La vitamine D, le calcium ou une combinaison de vitamine D et de calcium pour le traitement du rachitisme nutritionnel chez les enfants

Problématique de la revue

Évaluer les effets de la vitamine D, du calcium ou d'une combinaison de vitamine D et de calcium pour le traitement du rachitisme nutritionnel chez les enfants.

Contexte

Le rachitisme nutritionnel est une maladie des os qui touche principalement les enfants des pays à faibles et moyens revenus. Les enfants atteints de rachitisme nutritionnel ont généralement des os déformés, peuvent ne pas bien grandir et connaître d'autres problèmes de santé. Le manque de vitamine D est la cause la plus fréquente du rachitisme nutritionnel. Ainsi, le rachitisme nutritionnel est généralement traité en donnant à l'enfant de la vitamine D avec ou sans calcium. Cependant, dans certains pays ensoleillés, le calcium seul a été utilisé pour traiter le rachitisme nutritionnel chez les enfants dont on pense qu'ils ont une quantité suffisante de vitamine D grâce à leur exposition au soleil, mais qui manquent de calcium dans leur alimentation. Cette étude a été menée pour déterminer si la vitamine D, le calcium ou une combinaison de vitamine D et de calcium est la meilleure solution pour le traitement du rachitisme nutritionnel chez les enfants.

Caractéristiques des études

Nous avons trouvé quatre essais contrôlés randomisés (essais cliniques où les personnes sont placées au hasard dans un des deux ou plusieurs groupes de traitement) qui comparaient la vitamine D, le calcium ou une combinaison de vitamine D et de calcium pour le traitement du rachitisme nutritionnel chez les enfants. Les 286 enfants étudiés étaient âgés de six mois à 14 ans. Après le traitement, les enfants ont été suivis pendant 12 à 24 semaines.

Ces données sont à jour à la date du 25 juillet 2019.

Principaux résultats

Les donnés nous indiquent que l'utilisation du calcium seul ou de la combinaison vitamine D et calcium pour traiter le rachitisme nutritionnel peut améliorer la guérison par rapport à l'utilisation de la vitamine D seule. Nous ne sommes pas certains quant aux effets du calcium seul par rapport à la vitamine D seule sur les fractures. Nous ne sommes pas certains quant aux effets de la vitamine D combinée au calcium par rapport à la vitamine D seule sur les fractures ou autres effets secondaires. De même, nous ne somme pas certains quant aux effets de la vitamine D combinée au calcium par rapport au calcium seul sur la guérison du rachitisme, les fractures et les effets secondaires .

Aucune des études a rapporté le schéma de croissance (différences de taille, de poids, de taille pour l'âge, de poids pour l'âge), des décès toutes causes confondues, des effets socio-économiques (coût du traitement, ressources perdues en raison de la maladie ou de l'absence du soignant au travail, coût des visites à l'hôpital ou dans un établissement de santé) et de la qualité de vie liée à la santé.

Fiabilité des données

La fiabilité des données probantes pour tous les critères de jugement de notre revue est faible ou très faible. La raison de cette incertitude est principalement due au faible nombre de participants aux études et au faible nombre d'études incluses dans la revue. L'imprécision des résultats et la possibilité d'arriver à des conclusions erronées en raison de la manière dont les essais ont été menés dans certaines études ont également contribué au niveau d'incertitude.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue fournit des données probantes de très faible niveau de confiance indiquant que la vitamine D combinée au calcium ou le calcium seul améliorent la guérison chez les enfants atteints de rachitisme nutritionnel par rapport à la vitamine D seule. Nous ne sommes pas en mesure de tirer des conclusions sur les effets des traitements sur les événements indésirables ou la morbidité (fractures).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le rachitisme nutritionnel est une maladie qui touche les enfants, en particulier dans les pays à faibles et moyens revenus. Elle provoque des problèmes tels que des déformations du squelette et des troubles de la croissance. La cause la plus fréquente du rachitisme nutritionnel est la carence en vitamine D. La vitamine D administrée avec ou sans calcium est généralement considérée comme l’élément de base du traitement. Cependant, dans certains pays ensoleillés, où l'on pense que les enfants ont une production suffisante de vitamine D grâce à l'exposition aux rayons ultraviolets, mais qui sont déficients en calcium en raison d'un faible apport alimentaire, le calcium seul a également été utilisé dans le traitement du rachitisme nutritionnel. Il est donc important de comparer les effets de la vitamine D, du calcium ou d'une combinaison de vitamine D et de calcium pour le traitement du rachitisme nutritionnel chez les enfants vivant dans différents milieux.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la vitamine D, du calcium ou d'une combinaison de vitamine D et de calcium pour le traitement du rachitisme nutritionnel chez les enfants.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches sur CENTRAL, MEDLINE, LILACS, le Système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP) et ClinicalTrials.gov. La date de la dernière consultation de toutes les bases de données était le 25 juillet 2019. Aucune restriction de langue n'a été appliquée lors de ces recherches.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) impliquant des enfants âgés de 0 à 18 ans souffrant de rachitisme nutritionnel, qui comparaient le traitement avec de la vitamine D, du calcium ou une combinaison de vitamine D et de calcium.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont examiné indépendamment les titres et les résumés, extrait les données et évalué le risque de biais des études incluses. Nous avons réglé les désaccords par consensus ou en consultant un troisième auteur. Des méta-analyses des résultats rapportés par les auteurs de l'étude ont été effectuées. Pour les résultats dichotomiques, nous avons calculé le risque relatif (RR) et l'intervalle de confiance (IC) à 95 % et, pour les résultats continus, nous avons calculé les différences moyennes (MD) avec des IC à 95 %. Nous avons évalué niveau de confiance des données probantes des études incluses en utilisant le système GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 4562 études ; parmi celles-ci, nous avons inclus quatre ECR avec 286 participants. Les études ont comparé deux ou plusieurs des éléments suivants : la vitamine D, le calcium ou la vitamine D plus le calcium. Le nombre de participants randomisés pour recevoir de la vitamine D était de 64, le calcium de 102 et la vitamine D plus le calcium de 120. Deux études ont été menées en Inde et deux autres au Nigeria. Aucune des études incluses ne présentait un faible risque de biais dans tous les domaines. Trois études présentaient un risque élevé de biais dans au moins un domaine. L'âge des participants se situait entre six mois et 14 ans. La durée du suivi variait entre 12 et 24 semaines.

Deux études ont comparé la vitamine D au calcium. Le faible niveau de confiance dans les données probantes indique que, à 24 semaines de suivi, le calcium seul a amélioré la guérison du rachitisme par rapport à la vitamine D seule (RR 3,26, 95 % IC 1,59 à 6,69 ; P = 0,001 ; 1 étude, 71 participants). La comparaison entre la vitamine D et le calcium n'a pas montré de données probantes solides d'un bénéfice ou d'un risque dans la réduction de la morbidité (fractures) (RR 0,27, 95 % IC 0,03 à 2,32 ; P = 0,23 ; 1 étude, 71 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance). Les événements indésirables n'ont pas été rapportés.

Deux études ont comparé la vitamine D combinée au calcium à la vitamine D seule à 12 ou 24 semaines. La vitamine D combinée au calcium ont amélioré la guérison du rachitisme par rapport à la vitamine D seule à 24 semaines de suivi (RR 3,06, 95 % IC 1,49 à 6,29 ; P = 0,002 ; 1 étude, 75 participants ; données probantes de faible niveau de confiance). Il n'existe pas de données probantes en faveur d’un des traitements visant à réduire la morbidité (fractures) (RR 0,24, 95 % IC 0,03 à 2,08 ; P = 0,20 ; 1 étude, 71 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance) ou les événements indésirables (RR 4,76, 95 % IC 0,24 à 93,19 ; P = 0,30 ; 1 étude, 39 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance).

Ces quatre études ont comparé la vitamine D combinée au calcium au calcium seul à différents moments du suivi. Il n'y a pas de données probantes concluantes indiquant que la vitamine D combinée au calcium, par rapport au calcium seul, ont amélioré la guérison du rachitisme à 24 semaines de suivi (RR 1,17, 95 % IC 0,72 à 1,90 ; P = 0,53 ; 2 études, 140 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance). Les données probantes sont également peu concluantes en ce qui concerne la morbidité (fractures) (RR 0,89, 95 % IC 0,06 à 13,76 ; P = 0,94 ; 1 étude, 72 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance) et les événements indésirables (RR 4,29, 0,22 à 83,57 ; P = 0,34 ; 1 étude, 37 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance).

La plupart des données probantes examinées dans la revue sont d’un faible ou très faible niveau de confiance en raison du risque de biais, d'imprécision ou des deux.

Aucune des études incluses n'a évalué la mortalité toutes causes confondues, la qualité de vie liée à la santé ou les effets socio-économiques. Une étude a évalué le schéma de croissance, mais celui-ci n'a pas été mesuré au moment stipulé dans le protocole de notre revue (une ou plusieurs années après le début du traitement).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.