essais cliniques contrôlés s'ils comparaient l'efficacité des corticostéroïdes intramusculaires (IM) et les corticostéroïdes oraux pour traiter des patients enfants ou adultes se présentant aux urgences ou dans un établissement de soins actifs équivalent pour cause d’asthme aigu. Deux auteurs indépendants ont évalué l'admissibilité et la qualité des études. Nous avons résolu les désaccords grâce à une tierce partie et évalué le risque de biais à l'aide de l'outil Cochrane "Risque de biais". Nous avons évalué la qualité des preuves en utilisant le système GRADE.

Recueil et analyse des données: 

Pour les résultats dichotomiques, nous avons calculé les statistiques individuelles et regroupées sous forme de risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % en utilisant un modèle à effets aléatoires. Nous avons rapporté les résultats continus sous forme de différence moyenne (MD) ou de différence moyenne standardisée (SMD) avec des IC à 95 % en utilisant un modèle à effets aléatoires. Nous avons rapporté l'hétérogénéité en utilisant les statistiques I² et Cochran Q. Nous avons utilisé les procédures standards recommandées par Cochrane.

Résultats principaux: 

Neuf études auxquelles ont pris part 804 participants (injection IM = 402 participants ; voie orale = 402 participants) répondaient aux critères d'inclusion de la revue Quatre études ont été effectuées sur des enfants (n = 245 participants) et cinq sur des adultes (n = 559 participants). Toutes les études comprenaient des participants qui se présentaient à un service d'urgence, à l'exception d'une étude qui a été effectuée sur les patients d’une clinique de soins primaires. Toutes les études pédiatriques ont comparé la dexaméthasone intramusculaire (IM) à la prednisone/prednisolone orale. Dans les études effectuées chez les adultes, les corticostéroïdes administrés par voie IM pouvaient être de plusieurs sortes (méthylprednisolone, bétaméthasone, dexaméthasone ou triamcinolone), tandis que pour les corticostéroïdes administrés par voie orale, il s’agissait de prednisone, de méthylprednisolone ou de dexaméthasone. Seulement cinq études ont été contrôlées par placebo. Pour les besoins de cette revue, nous n'avons pas tenu compte de l'équivalence des doses de corticostéroïdes dans l'analyse. La co-intervention la plus courante offerte aux participants pendant la visite de soins de actifs comprenait les beta₂-agonistes à action rapide (SABA), les méthylxanthines et le bromure d'ipratropium. Dans certains cas, certaines études ont signalé avoir fourni à certains participants un supplément de corticostéroïdes oraux ou IV pendant leur séjour aux urgences. Les co-interventions fournies aux participants au moment de leur sortie de l’hôpital comprenaient principalement les SABA, le méthylxanthine, les beta₂-agonistes à action prolongée (LABA) et le bromure d'ipratropium. Le risque de biais des études utilisées variait d'incertain à élevé dans divers domaines. Le principal critère de jugement d’intérêt était une rechute vers des soins supplémentaires, c'est-à-dire une visite non planifiée chez un médecin pour une aggravation des symptômes d'asthme, ou nécessitant un traitement ultérieur avec des corticostéroïdes, survenue à tout moment après la sortie des urgences.

Nous avons constaté que les corticostéroïdes intramusculaires et oraux étaient tout aussi efficaces pour réduire le risque de rechute (RR 0,94, IC à 95 % : 0,72 à 1,24 ; 9 études, 804 participants ; I² = 0 % ; données de faible qualité). Nous n'avons relevé aucune différence entre les sous-groupes dans les taux de rechute chez les enfants et chez les adultes (P = 0,71), les rechutes survenues dans ou après les 10 jours suivant la sortie (P = 0,22) et chez les participants présentant des exacerbations légères/modérées ou graves (P = 0,35). Bien que nous n'ayons constaté aucune différence statistique entre les participants recevant des corticostéroïdes IM et ceux recevant des corticostéroïdes par voie orale quant au risque d'effets indésirables (RR 0,83, IC à 95 % : 0,64 à 1,07 ; 5 études, 404 participants ; I² = 0 % ; preuves de qualité moyenne), environ 50 patients sur 1000 recevant des corticostéroïdes IM ont déclaré avoir souffert d’effets indésirables (IC à 95 % de 106 en moins à 21 en plus). Nous avons constaté un manque d'uniformité dans la déclaration d'effets indésirables particuliers d'une étude à l'autre. Il n'y avait aucune différence dans la fréquence des effets indésirables spécifiques, y compris les nausées et les vomissements, la douleur, les enflures, la rougeur, l'insomnie ou les changements de personnalité. Nous n'avons pas cherché à obtenir d'autres données sur les effets indésirables.

Les participants recevant des corticostéroïdes IM ou des corticostéroïdes oraux ont signalé une diminution du débit expiratoire maximal (MD -7,78 L/min, IC à 95 % -38,83 L/min à 23,28 L/min ; 4 études, 272 participants ; I² = 33 % ; preuves de qualité moyenne), une persistance similaire des symptômes (RR 0,41, IC à 95 % 0,14-1,20 ; 3 études, 80 participants ; I² = 44 % ; données faibles) et l’administration de béta-agonistes sur 24 heures (RR 0,54, IC à 95 % 0,21-1,37 ; 2 études, 48 participants ; I² = 0 % ; preuves de faible qualité).

Notes de traduction: 

Post-édition : Klara Croonenbroeck - Révision : Claire Ducourant-Casimiri (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.